Déclaration de Georges Ibrahim Abdallah – 17 juin 2017

Cher«e»s Camarades, Cher«e»s ami«e»s,

En cette « journée internationale des prisonniers révolutionnaires » ils sont nombreux, très nombreux de par le monde, ceux et celles qui résistent derrière les abominables murs. Souvent dans des conditions particulièrement difficiles, ils arrivent à tenir debout, en dépit de tant d’années de captivité. Certainement la situation aurait été terriblement différente s’ils ne pouvaient pas compter sur la mobilisation solidaire qui permet d’inscrire leur résistance dans la dynamique globale de la lutte en cours.

Cher«e»s Camarades, Cher«e»s ami«e»s, au lendemain de vos diverses initiatives solidaires qui ont accompagné la grève de la faim de nos camarades embastillés dans les geôles sionistes, votre rassemblement aujourd’hui m’apporte beaucoup de force et d’enthousiasme. 

Force est de constater Camarades, qu’à peine les forces d’occupation sioniste ont accepté de satisfaire quelques revendications basiques, les impérialistes de tous bords et leurs affidés réactionnaires arabes ont commencé à mettre tout en œuvre afin de casser l’unité réalisée durant la grève. Les fuites orchestrées ces derniers jours laissent supposer que l’on va essayer de traiter différemment les familles des prisonniers. Ce ne sont que des fuites orchestrées pour le moment.  En attendant la suite, il est de notre devoir, Camarades, de rester vigilants et de dénoncer toute politique de différenciation entre les prisonniers palestiniens ainsi que le traitement de leurs familles. Et peu importe quelle prétendue autorité nationale se chargera de cette sale besogne.

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de ces Fleurs et lionceaux embastillés afin que leurs geôliers sionistes comprennent qu’ils ne seront jamais seuls ! 

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et sa prometteuse Intifada ! 

La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes, et dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, aux Philippines et ailleurs de par le monde ! 

La solidarité, toute la solidarité avec les camarades révolutionnaires résistants dans les geôles en Grèce ! 

La solidarité, toute la solidarité avec les jeunes prolétaires des quartiers populaires !  

Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et celles qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions ! 

Ensemble Camarades, et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons ! 

À vous tous Camarades et ami«e»s mes plus chaleureuses salutations révolutionnaires. 

Votre camarade Georges Abdallah

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Les pays occidentaux sont complices de crimes contre l’humanité au Yémen

Les pays occidentaux sont complices de crimes contre l’humanité au Yémen

Par Alain Corvez (intervention à l’ONU – Genève – 15/6/17)*

Dans le très court temps qui m’est imparti je veux stigmatiser l’indifférence des puissances occidentales, voire leur soutien, à l’agression sauvage de l’Arabie Séoudite et ses alliés contre le Yémen depuis plus de deux ans dans le seul but de remettre au pouvoir ses affidés qui en ont été chassés.

L’Occident, ardent à donner des leçons de morale au monde entier, au nom d’une vertu dont il prétend dicter les principes au monde et ainsi dénoncer les crimes des états auxquels il est hostile, voire dont il veut changer par la force des armes les dirigeants qui ne répondent pas à ses critères, en dehors de toute légalité internationale, reste silencieux sur les crimes commis par l’Arabie Séoudite et ses alliés.

Une hypocrisie odieuse marque sa politique qui n’est, en fait, que celle décidée à Washington, et nous avons vu que lors de son voyage en mai en Arabie, le Président Trump, inversant les responsabilités sur la question du terrorisme, a renoué son appui à ceux qui le soutiennent depuis des lustres et accusé ceux qui le combattent en première ligne comme l’Iran, et en subissent cruellement les effets. Depuis son passage à Riyad, un affrontement radical contre le Qatar est intervenu, la répression contre les démocrates de Bahreïn se renforce, et un attentat terroriste coordonné à l’évidence par l’Arabie s’est produit à Téhéran.

C’est à l’ONU qu’il revient de porter des jugements équilibrés sur ce qui est bien et mal dans le monde, en tenant compte des intérêts et des cultures des pays, et non à un état, quelle que soit sa puissance militaire.

Les crimes contre l’humanité commis par la coalition menée par l’Arabie Séoudite au Yémen pour remettre au pouvoir son candidat ont détruit toutes les infrastructures vitales du pays : barrages, eaux, hôpitaux, électricité, infrastructures routières, aériennes et portuaires …, et tué des milliers de civils dont de nombreux enfants car leurs frappes semblent vouloir non seulement détruire le pays berceau de l’arabisme et de ses cultures séculaires, mais aussi atteindre le moral des habitants à la manière nazie. Tous les experts militaires savent que les combattants yéménites ont montré depuis toujours qu’ils sont bien plus expérimentés, patriotes et courageux que les mercenaires de l’alliance séoudienne qui accumulent les échecs tactiques sur le terrain. L’Arabie désormais frappée sur son propre sol par des représailles yéménites ne peut gagner cette guerre mais continue à déverser chaque jour des tonnes de bombes par des frappes aériennes pour détruire un pays qui est le symbole de l’inverse de sa brutalité, de son sectarisme religieux et de sa barbarie.

Donald Trump qui avait promis tout au long de sa campagne de mettre un terme à l’interventionnisme militaire américain en se rapprochant de la Russie et de la Syrie notamment, fait exactement le contraire depuis son intronisation, sans doute repris en main de force par l’oligarchie qui gouverne en réalité les Etats-Unis. Il a frappé la Syrie sans avoir attendu qu’une enquête se déroule sur les accusations infondées d’emploi de l’arme chimique à Khan Cheikhoun, envoyé une escadre en mer de Chine comme pour attaquer la Corée du Nord au risque de déclencher une guerre nucléaire mondiale.

Ces rodomontades dangereuses s’accompagnent au Yémen d’un renforcement du soutien militaire à l’Arabie Séoudite et de l’augmentation des frappes de drones, soi-disant contre Al Qaïda mais qui touchent souvent des Yéménites qui n’en sont pas membres. Il accomplit ainsi les promesses qu’il a faites au Prince Héritier du roi Salmane, venu le rencontrer à Washington, de continuer et même de renforcer l’alliance du Pacte du Quincy de février 1945.

La Grande-Bretagne et la France, si promptes à donner des leçons de morale au monde, non seulement ne dénoncent pas ces crimes dont pâtit atrocement la malheureuse population civile du Yémen, mais participent au soutien en armement de la monarchie wahhabite.

Le Yémen est un pays dont les richesses culturelles et patrimoniales ont été vantées au cours des siècles par tous les voyageurs et orientalistes français et britanniques. Les historiens comme le Français Jacques Benoist-Méchin ont décrit avec émotion le raffinement qui a toujours marqué la culture yéménite qui est, en fait, le berceau de toute la culture arabe et l’origine des migrations qui peuplèrent la péninsule. Ce patrimoine exceptionnel est en train d’être détruit par la barbarie séoudienne, avec l’appui de l’Amérique et de ses valets. C’est un scandale qui restera dans l’Histoire.

L’élection en avril dernier de l’Arabie Séoudite à la Commission de la condition féminine à l’ONU est une insulte totale, un déni de bon sens, et ridiculise l’organisation internationale. Heureusement des sénateurs et sénatrices français courageux ont fait part de leur indignation.

*Alain Corvez est Conseiller en stratégie internationale

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Succès de la manifestation pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah

A Paris le 17 juin 2017

 

Quelque 300 personnes venues de Bruxelles, Lille, Bordeaux, Tarbes, Annecy, Ile de France… ont manifesté dans les rues de Paris leur exigence de libération de Georges Ibrahim Abdallah, scandant entre autres slogans : « Il est de nos luttes, nous sommes de son combat, libérez Georges État d’Israël, État criminel, boycott ! » « Vive la solidarité internationale des peuples ! » « Toute une vie de combat ! Liberté pour Abdallah ! ».

Arrivés à République, les manifestants ont pu écouter quelques interventions de la Campagne unitaire, du PIR, d’EuroPalestine, du Secours Rouge Bruxelles, du PCM, de la Plate-forme des prisonniers politiques de Turquie et du Kurdistan…

Une intervention écrite de Georges Abdallah a été lue, tandis qu’un drapeau géant de la Palestine était érigé sur la statue de la République.

Ce même jour, des rassemblements pour la libération de notre camarade étaient organisés   à Tunis, à Bruxelles et à Milan. Voir sur Free Georges Abdallah.

Ci-joint une vidéo de la manifestation réalisée par Chris Den Hond

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Solidarietà ai compagni e alle compagne colpiti/e dalla repressione l’11 giugno a Bologna!

Pubblichiamo questo contributo diffuso dai compagni e dalle compagne dell’Assemblea della Marzolo Occupata di Padova

Condividiamo con tutti il racconto e le riflessioni sulla giornata di domenica scorsa vissuta da alcuni di noi e dal collettivo Eat the Rich, a cui mandiamo ancora tutta la nostra solidarietà, una giornata che si è conclusa con denunce e fogli di via!!
NON FERMERETE LE NOSTRE LOTTE!

COMUNICATO SUI FATTI DI BOLOGNA DEL 11-06-17

Domenica 11 giugno, la giornata a Bologna è iniziata presto; sullo sfondo, una città totalmente blindata e militarizzata da qualche settimana. Polizia, carabinieri e militari in tutte le strade, blocchi, identificazioni, arresti aleatori, fogli di via (sono state effettuate più di 400 identificazioni) erano la normalità da giorni; la tensione, arrivati là, era visibile nei volti delle persone. Tutto questo per “proteggere” il G7 dell’ambiente, i grandi padroni, i signori della guerra, della crisi e della morte.
I ragazzi del collettivo bolognese Eat the Rich, insieme ad altre realtà studentesche della città ed anche a noi compagni della Marzolo Occupata scesi da Padova, si erano trovati la mattina presto. L’obiettivo era semplicemente liberare un posto vuoto, abbandonato, come tanti ne troviamo a marcire nelle nostre città, per farlo diventare uno spazio di socialità, un luogo giovanile e popolare, animato da un progetto riguardante la cucina popolare. Dopo pochi minuti dall’ingresso nello spazio, sono arrivate diverse volanti della polizia: siamo stati fermati tutti, sia i ragazzi all’interno del locale sia chi si trovava sulla strada, poi, senza aver avuto la possibilità di contattare avvocati o conoscenti,  caricati sulle volanti e portati in Questura.
La procedura sempre la stessa: ogni richiesta di telefonare ad un avvocato cadeva nel vuoto o veniva seguita da insulti e minacce; poi foto segnaletiche, impronte digitali, perquisizioni fino a rimanere nudi in un bagno da soli con dei poliziotti, il tutto con la lentezza che è propria dei loro neuroni. La giornata si è conclusa dopo 18 ore e mezza, con più di dodici fogli di via da Bologna per tre anni anche per noi compagni di Padova, con la denuncia per “Invasione di terreni ed edifici aggravata, danneggiamento aggravato e possesso di armi o di oggetti atti ad offendere”, con il sequestro di tutti i cellulari, delle macchine e  delle biciclette e – ciliegina sulla torta – con la scomparsa di alcuni effetti personali, tabacco o soldi dai portafogli. Due dei 19 compagni, oltre a tutto questo,  hanno trascorso la notte in cella, accusati anche di furto di una scala e costretti ad essere sottoposti il giorno seguente ad un processo per direttissima. Il verdetto? Rimandati a giudizio, ma la notte in cella era già la loro condanna, ancor prima del processo.
Quella che è toccata a noi è una procedura che le forze dell’ordine sempre più spesso stanno mettendo in pratica, è l’onda lunga degli ultimi decreti securitari fino al più recente, firmato Minniti, che permettono, agli sgherri della legge, di sequestrarti senza alcuna possibilità di dissentire. È successo a noi, è successo alla ragazza di 19 anni che a Torino è stata persino picchiata, o ai compagni antimilitaristi sardi; insomma, colpisce chiunque provi ad alzare la testa e a lottare. Assistiamo da mesi a come, per questi grandi eventi, si metta in piedi un impianto repressivo volto a impedire ai compagni, o a chiunque lo desideri, di partecipare a queste giornate, senza correre il rischio di essere fermati, schedati, trattenuti in questura o allontanati dalla città.
Ormai vediamo come il clima di guerra sul fronte esterno si ripercuota costantemente sul fronte interno, con un aumento costante della militarizzazione del territorio e delle misure repressive nei confronti di chiunque provi a mettere in discussione questo sistema fatto solo di crisi, guerra e sfruttamento.
Non saranno però né manganelli, né fogli di via, né denunce a fermare le nostre battaglie e ad eliminare la volontà  di riprendersi ciò che ci spetta. Noi continueremo ad occupare, ad aprire spazi di libertà, a rialzarci dopo ogni caduta e a star lì, in prima linea. Sappiamo di aver ragione, sappiamo che un’altra società è possibile e sappiamo che solo con la lotta e combattendo sarà possibile costruirla.

SOLIDARIETÀ A TUTTI I COMPAGNI BOLOGNESI!
HASTA LA VICTORIA SIEMPRE!

ASSEMBLEA DELLA MARZOLO OCCUPATA
Padova, 16 giugno 217

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Bourse du Travail de Paris : soirée de soutien aux Travailleurs et aux syndicalistes Iraniens

15 Juin 2017 nouvelles envoyées par mail par des camarades Iraniens et que nous relayons ici ; Lundi 19 Juin 2017 Bourse du Travail – Salle Jean Jaurès , 3 rue du Château d’Eau Paris 10ème de 18h30 à 21h30.

Soirée organisée par Iran Echo – Solidarité Socialiste avec les travailleurs en Iran et plusieurs organisations syndicales Françaises

-Arrestations arbitraires, Interdiction du droit de faire gréve et de créer des organisations syndicales libres, lourdes peines de prison systématiques, cas de tortures physiques et psychologiques, harcèlements de leurs proche et de leurs familles par les polices politiques du régime, refus systématiques de soins médicaux et de droits de visites de leurs familles quand ces camarades Iraniens sont emprisonnés.

Voilà les quotidiens terrible de nos camarades militants syndicalistes en Iran qui refusent de se plier aux politiques anti sociales et ultra libérales de Khamenei et Rouhani qui n’ont rien de bien différentes avec celles brutale pratiquées en Europe, Asie, et en Amérique du nord et Latine.

Durant cette soiré seront lus des témoignages provenant d’Iran, tout en donnant la parole à des militants du monde du travail iranien. Elle permettra également d’exprimer la solidarité des syndicalistes français…

Plus d’informations sur :

https://www.facebook.com/daneshjo.agah
http://www.iran-echo.com/
http://www.workers-iran.org/index.php?lang=en

Contact – Collectif Soliranparis

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Procès Gdeim Izik: le Front Polisario dénonce des pratiques « illégales et immorales »

Bir Lahlou (territoires sahraouis libérés), 11 juin 2017 (SPS) Le Bureau permanent du secrétariat général du Front Polisario a dénoncé les pratiques « illégales et immorales » ayant entaché le procès des détenus politiques de « Gdeim Izik », ainsi que « les violations flagrantes » notamment l’usage de la force à l’encontre des détenus et de tous ceux qui soutiennent leur cause.

Dans un communiqué à l’issue d’une réunion tenue samedi et consacrée à l’examen de nombreux dossiers relatifs à l’actualité nationale et internationale, le bureau, présidé par le président de la République et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali a dénoncé les pratiques « illégales et immorales » ayant entaché le procès des détenus politiques de « Gdeim Izik ».

Le bureau permanent du Front Polisario a salué la « résilience » des détenus de « Gdeim Izik » face à ces pratiques, soulignant que l’occupant marocain tend clairement à incriminer injustement les détenus ».

Il a appelé à « intervenir en urgence » pour permettre aux détenus de Gdeim Izik de bénéficier d’un procès juste et d’être jugés au Sahara occidental, avec leur libération immédiate et inconditionnelle et de tous les détenus politiques sahraouis, dans le cadre du respect du droit international et du  droit humanitaire international.

« Tous ces actes de répression et d’intimidation n’entameront en rien la détermination du peuple sahraoui à poursuivre sa lutte et son combat pour l’indépendance et le recouvrement de sa totale souveraineté « , a ajouté le Bureau.

Evoquant les derniers développements, notamment le travail de la Mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso), le bureau a souligné la nécessité d’appliquer la dernière résolution du Conseil de sécurité concernant les questions en suspens et l’accord militaire N1 dans la région d’El-Guerguerat , en vue d’accélérer l’objectif de la Minurso, l’organisation du référendum d’auto-détermination du peuple sahraoui ».

Il a en en outre mis en garde contre les tentatives d’obstruction et de provocation » de l’occupant marocain inspirées de sa politique expansionniste et de violation de la légalité internationale.

Au volet international, le Bureau permanent du secrétariat général du  Front Polisario a salué les résultats de la tournée effectuée par le président de la Républqiue en Amérique latine, en Equateur, où il a pris part à la cérémonie d’investiture de son nouveau président, Lenin Moreno, et à Cuba où il s’est entretenu avec le président Raul Castro et plusieurs dirigeants cubains.

Les deux visites en Equateur et à Cuba ont été l’occasion d’affirmer la profondeur des relations entre la République arabe sahraouie démocratique  (RASD) et les deux pays, a précisé le communiqué. (SPS)

020/090/TRD

 

source: https://www.spsrasd.info/news/fr/articles/2017/06/11/9225.html

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

La société civile marocaine se solidarise avec le Rif

Rif: Une imposante manifestation à Rabat

Rif: Une imposante manifestation à Rabat

Par A.Z (revue de presse : El Watan (13/6/17)*

Plusieurs organisations avaient appelé à ce rassemblement : Justice et bienfaisance, des partis de gauche et d’extrême gauche, défenseurs des droits de l’homme, des militants de la cause amazighe et activistes du 20 Février, fer de lance des événements de 2011.

La société civile marocaine se mobilise pour le Rif dont la population manifeste depuis sept mois contre la pauvreté et la marginalisation. Des milliers de personnes dont des militants de partis politiques et d’associations de la société civile sont sortis dimanche dans la rue à Rabat, la capitale du Maroc, pour dénoncer la «hogra» (l’injustice), réclamer la libération des détenus du Hirak du Rif et crier leur ras-le-bol face à la marginalisation et la privation des populations de la région du Rif de leurs droits fondamentaux.

Des milliers de personnes ont afflué vers Bab El Had peu avant midi, point de ralliement et de départ de la manifestation à Rabat. Le cortège s’étendait sur près d’un kilomètre, sur l’avenue Mohammed V, principale artère de la capitale, jusqu’à la place Bab El Had, à la lisière de la médina.

Des slogans hostiles à l’Etat marocain ayant rythmé pendant des mois les manifestations d’Al Hoceïma, à Nadour et ailleurs au Maroc, ont été scandés dès le début de la manifestation. D’autres pancartes et banderoles sur lesquelles était écrit : «vive le peuple», «Liberté, dignité, justice sociale», «Libérez les prisonniers» et «Vive le Rif», ont été brandies par les manifestants. Nombre de ces derniers brandissaient le portrait de Nasser Zefzafi, leader emprisonné du Hirak, le mouvement de contestation populaire du Rif.

Des familles des détenus, les parents du leader Zefzafi ont également participé à la manifestation. Ils ont pris un moment la tête de la manifestation, qui se voulait une marche «nationale» de «solidarité» avec le Rif et «contre la hogra et la marginalisation». Selon les représentants du parti Justice et bienfaisance, (Al adl wal ihsane, pas légal mais toléré par les autorités), l’une des organisations à l’origine du rassemblement, ils étaient «un million» à prendre part à cette «marche historique».

Sur les réseaux sociaux, des journalistes marocains indépendants ont estimé la participation à «plusieurs dizaines de milliers» de personnes. Une source au ministère de l’Intérieur marocain a, pour sa part, fait état de 12 000 à 15 000 participants. Plusieurs organisations avaient appelé à ce rassemblement : Justice et bienfaisance, des partis de gauche et d’extrême gauche, défenseurs des droits de l’homme, des militants de la cause amazighe et activistes du 20 Février, fer de lance des événements de 2011.

Al Hoceïma est l’épicentre du hirak (La mouvance), le mouvement populaire qui revendique depuis les droits fondamentaux du Rif. Une région livrée aux aléas du sous-développement, délaissée par le pouvoir, et dont la population a de tout temps dénoncé son exclusion des programmes de développement local. Ses principaux meneurs, dont leur leader Nasser Zefzafi, sont arrêtés depuis le 29 mai, d’où l’exacerbation de la colère des Rifains et le large élan de solidarité avec ce mouvement revendicatif.

Selon les derniers chiffres officiels, 86 personnes ont à ce jour été présentées à la justice, dont une trentaine ont été placées en détention préventive. Elles sont accusées notamment d’«atteinte à la sécurité intérieure» du Maroc. Selon la presse marocaine, les familles des détenus viennent, par ailleurs, de créer un collectif de suivi dont l’objectif principal est «la libération de tous ces détenus».

Devant la crainte d’une déflagration générale, Mohammed VI a dépêché hier une délégation gouvernementale à Al Hoceïma. La délégation, conduite par le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit, a tenu à la mi-journée avec des responsables de la région une réunion de travail consacrée à la «problématique de l’eau», à la construction locale d’un projet de barrage et d’une usine de dessalement.

La réunion s’est déroulée également en présence de la secrétaire d’Etat Charafat Afilal, du gouverneur de la région Nord, Mohamed El Yaakoubi, et du président de cette même région, Ilyas El Omari. Il s’agit de la seconde visite de ce genre en moins d’un mois à Al Hoceïma. Pour répondre aux revendications exprimées dans la rue, l’Etat marocain a relancé ou accéléré tout un catalogue de projets d’infrastructures et de relance de l’économie locale. Cela suffira-t-il à calmer la population du Rif?

Source : El Watan

http://www.elwatan.com//international/la-societe-civile-marocaine-se-solidarise-avec-le-rif-13-06-2017-347130_112.php

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire