Echos de la grève générale du 24 février au Maroc

L’Economiste, 25 février 2016 :

Pendant 24 heures, le Maroc a tourné au ralenti. La grève générale lancée par le front syndical constitué par la CDT, la FDT, l’UGTM et l’UMT a été bel et bien suivie en particulier dans le secteur public. Ces organisations revendiquent un taux de participation de 84,8%. Un chiffre annoncé dès la fin de la matinée. Mais, à l’heure où nous mettions sous presse, le gouvernement n’avait publié aucune estimation. Dans certaines administrations le taux de participation a même frôlé les 100% alors que dans d’autres activités les salariés se sont limités au port du brassard. Conservation foncière, impôts (quelques perceptions recevaient le public), établissements scolaires, Caisse nationale de sécurité sociale, poste, collectivités locales, Marsa Maroc… ont adhéré au mouvement. Pareil pour le personnel de certains délégataires de services publics.

Dans les hôpitaux, seules les urgences étaient opérationnelles assurant ainsi le service minimum. En revanche, les cabinets privés et les cliniques ont travaillé normalement.

L’activité portuaire a été fortement perturbée en particulier à Casablanca où les opérations de chargements et déchargements étaient très réduites. Surtout que le personnel de Marsa Maroc a suivi la grève.

A Casablanca la circulation était plutôt fluide comparativement aux autres jours de la semaine. Les bus, en particulier ceux de m’dina bus, sont restés au dépôt. Les autres opérateurs qui sont à 100% privés ont poursuivi leur activité normalement. Casablanca a également vécu une journée sans le tramway avec toutes les conséquences sur les déplacements. Ces perturbations enregistrées au niveau du transport urbain ont été relativement compensées par les taxis blancs et rouges dont plusieurs n’ont pas suivi l’appel des syndicats. «Je loue le taxi pour une demi-journée et j’ai une famille à nourrir. Je ne peux pas me permettre de m’arrêter», souligne un chauffeur. D’autres estiment que les revendications syndicales ne cadrent pas avec leurs attentes.

Dans l’enseignement, une forte perturbation des cours a été observée alors qu’au niveau du secteur bancaire, un taux de participation de 65% est annoncé par les syndicats. «Certaines agences tournent avec un nombre réduit de salariés dont certains sont sous contrats Anapec. Ceux-ci ne font pas grève de crainte de ne pas être retenus à la fin de la période de stage», justifie un syndicaliste. Ainsi si certaines agences bancaires ont fermé au niveau des quartiers périphériques, d’autres ont servi leurs clients normalement. L’appel à la grève a été lancée depuis plus de dix jours. Il intervient suite à l’échec du dialogue entre le gouvernement et les syndicats. «A l’annonce de ce mouvement, le gouvernement aurait pu nous inviter à reprendre les négociations et le dialogue. Mais il dénigre les syndicats», souligne Miloudi El Mokharek, secrétaire général de l’UMT. Il avertit sur le risque de durcissement du mouvement de protestation. «Le chef du gouvernement n’a établi aucun contact avec nous. Cela témoigne de l’état d’esprit de cette équipe qui n’a aucune culture des négociations et des relations professionnelles. Elle est dans la pensée unique», poursuit le secrétaire général de l’UMT.

Les syndicats exigent un dialogue constructif au sujet d’une série de questions. C’est le cas notamment de l’augmentation générale des salaires, l’application de l’échelle mobile des salaires ainsi que l’augmentation des pensions de retraites. A cela s’ajoute une baisse de l’IR en vue d’améliorer le pouvoir d’achat. Ils s’opposent aussi à la proposition de réforme paramétrique du régime de retraite des fonctionnaires proposée par le gouvernement.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s