Semaine de la solidarité, un grand vent de solidarité

La Ve Semaine Internationale de Solidarité envers l’Euskal Herria s’est conclue sur un bilan positif allant bien au-delà des éditions précédentes.

Il y a 4 ans, la première édition de l’initiative internationaliste se déroulait dans 5 pays avec 10 événements au total. L’année dernière, les pays concernés étaient au nombre de 18, où la solidarité envers le peuple basque s’est manifestée par quelques 80 activités avant d’aborder l’année 2011, avec un bilan général de 22 pays pour 150 événements. Une année après l’autre, la participation populaire se développe pour atteindre, cette année, le nombre de 5000 amies et amis de l’Euskal Herria, lesquelles ont pris part à des conférences, débats, projections vidéos, expositions, rassemblements et manifestations. Certains de ces événements sont encore à venir puisque la Semaine de la Solidarité n’a pas encore eu lieu en Andalousie, que des actions diverses sont programmées au Venezuela, en Uruguay et en Argentine, sans oublier la grande manifestation convoquée pour le 26 février dans les rues de Milan, en Italie.

Au total, on dénombre donc plus de 5000 participants aux quelques 150 événements organisés dans 22 pays.

Soulignons de même la campagne « Les photos des prisonniers politiques dans la rue », à l’initiative des groupes d’Amis de l’Euskal Herria (Euskal Herriaren Lagunak), qui s’est déroulée avant la Ve Semaine Internationale de Solidarité et a présenté dans les rues de 31 villes du monde entier les photos des personnes victimes de la répression : Milan, Berlin, Argentine, Rome, Londres, Uruguay, Breizh, Turin, Mexico, Barcelone-Gracia, Florence, Lisbonne, Écosse, Dublin, Derry bloody sunday, Madrid, København (Copenhague), Friuli, Livorno, Pavia, Suisse, Barcelone-Sants, Lille, Norvège, Korsika-Toulon, Korsika-Ajaccio, Sinn Féin photo, Ográ Sinn Féin photo, Bologne, Naples, Cork.

Les États espagnol et français, qui oppriment et nient l?existence de l’Euskal Herria, tentent également de faire taire et de bloquer la solidarité internationaliste. On prétend par là nous faire croire que nous sommes isolés. Mais année après année, et semaine après semaine, les groupes d’Amis et amies de l’Euskal Herria sont de plus en plus nombreux, travaillent de mieux en mieux et diffusent leur message qui fait connaître notre voix.

Les innombrables coups de boutoir de la répression n’ont pas pu éviter que le conflit politique basque gagne en notoriété et se fasse une place au sein du calendrier politique mondial. De même, le coup de filet policier visant Askapena a soulevé une vague solidaire provenant des groupes d’Amies et amis de l’Euskal Herria et parcourant le monde en gagnant en ampleur.

Quelques chiffres significatifs :

En Suisse (1ère chronique et 2e chronique) et en Allemagne, des dizaines d’activités ont été organisées avec une participation de 600 et de 400 personnes respectivement. En outre, d’autres événements ont eu lieu au Danemark et en Suède.

En Italie, des centaines de personnes ont pris part aux quelques 35 activités convoquées dans les villes et villages du pays. À cette occasion, nous transmettons un salut à Guido et à Arturo, amis de l’Euskal Herria, qui ont été arrêtés quelques jours avant ces activités et incarcérés pour avoir tenté de stopper un train de déchets nucléaires.

De même, les tournées organisées dans les États espagnol et français ont été couronnées de succès. Ainsi, en Aragon (4 conférences-débat), à Madrid (4 événements dont celui de l’Ateneo en présence de 120 personnes), dans les Pays Catalans (11 rencontres ayant rassemblé un total de plus de 500 personnes). Par ailleurs, dans l’État français, à Paris, des centaines d’amis ont visité l’exposition d’oeuvres d’art réalisées par des prisonniers politiques basques ; des mobilisations ont eu lieu à Lille, à Bordeaux, en Bretagne et en Corse, outre 4 conférences-débats, devant un public de 80 personnes pour celle présentée par Gabi Mouesca.

En Irlande, des activités ont eu lieu dans les villes de Cork, Derry, Belfast et Dublin. En Écosse, 80 personnes ont assisté à la conférence donnée par des membres d’Etxerat tandis qu’à Londres, les amis de l’Euskal Herria ont organisé une grande fête avec la participation de bertsolaris et de groupes de musique basques. Citons encore la conférence prononcée par Brian Currin et Guillermo Barredo devant des députés du parlement britannique. Sachez que les parlementaires, non contents d’appeler à participer aux activités organisées, ont déployé une banderole de solidarité face au palais de Westminster.

La participation d’Euskal Herria à la Semaine

Parmi les points intéressants de ce mouvement solidaire, signalons la participation de collectifs sociaux basques. C’est ainsi que la semaine de solidarité a vu la participation de membres d’Elkartzen, 8H, de la Diaspora, d’Etxerat, d’Ikasle Abertzaleak, de jeunes indépendantistes, de la Gauche indépendantiste basque, d’Askapena, d’Udalbiltza, du Groupe contre la torture, du réalisateur des films « Sagarren denbora » (La saison des pommes) et « Itsasoaren alaba » (Fille de la mer), produits par le GITE-IPES. C’est pourquoi nous tenons à remercier tous les participants pour l’effort accompli et, en particulier, les familles de prisonnières et de prisonniers privées de parloir pour cause de participation à la Semaine de Solidarité, leur rôle dans les activités évoquées ayant été très significatif.

Filature policière

Comme les années précédentes, la présence policière s’est fait sentir, avec des filatures constantes de membres du syndicat étudiant Ikasle Abertzaleak et d’Askapena en Italie et dans les Pays Catalans. Nous dénonçons également le fait que, dans les États espagnol et français, en Italie et au Portugal, les amies et amis de l’Euskal Herria ont vécu dans leur propre chair la criminalisation de la solidarité et que leur réponse a créé de nouveaux espaces et a permis d’approfondir le travail effectué. Nous les remercions chaleureusement pour l’effort accompli.

Liberté pour Arturo et Guido !

Ces deux amis de l’Euskal Herria et organisateurs d’activités de la Semaine de Solidarité ont été arrêtés le 7 février pour avoir tenté de stopper un train chargé de déchets nucléaires hautement radioactifs à la gare Chiusa Condove del Val de Susa. Placés en détention préventive, leur situation a été dénoncée en Italie comme une vengeance raffinée s’adressant à leur esprit solidaire et internationaliste.

Milan : « Tanti popoli un’unica lotta »

« Hamaika herri, borroka bakarra ! (De nombreux peuples, une seule lutte !) »

Le 26 février prochain aura lieu la manifestation annuelle « Tanti popoli un’unica lotta » à l’occasion de laquelle quelques 3000 personnes ont défilé les autres années, chiffre que l’on espère dépasser cette année.

Bien que des représentants et sympathisants du Kurdistan, de Palestine, d?Abya-Yala et d’autres peuples soient annoncés, la solidarité envers l’Euskal Herria jouera un rôle spécial. L’année dernière, lors de cette manifestation, 300 photos de prisonniers politiques basques étaient exhibées et, cette année, une représentation variée venue d’Euskal Herria est annoncée : joaldunak, txalapartariak, représentants d’Askapena, le groupe musical Hesian, et des dizaines de citoyens et citoyennes basques se donneront rendez-vous, aux côtés des membres des groupes d’amis et d’amies de l’Euskal Herria en Italie.

Cette manifestation constitue la principale action internationale de solidarité envers l’Euskal Herria. C’est pourquoi Askapena assurera une couverture spéciale de l’événement.

source ;bellaciao http://www.askapena.org

Publicités
Cet article a été publié dans Basque. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s