De fortes images : les conséquences terrifiantes de l’enfer antikurde en Turquie

Dans la province turque de Sirnak, la ville de Cizre a été  presque totalement détruite en  conséquence de l’offensive antikurde de l’Armée, qui « a brûlé vives environ 150 personnes ».

1.7K100
L’agence Ruptly a obtenu des images violentes des édifices  à moitié détruits ou en ruines de la ville de Cizre, dans le sud-est de la Turquie, où le Gouvernement d’Ankara mené une offensive antikurde. La ville dévastée par les militaires turcs héberge encore les familles entières qui vivent dans les sous-sols et sont effrayées par les attaques multiples de l’Armée durant le couvre-feu imposé par le Gouvernement.

Un député du Parlement turc du Parti Démocratique du Peuple (HDP quivant son sigle  Turc) a accusé l’Armée du pays d’avoir brûlé environ 150 personnes dans une offensive contre le Parti des Travailleurs du Kurdistan dans le sud-est de la Turquie.

               Dans le district de Cizre de Sirnak près de 150 personnes ont été brûlés  dans différents édifices par les militaires turcs. Quelques cadavres ont été trouvés sans tête

« Dans le district de Cizre de [la province de] Sirnak près de 150 personnes ont été brûlés vives dans différents édifices par les militaires turcs. Quelques cadavres ont été trouvés sans tête. Certains ont été complètement calcinés, de façon à ce qu’il ne soit pas possible de pratiquer une autopsie », a affirmé au site Sputnik le représentant parlementaire du HDPl HDP Feleknas Uca, qui a précisé que la majorité des morts étaient kurdes.

Bien que les déclarations d’Uca n’aient pas été confirmées sur le terrain par RT, le parlementaire a prévenu que boien d’autres personnes  peuvent connaître pareil destin  dans la région. « La situation dans Diyarbakir est terrible.  Deux cents personnes sont restées bloquées dans des sous-sols et les forces spéciales de la Turquie ne vont pas les  épargner », a-t-il assuré.

Depuis le mois de juillet dernier alors que pour la première fois dans deux ans, le cessez-le-feu a été violé dans la région kurde, l’Armée et les forces de sécurité Turcs se sont employés à en finir avec la vie de membres du PKK dans le sud-est de la Turquie. Actuellement, des dizaines de civils survivent bloquées dans des sous-sols d’édifices par le couvre-feu imposé du district de Cizre de la province de Simiak

                    La situation dans Diyarbakir est terrible. Deux cents personnes sont restées attrapées dans des sous-sols et les forces spéciales de la Turquie ne vont pas les racheter

Les premières informations sur les assassinats  de Kurdes ont été connues au début de cette semaine, quand l’agence de nouvelles ANHA a informé de la découverte de 115 corps sans vie.

Les cadavres étaient si calcinés  à un point tel que les parents ont seulement été capables d’identifier 10 de 115 cadavres trouvés dans les quartiers le Sud et Cudi du district de Cizre dans Sirnak.

Selon le journal ‘ Today’s Zaman ‘, à partir du jeudi en visite à la morgue de l’hôpital étatique de Cizre il n’y avait plus de place pour les corps de nouvelles victimes celles-ci ont été envoyés à d’autres morgues dans la région.

Le mois dernier, la Fondation Turque de Droits de l’homme a annoncé de ce que plus de 160 civils étaient morts depuis qu’Ankara avait lancé »   son offensive contre le PKK en août dernier.parmi  les morts il y a 29 femmes, 32 enfants et 24 personnes âgées de plus de 60 années.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s