L’aide militaire fournie aux rebelles syriens a indirectement contribué à armer l’EI

Un rapport montre que l’organisation djihadiste a récupéré du matériel livré aux groupes anti-Assad par les Etats-Unis et l’Arabie saoudite.

LE MONDE | | Par Madjid Zerrouky et Benjamin Barthe (Beyrouth, correspondant)

Armes et munitions de l’EI saisies par les forces irakiennes, en septembre 2016.

Trois ans d’enquête de terrain entre Kobané, en Syrie, et Bagdad, en Irak, 40 000 pièces récupérées sur les lignes de front et soigneusement analysées, des dizaines de contrats d’achat et d’exportation passés au crible : le rapport sur les armes de l’organisation Etat islamique (EI), publié jeudi 14 décembre par l’ONG Conflict Armament Research (CAR), est l’étude la plus complète produite à ce jour sur ce sujet aussi explosif que complexe.

Il fait la lumière sur les filières d’approvisionnement souvent tortueuses mises en place par l’organisation djihadiste, via la Turquie en particulier, pour constituer et entretenir son arsenal. Il démontre qu’au-delà des saisies réalisées dans les stocks des armées syrienne et irakienne, l’EI est parvenu à récupérer beaucoup d’armes fournies aux groupes rebelles syriens par leurs parrains étrangers, notamment les Etats-Unis et l’Arabie saoudite. Il révèle enfin que ces livraisons ont été effectuées quasi systématiquement en violation des accords conclus avec les pays où ces armes ont été produites – principalement des Etats d’Europe de l’Est – qui incluaient une clause de non-réexportation.

« L’introduction de matériel militaire dans le conflit syrien par des parties étrangères (…) a permis indirectement à l’EI d’obtenir des quantités substantielles de munitions anti-blindage », affirme le rapport. « Ce matériel inclut des armes anti-tanks dotées de systèmes de guidage et diverses variétés de roquettes munies de charges tandem, destinées à détruire des blindages modernes réactifs. Ces équipements continuent de poser une menace significative pour l’ensemble des troupes mobilisées contre les forces de l’Etat islamique », poursuivent les auteurs.

Trésor de guerre

Les enquêteurs de CAR ont pu travailler sur le terrain grâce à leurs contacts au sein des YPG (Unités de protection du peuple), les paramilitaires kurdes syriens, ainsi qu’au sein des forces du Kurdistan irakien et de l’armée irakienne, qui constituent le gros des troupes ayant combattu les djihadistes au sol. La presque totalité (90 %) du matériel de guerre saisi par ces forces sur la ligne de front ou dans les entrepôts de l’EI et que le personnel de CAR a pu expertiser a été fabriquée dans les pays de l’ex-pacte de Varsovie (Russie et Etats d’Europe de l’Est) et en Chine.

Cette prévalence s’explique d’abord par le fait que l’arsenal de l’EI a été constitué en grande partie de matériel pillé dans les bases des armées syrienne et irakienne, largement approvisionnées par ces deux pays. Fin 2014, selon des documents de l’EI, étudiés par Le Monde, celui-ci disposait de 170 chars russes (T55 et T72) : 60 provenant de l’ex-armée irakienne et 110 de l’ex-armée syrienne.

Lors de sa prise de Mossoul, en juin 2014, l’organisation au drapeau noir a mis la main sur un trésor de guerre, de quoi équiper de pied en cap 30 000 hommes. Autre exemple : lorsque l’armée syrienne a évacué Palmyre en décembre 2016, les soldats du califat ont récupéré derrière elles 26 chars, 13 pièces d’artillerie et 5 systèmes sol-air de défense aérienne. Six mois plus tôt, à la suite d’une offensive ratée des forces loyalistes en direction de Tabqa, ils s’étaient emparés d’une dizaine de chars.

Parallèlement à cette manne préexistante, l’EI a su détourner à son profit une partie du flot d’armes introduit en Syrie par les soutiens de la rébellion syrienne. Grâce aux numéros de série relevés sur les pièces auxquelles ils ont eu accès, les experts de CAR sont parvenus à retracer une partie du circuit suivi par ces armes : de leur fabrication, dans une usine de Bulgarie ou de Roumanie par exemple, à leur exportation vers les Etats-Unis ou l’Arabie Saoudite, puis leur livraison à des formations rebelles syriennes, et leur réapparition, pour des raisons inexpliquées, du côté de l’EI.

« Très souvent le cas »

Dans un cas précis – un lanceur de roquettes anti-tanks de type 9M111MB-1 ATGW – le rapport affirme que seulement deux mois se sont écoulés entre son achat en Bulgarie par les Etats-Unis, en décembre 2015, et sa saisie dans un stock de l’EI, à Ramadi en Irak, en février 2016. Le rapport signale, photo à l’appui, qu’une batterie anti-char portative du même genre, portant un numéro de lot similaire et un numéro de série proche, a été utilisée en décembre 2016 par une unité rebelle syrienne, Jaysh Al-Nasr. Une même remarque est faite concernant une autre formation anti-Assad, The New Syrian Army.

Spécialiste du conflit syrien, Charles Lister, chercheur au Middle East Institute, réfute l’idée que ces deux groupes, engagés dans un combat frontal avec l’EI, aient pu délibérément transférer ces armes à leur ennemi. Il plaide pour la thèse d’une simple capture sur le champ de bataille. « C’est le lot de toutes les guerres », selon lui, qu’une portion de l’assistance fournie par un acteur extérieur soit saisie par un belligérant auquel elle n’était pas destinée. Selon ses propres calculs, seuls 2 % des fameux missiles anti-tanks BGM-71 TOW, fournis par la CIA aux rebelles syriens, qui ont causé beaucoup de dégâts à l’armée syrienne, ont été détournés par d’autres groupes.

Sollicité par Le Monde, Damien Spleeters, l’un des auteurs du rapport, affirme que CAR n’a pas trouvé trace de TOW dans les stocks de l’EI. « Le rapport n’affirme pas qu’il y a collusion entre les rebelles et l’EI tout en n’excluant pas non plus cette hypothèse, dit-il. Il démontre simplement que des armes livrées par des parties extérieures à la région ont fini par tomber dans les mains de leurs ennemis, comme c’est très souvent le cas » dans les situations de guerre civile, avec de multiples intervenants. Le rapport n’élucide pas les circonstances qui ont conduit à ce que les djihadistes prennent possession de ce matériel. « C’est une chose sur laquelle nous espérons pouvoir enquêter à l’avenir », confie M. Spleeters.

Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Tous aux manifestations des prochains jours pour la Palestine !

Non, Jérusalem n’est pas la capitale d’Israel ! Non, nous n’acceptons pas le camp de concentration de Gaza ni les bombardements répétés sur la population civile. Les manifestations pour le crier haut et fort, et pour soutenir la résistance palestinienne contre la répression de l’occupant israélien se poursuivent, en France, comme en Palestine et dans le reste du monde.




  • SAMEDI 16 DÉCEMBRE A PARIS

Rassemblement pour la levée du blocus de Gaza et contre l’annexion de Jérusalem

A LA FONTAINE DES INNOCENTS

De 14 H à 17 H


  • suivi d’une soirée projection-débat

samedi 16 décembre de 18 H à 21 H

à la librairie Résistances à Paris

  • SAMEDI 16 DÉCEMBRE A MARSEILLE

Rassemblement à 16 H sur le vieux Port pour une Palestine libre et contre l’annexion de Jérusalem

  • SAMEDI 16 DÉCEMBRE A ROUBAIX

Rassemblement, à 15 H, place de la Liberté à Roubaix, contre l’annexion de Jérusalem et le blocus de Gaza.

  • SAMEDI 16 DECEMBRE A CHAUMONT

De 10H à 12 H : Rassemblement sur la Place centrale

  • DIMANCHE 17 DÉCEMBRE A PARIS

Manifestation pour Jérusalem et pour la levée du blocus de Gaza :

A 15H00 : DÉPART DE CHÂTELET VERS L’AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS

Mercredi les manifestations et leur répression se poursuivaient dans toute la Palestine occupée, malgré la répression de l’armée d’occupation, y compris contre les journalistes dont plusieurs ont été blessés.



Manifestation à Hébron ce mercredi 13 décembre (source : Maan News Agency)

style=’float:left; width:198px;’>
Sans oublier que nous serons par ailleurs présents ce VENDREDI MATIN 15 DÉCEMBRE devant le Palais de Justice pour soutenir notre camarade Rémi des Désobeissants,

Rassemblement devant le palais de justice de Paris à 8 H (Métro Cité. Ligne 4). Le procès se déroulera à partir de 9 H ,à la 28ème chambre.

Plus d’infos ici : http://www.desobeir.net/2017/09/08/soutien-a-remi-1ere-victime-de-la-repression-made-in-macron-il-risque-la-prison/

CAPJPO-EuroPalestine

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

DE GAZA A JÉRUSALEM SOLIDARITÉ AVEC LA PALESTINE

DE  GAZA  A  JÉRUSALEM SOLIDARITÉ  AVEC  LA  PALESTINE

MANIFESTATION  DIMANCHE  17  DÉCEMBRE  2017
15H00  DÉPART  DE  CHÂTELET
VERS  L’AMBASSADE  DES  ÉTATS-UNIS

Cent ans après la déclaration Balfour, par laquelle l’empire britannique promettait aux sionistes l’instauration d’un foyer national juif en Palestine, l’empire des Etats-Unis d’Amérique déclare unilatéralement Jérusalem – Al Qods, capitale de l’Etat colonial Israël.

Comme il y a 100 ans, une puissance impérialiste donne une terre qui ne lui appartient pas à une entité coloniale. Cette décision ne bafoue pas seulement le droit et la justice comme en 1917, mais elle entérine et amplifie un processus de colonisation et de nettoyage ethnique et religieux qui vise à expulser les habitants non juifs de Jérusalem. Il faut rappeler que dans le plan de partage injuste de l’ONU le 29 novembre 1947 (résolution n°181), Jérusalem a un statut séparé des deux Etats préconisés. Malgré cela, les sionistes occupent en 1948 la partie ouest de la ville. Ils commencent alors un vaste plan de construction de colonies de peuplement. Lors de l’occupation en 1967, Israël occupe la partie Est de la ville, qui comprend les lieux saints des trois religions monothéistes. Mais la politique de colonisation continue avec la construction de nouvelles colonies comme Maalé Adoumim…. En 1980, Jérusalem (Est et Ouest) est annexée et est déclarée par l’entité coloniale comme sa capitale. Jusqu’à aujourd’hui, la colonisation continue, quartier par quartier, maison par maison, conduite par les colons avec l’aide de l’armée d’occupation.

Encore une fois, c’est le peuple palestinien qui paye le prix de cette volonté impérialiste :

Du blocus meurtrier imposé à Gaza et à ses deux millions d’habitants avec des attaques meurtrières (2008/2009 – 2012 – 2014), à la colonisation qui se poursuit dans toute la Palestine, à la répression , la prison et la torture qui n’épargnent même pas les enfants. Malgré tout, le peuple palestinien résiste sur sa terre et revendique son droit au retour dans ses foyers d’origines et son droit à l’instauration d’un Etat indépendant avec Jérusalem pour capitale.

La France doit non seulement arrêter sa coopération avec Israël, mais elle doit aussi sanctionner cet Etat colonial pour tous les crimes de guerre qu’il commet.

Vive la résistance du peuple palestinien

Soutien à la campagne BDS – Boycott, Désinvestissement, Sanctions

A l’initiative

de la Coordination des associations palestiniennes

Source : Assawra

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Joyeux ACAB day

ACAB est l’acronyme de l’anglais « All cops [plus anciennement : « coppers »] are bastards » (« Tous les flics sont des salauds »). Il a pour origine une chansonnette répandues dans les milieux populaires cockney.

Lire notre dossier « ACAB ».

All Cops Are Bastards

All Cops Are Bastards

https://secoursrouge.org/Joyeux-ACAB-day

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Deux autres Palestiniens tués à Gaza par des bombardements « israéliens »

Mardi, Israël a encore frappé, lâchant des bombes sur la population de Beit-Lahya au nord de la bande de Gaza, et tuant deux personnes. On ne connaissait pas à la mi-journée le nombre de blessés.




« Les avions militaires israéliens ont mené cinq raids sur différents lieux partout dans la bande de Gaza », nous écrit Ziad Medoukh.

« Les agressions israéliennes contre les civils palestiniens se poursuivent dans tous les territoires palestiniens. Ce bombardement s’ajoute aux différentes mesures atroces de l’occupation israélienne contre la population civile partout dans tous les territoires palestiniens. Une population qui organise des manifestations pacifiques contre l’injustice. La révolte palestinienne contre la décision irresponsable du président américain se poursuit ! », nous commente Ziad qui nous envoie ces deux photos.

RASSEMBLEMENT CE SAMEDI À PARTIR DE 14 H À LA FONTAINE DES INNOCENTS A PARIS !

CAPJPO-EuroPalestine

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Attentat de la rue Copernic : le parquet demande le renvoi du principal suspect devant les assises

Le parquet estime les charges « suffisantes » contre Hassan Diab, même si des doutes subsistent quant à sa présence à Paris au moment de l’attentat, il y a trente-sept ans.

Le Monde.fr avec AFP |

Hassan Diab, arrêté en novembre 2008 pour son rôle supposé dans l’attentat contre la synagogue de la rue de Copernic en 1980, arrivant au palais de justice de Paris en mai 2016.

Le parquet a requis le renvoi aux assises de l’unique suspect de l’attentat à la bombe devant la synagogue de la rue Copernic à Paris, qui a fait quatre morts et une quarantaine de blessés le 3 octobre 1980, a appris l’Agence France-Presse de sources proches de l’enquête mercredi 13 décembre.

L’enquête, l’une des plus anciennes à Paris, a attribué l’attentat, non revendiqué, au Front populaire de libération de la Palestine-Opérations spéciales (FPLP-OS), un groupe né d’une scission du FPLP. Les renseignements français avaient identifié Hassan Diab comme celui qui avait confectionné l’engin explosif, caché sur une moto. Extradé en novembre 2014 du Canada, le Libano-Canadien de 64 ans, qui a toujours clamé son innocence, avait été mis en examen et placé en détention provisoire.

Lire aussi :   Attentat de la rue Copernic : 37 ans après, les juges ont terminé leurs investigations

Dans son réquisitoire, le parquet de Paris a estimé que les charges à l’encontre d’Hassan Diab sont « suffisantes », tout en relevant qu’il existe des « doutes » sur sa présence à Paris au moment des faits, qui devront être débattus devant la cour d’assises spéciale.

Doutes « sérieux »

Le parquet relève plusieurs éléments à charge : « Des notes de renseignement convergentes et réitérées », la ressemblance de Diab avec des portraits-robots réalisés à l’époque, la découverte d’un passeport à son nom avec des tampons d’entrée et de sortie d’Espagne, d’où serait parti le commando.

Il met aussi en avant les comparaisons faites entre l’écriture de Diab et celle sur une fiche d’hôtel remplie par l’homme qui a acheté la moto, ou encore le témoignage d’un couple mettant en cause le suspect comme appartenant aux groupes palestiniens au début des années 1980.

Mais Hassan Diab assure qu’il se trouvait à Beyrouth pour passer ses examens à l’université au moment de l’attentat. Il avait donné au juge d’instruction les noms de deux femmes ayant révisé les épreuves avec lui qui ont corroboré sa version.

Lire aussi :   Attentat de la rue Copernic : le terroriste et son double

Son ex-épouse, Nawal Copty, a également affirmé qu’il était au Liban le 28 septembre 1980, cinq jours avant l’attentat. Or, à cette date, le possesseur du passeport au nom d’Hassan Diab se trouvait déjà en Europe d’après les tampons.

Ces éléments avaient conduit le juge d’instruction à « sérieusement douter » que Diab « soit le poseur de la bombe ». Il avait demandé à plusieurs reprises sa remise en liberté avec assignation à résidence et port d’un bracelet électronique. Un juge des libertés et de la détention avait fait la même demande. Mais à chaque fois, le parquet de Paris avait immédiatement fait appel et la cour d’appel avait décidé de prolonger la détention.

Il appartient désormais aux juges d’instruction de décider d’un renvoi ou non devant la cour d’assises spéciale, composée uniquement de magistrats

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/12/13/attentat-de-la-rue-copernic-le-parquet-demande-le-renvoi-du-principal-suspect-devant-les-assises_5228996_1653578.html#0WlMHchBFa1qYjTU.99

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Belgique : Rassemblement ce mardi matin pour Erdal Gokoglu, antifasciste turc emprisonné

Un rassemblement aura lieu devant le Palais de Justice de Liège à 9h demain matin, mardi, en solidarité avec Erdal Gokoglu, un antifasciste turc, réfugié politique en Belgique, menacé d’extradition vers l’Allemagne.

Voir notre article précédent.

Liberté pour Erdal Gokoglu !

Liberté pour Erdal Gokoglu !

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire