Maroc : Echos de la grève générale du 24 février dans les régions

L’Economiste, 25 février 2016 :

Le mouvement de grève décrété par les quatre centrales syndicales a été plus ou moins respecté dans les régions, particulièrement au niveau du secteur public et du transport. Si à Fès, les services communaux de la mairie de Driss Azami ont tous travaillé, dans d’autres villes les guichets sont restés fermés. Tour d’horizon des principaux chefs-lieux.

Oujda: Forte mobilisation dans le public

Forte mobilisation pour «réussir» le mouvement de grève au niveau des administrations publiques et semi-publiques: services municipaux, communes, arrondissements, banques, établissements scolaires, dispensaires de santé (à part ceux qui assurent la garde), justice, différentes délégations ministérielles et surtout le transport urbain (les salariés des deux sociétés de bus). Le taux de participation a frôlé les 75%, selon Hassan Benaini, responsable local de la FDT. Des commissions communes, constituées de syndicalistes, ont sillonné certaines administrations pour juger sur le terrain le taux de participation et sensibiliser les hésitants. Plusieurs grévistes reprochent aux syndicats qui appellent à la grève de se contenter de communiqués au lieu de descendre sur le terrain. Toutefois une faible mobilisation a été enregistrée dans le privé. À part quelques bureaux d’architectes et avocats, les pharmaciens et les médecins n’ont pas rejoint le mouvement de grève. De leurs côtés les taxieurs et les diplômés chômeurs ont tenu un sit-in devant la municipalité pour sensibiliser à leurs causes.

■ Tanger: Le mouvement au ralenti

Une journée presque normale à Tanger. Dans les rues, l’activité ne semble pas avoir été trop touchée. Les transports en commun étaient disponibles et aucun déficit n’a été relevé à ce niveau. Seuls les administrations et les établissements d’enseignement public ont été touchés par cette grève mais le taux de participation était faible à l’heure où nous mettions sous presse. Dans les zones industrielles, le calme est de rigueur, même si certains rassemblements ont été relevés, sans incident majeur. A noter que les entreprises, rôdées à cet exercice, ont pris leurs précautions pour éviter les surprises en décalant leur production. C’est le cas des entreprises exportatrices qui évitent les envois les jours de grève.

■ Fès: Mi-figue/mi-raisin

A Fès, la grève d’hier était perçue comme une journée de repos pour une certaine catégorie de fonctionnaires. A la mi-journée, le bilan était mitigé. Ainsi, à la Radeef et l’ONEE, l’on a assuré le service minimum grâce aux équipes de la permanence. La participation la plus élevée a été enregistrée du côté de l’enseignement, le transport public, et la santé publique, estiment des sources syndicales (l’UMT, l’UGTM et la CDT) qui parlent d’une grande adhésion. Pour ce qui est des services communaux, la mairie de Driss Azami El Idrissi a travaillé à plein régime. Normal, puisque les fonctionnaires craignent surtout les réactions du maire pjidiste et de la centrale syndicale de son parti (UNTM). La situation semblerait aussi «très normale» dans les tribunaux. Ailleurs, au quartier industriel de Sidi Brahim, plusieurs ouvriers ont chômé, non pas pour cause de grève, mais plutôt pour manque ou absence de commandes. Signalons à cet effet que nombre d’usines appartenant à de grandes familles du textile ont mis récemment la clé sous le paillasson. D’autres tournent au ralenti…ou à moitié de leur capacité. En attendant des jours meilleurs, et afin de contrecarrer tout dérapage, la présence des forces de l’ordre a été remarquablement renforcée ce 24 février à Fès.

Marrakech: 40% de taux de participation

A Marrakech, plusieurs administrations publiques ont répondu à l’appel de grève lancé par les syndicats. Mais d’après les autorités locales, le taux moyen de participation à ce débrayage reste faible et se situe à 40%. Un taux qu’il faut relativiser selon le secteur et les administrations. Ainsi, dans certains bureaux des collectivités locales, la grève a été totalement observée alors que d’autres administrations relevant de l’Intérieur ont eu une journée normale de travail. Sur le terrain, la paralysie a été aussi constatée du côté de certaines banques, la Radeema par exemple. Le transport urbain et aérien a maintenu l’activité. Du côté de l’enseignement, les établissements publics -écoles, lycées et certaines facultés- ont massivement répondu à l’appel à la grève. La santé également.

Agadir: Le public chôme, le privé travaille

Dans le chef-lieu du Souss, la grève a bien eu lieu mais n’a pas causé l’inertie de la ville. Dans le secteur du transport, le taux de participation est de près de 40%. «Je participe à la grève aujourd’hui car nous connaissons beaucoup de contraintes qui sont dues à l’anarchie et à la non structuration du secteur», témoigne ce chauffeur de taxi. Dans les établissements d’enseignement public, le taux de participation était assez important, certaines structures ayant tout simplement fermé pour la journée après avoir renvoyé les élèves. Dans les hôpitaux publics, un service minimal a été assuré, notamment celui des urgences. «Nous sommes satisfaits du taux de participation et nous espérons que le gouvernement va saisir notre message», déclare Lahoucine Bouberj, secrétaire-général adjoint de l’UMT régionale Agadir. Il faut signaler qu’un sit-in a aussi été organisé durant 2 heures ce mercredi matin. Il est motivé par les administrateurs et les administrateurs adjoints, et aussi par les enseignants stagiaires. Dans les fermes et les stations d’emballage, le taux de participation est de 50%, nous indique la même source. Par contre, il n’y a pratiquement pas eu de participation du secteur privé. A noter qu’au niveau de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales (FSJES), les examens se sont déroulés normalement. La plupart des enseignants ayant choisi de rejoindre leurs postes comme à l’ordinaire.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s