Rennes : Valls et Cazeneuve à l’oeuvre

Publié le 3 juin 2016 par FSC

Rennes : Valls et Cazeneuve à l'oeuvre
Rennes : Valls et Cazeneuve à l'oeuvre

Le pouvoir et les médias à son service font semblant que le mouvement contre la loi travail est en voie d’être « sous contrôle » comme Valls aime à le prétendre!

En attendant la violence contre les manifestations a franchi un cap!

On se contente, les médias se contentent d’incriminer les forces de police!

Que non seulement les manifestants mais également la presse ont fait les frais de la brutalité policière.

Soit!

L’acharnement contre les journalistes montre à quel point ce pouvoir est attaché à la liberté de la presse.

Et on attend l’indignation de Pugadas et consort contre cette attitude!

Mais n’oublions jamais que les donneurs d’ordre ce sont Hollande, Valls et Cazeneuve!

_______________

Source : Le Monde

Une charge policière, menée à l’aide notamment de véhicules de police, de lacrymogènes, puis de coups de matraque pour empêcher des manifestants contre le projet de loi travail d’accéder à la rocade de Rennes, a fait, jeudi 2 juin, plusieurs blessés qui ont dû être pris en charge par les pompiers.

Peu avant 15 heures, quatre ou cinq véhicules de police ont roulé sans s’arrêter en direction de quelque 300 manifestants pour les disperser. Les policiers ont ouvert les vitres des véhicules pour vaporiser au passage de grandes quantités de gaz lacrymogène sur les manifestants. Les véhicules ne se sont arrêtés qu’après avoir traversé la foule.

Plusieurs dizaines de membres des forces de l’ordre ont ensuite poursuivi les manifestants pour achever la dispersion, à coups de matraque.

 

1 200 manifestants selon la préfecture

Les pompiers appelés sur place ont pris en charge deux blessés. Un troisième a été emmené directement par les manifestants aux urgences, selon un représentant du syndicat SUD. Plusieurs journalistes ont aussi reçu des coups de matraque.

Sur le site de France 3 Régions, le reporter cameraman de la chaîne Bruno Van Wassenhove raconte l’incident : « Les véhicules de police ont (…) serré les journalistes et les manifestants sur le bas-côté de la route. Les forces de l’ordre se sont dirigées vers les jeunes, qui se sont égaillés dans les fossés et les talus. Dans l’action, j’ai vu un confrère photographe se faire matraquer, puis quelques instants plus tard se retrouver à terre. La police a cherché à disperser les manifestants à coups de matraque. Lorsque nous journalistes, nous sommes insurgés auprès des forces de l’ordre de la violence de leur intervention, les policiers, très énervés, ont brutalement écarté plusieurs d’entre nous. Une journaliste qui filmait s’est vu attraper vigoureusement et éjecter, j’ai moi-même essuyé un coup de matraque. » …

__________________

Source :Politis

 

Rennes : la police charge en voiture des manifestants, et les blesse

L’escalade des moyens employés par les forces de l’ordre pour venir à bout des opposants à la loi Travail, vient de franchir un nouveau seuil dans la capitale bretonne.

La violence policière a franchi un nouveau seuil, cet après-midi à Rennes. Il est en effet totalement inédit que les forces de l’ordre chargent des manifestants à l’aide de véhicules de police. Alors que la manifestation « officielle » contre la loi travail s’était terminée sans incident notable devant la préfecture en début d’après-midi, plusieurs centaines de manifestants ont continué à défiler en se dirigeant vers la rocade de Rennes. Après un jeu du chat et de la souris dans le quartier Villejean à l’ouest de Rennes, environ 300 manifestants ont investi la N12, sur une portion permettant d’accéder à la rocade

C’est à ce moment qu’une charge a eu lieu, peu avant 15h00 : environ cinq camionnettes de la police ont roulé en direction des manifestants, sans ralentir, pour les disperser. Les policiers ont ouvert les vitres des véhicules pour vaporiser au passage de grandes quantités de gaz lacrymogène et de bombe au poivre sur les manifestants. Les véhicules ne se sont arrêtés qu’après avoir traversé la foule.

Puis plusieurs dizaines de membres des forces de l’ordre ont alors pourchassé les manifestants pour achever la dispersion, à grand renfort de coups de matraque.

Rien ne justifie l’emploi de tels moyens contre des manifestants, si ce n’est la volonté de faire des blessés. Était-ce le but ?

Rien ne peut expliquer un tel déchaînement de violence, si ce n’est le mépris et la haine des opposants au projet de loi Travail. Un mépris et une haine distillés imprudemment par les principaux responsables du gouvernement, attisés par Pierre Gattaz et des éditocrates irresponsables – le dernier numéro du Point, avec sa Une et l’éditorial de Franz-Olivier Giesbert [osant comparer la CGT à Daesh!!!!] en constitue l’une des pires expressions.

A l’évidence, cette charge inédite marque une nouvelle étape dans l’escalade de la violence, qui avait déjà atteint la semaine dernière un seuil d’alerte avec la terrible blessure infligée par une grenade de désencerclement à Romain D., 28 ans, toujours dans le coma.

Il est plus que temps que le ministre de l’Intérieur et le Premier ministre condamnent ses débordements, dont chacun sent qu’ils peuvent demain blesser mortellement. De fait, la charge des policiers de Rennes a laissé plusieurs manifestants au tapis.

Selon les informations obtenues auprès des étudiants opposés à la loi travail, cinq d’entre eux ont été pris en charge aux urgences pour des coups de matraque, et un cinquième va rester en observation pour la nuit. Bousculé lors de la charge de la police, peut-être par un coup de bouclier, il a expliqué à l’AFP s’être alors blessé à l’œil en tombant dans un fossé.

Plusieurs journalistes ont aussi reçu des coups de matraque, a constaté l’AFP. « Je me suis pris un coup de matraque sur la tête. Heureusement que j’avais un casque sinon je serais à l’hôpital. Sur mon casque est bien écrit « Presse », donc c’était tout à fait délibéré », a notamment témoigné Vincent Feuray, photographe indépendant, qui a assisté ensuite à des coups portés sur d’autres confrères vidéastes. Le Club de la presse de Rennes et de Bretagne a condamné « fermement ces atteintes à la liberté d’exercer son métier, et rappelle solennellement que les journalistes ne sont pas des cibles ».

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s