Appel du 26 juin pour la journée des prisonniers revolutionnaires

Le 19 juin 1999 de nombreux prisonniers révolutionnaires, communistes, anarchistes, antifascistes et anti-impérialistes signaient ensemble une plate-forme qui sert depuis de base à une journée de mobilisation et de soutien aux prisonniers révolutionnaires à travers le monde. Cette date n’est pas un hasard, elle fut choisi en hommage aux plus de 300 prisonnières et prisonniers membres du  Parti Communiste du Pérou assassinés par le gouvernement du Pérou pour avoir osé se révolter. Ce massacre eut lieu 14 ans plus tôt, le 19 juin 1986.

La France maintient encore aujourd’hui enfermé de nombreux prisonniers politiques. Que ce soit des militants basques (environ 150 à être enfermés en France) ou bien encore de Georges Ibrahim Abdallah qui est en captivité depuis 1984 pour sa lutte contre l’impérialisme et le sionisme. Sionisme qui continue par ailleurs à garder emprisonnés des milliers de palestiniens luttant pour leur indépendance. Nous affirmons clairement notre solidarité avec les prisonniers « administratifs » palestiniens en grève de la faim depuis plus de 50 jours et qui sont isolés par l’entité sioniste qui veut étudier la possibilité de les alimenter de force… et à tous ceux qui essayent de leur apporter un soutien quelconque sur place et qui sont sauvagement réprimés.

Dans le reste de l’Europe aussi de nombreux militants révolutionnaires sont emprisonnés comme en Espagne, en Italie ou en Grèce.

Dans les pays du Maghreb avec la complicité de l’impérialisme français sont aussi détenus d’innombrable prisonniers progressistes et révolutionnaires comme en Tunisie ou bien au Maroc où il y a aujourd’hui plus de 280 prisonniers politiques incarcérés dans les prisons de la honte notamment suite à la répression du mouvement du 20 Février.

Dans tous les pays où des révolutionnaires se battent et représentent une menace pour la bourgeoisie et le capitalisme la répression frappe et l’enfer carcéral commence. C’est le cas en Inde où sont enfermés plus de 4000 prisonniers accusés de faire partie des naxalites tels que le professeur Saibaba de l’Université de New Delhi, c’est aussi le cas aux Philippines où une dirigeante et une dirigeant du Parti Communiste des Philippines ont récemment été arrêté et jeté en prison. Au Pérou depuis septembre 1992, le Président Gonzalo, dirigeant révolutionnaire du PCP, est pris en otage dans un isolement complet par les régimes corrompus et antipopulaires soutenus par l’impérialisme qui se sont succédé. De même en Turquie, les militants turcs et kurdes subissent une violente répression et la torture à l’intérieur des geôles du régimes réactionnaire.

Nous affirmons ainsi notre soutien à tous les prisonniers progressistes et révolutionnaires à travers le monde qui payent de leur liberté leur opposition aux injustices, à l’oppression et à l’exploitation dont les masses populaires souffrent tous les jours. Nous affirmons la justesse de leur combat qui est aussi le nôtre et nous exigeons leurs libérations.


Contre tous les impérialismes, vive la solidarité internationale des peuples !
Liberté pour tous les prisonniers révolutionnaires !
liberte
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s