Cinq flics tués à Dallas lors d’une manifestation contre les crimes policiers

ENFIN UNE JUSTICE POPULAIRE !

ENFIN UNE RESISTANCE A L’HAUTEUR DE CES FLICS RACISTES !

Cinq policiers ont été tués et six autres blessés par balle dans la soirée du jeudi 8 juillet, à Dallas, a annoncé la police de la ville. Les faits se sont déroulés en marge d’un rassemblement organisé pour dénoncer les violences policières après la mort, cette semaine, de deux hommes noirs.

Le chef de la police, David Brown, a précisé dans un communiqué qu’au moins deux tireurs embusqués avaient ouvert le feu sur les officiers. Un homme, dont la photo avait été diffusée par les forces de l’ordre sur Twitter, s’est rendu aux autorités. Un autre individu a été interpellé après avoir échangé des tirs avec des membres du SWAT, la force d’intervention de la police.

Lire aussi :   Ce que l’on sait des policiers pris pour cible par des snipers à Dallas

  • « Nous avons un grave problème » reconnaît M. Obama

Quelques heures plus tôt, le président américain Barack Obama s’était exprimé sur les tensions entre une partie de la population américaine et les forces de l’ordre. La mort de deux hommes noirs en autant de jours, abattus par des policiers filmés au moment des faits, est le symbole d’un « grave problème » de la société américaine, avait-il dénoncé. Des enquêtes fédérales ont été réclamées dans ces deux affaires.

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/07/07/534×0/4965856_6_c6a4_barack-obama-le-7-juillet-2016_a3bad32ad8317b9a8c95a29ffcdca389.jpgBarack Obama, le 7 juillet 2016.

« Admettre que nous avons un grave problème ne contredit en rien notre respect et notre reconnaissance envers l’immense majorité des policiers qui mettent leurs vies en jeu pour nous protéger au quotidien », a écrit le président américain dans un communiqué, après la mort, mardi, d’Alton Sterling à Bâton-Rouge, en Louisiane, et celle, mercredi, de Philando Castile, à Falcon Heights, dans le Minnesota.

« Il est évident que ces tirs meurtriers ne sont pas des incidents isolés. Ils sont symptomatiques de défis plus importants au sein de notre système judiciaire, ainsi que de disparités raciales qui apparaissent dans le système année après année et du manque de confiance qui en résulte entre les forces de l’ordre et de trop nombreuses communautés. »

Lire aussi :   Néonazi, Ku Klux Klan, pro-Trump… Intox en série sur le policier qui a tué Alton Sterling en Louisiane

Arrivé aux premières heures de vendredi à Varsovie (Pologne), où il doit participer à un sommet de l’OTAN, le président a déploré que son pays avait vécu « trop de fois des tragédies » similaires et appelé la police à entreprendre des réformes. Rappelant que les Américains non blancs sont plus susceptibles d’être arrêtés, fouillés ou tués par les forces de l’ordre, il a exhorté ses compatriotes à ne pas y voir un problème seulement pour les minorités.

« Ce n’est pas seulement le problème des Noirs. Ce n’est pas seulement le problème des Hispaniques. C’est un problème américain dont nous devrions tous nous préoccuper. Il nous revient à tous de dire que nous pouvons mieux faire. Nous valons mieux que cela. »

  • Philando Castile, tué devant sa compagne et sa fille

Philando Castile a été mortellement blessé par balle par un policier, dans la banlieue de Minneapolis, au cours d’un contrôle routier, mercredi 6 juillet dans la soirée. Le contrôle a eu lieu à Falcon Heights, dans le Minnesota, autour de 21 heures locales (4 heures en France), a déclaré la police de St Anthony.

La petite amie de Philando Castile se trouvait à bord du véhicule et a filmé avec son téléphone portable les derniers instants de son compagnon, qui ont suivi les coups de feu. Elle explique que le policier a tiré sur son ami alors qu’il cherchait ses papiers d’identité, après que la voiture avait été arrêtée pour un phare cassé.

Lire aussi :   Un Afro-Américain abattu par un policier lors d’un contrôle routier à Minneapolis

Lors du contrôle, a-t-elle raconté jeudi à des journalistes, l’agent a émis des demandes contradictoires, exigeant de Philando Castile qu’il lève les mains en l’air et qu’il présente ses papiers d’identité, qui se trouvaient dans sa poche arrière. La police, pour sa part, a simplement confirmé la mort d’un homme tard mercredi après un contrôle routier. Jeudi, face à l’émoi suscité par la mort de Philando Castile, le gouverneur du Minnesota a reconnu que la réaction du policier à l’origine des tirs semblait « démesurée. »

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/07/07/534×0/4965855_6_92e8_2016-07-07-ae3856a-5244294-01-07_2465a00c5bd3eec0b1c88d954d0ab48c.jpgUne pancarte « justice pour Philando » devant la maison du gouverneur du Minnesota, le 7 juillet 2016.

  • Procès du policier qui a tué Freddie Gray

Hasard du calendrier, un policier était jugé jeudi à Baltimore pour l’homicide de Freddie Gray, l’affaire emblématique de ce jeune homme noir mortellement blessé dans un fourgon de police il y a plus d’un an. La cité portuaire s’était à l’époque embrasée et avait connu des émeutes raciales, comme Ferguson avant elle.

Lire aussi :   Ouverture d’une enquête fédérale après la mort d’un Noir abattu par la police en Louisiane

  • Une centaine de personnes se mobilisent pour Alton Sterling

Surtout, l’affaire Philando Castile survient après un autre homicide, mardi en Louisiane, qui a pris une ampleur nationale lorsqu’une vidéo a été diffusée. Alton Sterling, un vendeur ambulant noir, a été abattu mardi de plusieurs balles par deux policiers blancs qui l’avaient préalablement plaqué au sol, devant un centre commercial de Bâton-Rouge.

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/07/07/534×0/4965857_6_3c76_un-tag-representant-alton-sterling-tue-par_a96132f831f4f7fe39fde583864887e5.jpgUn tag représentant Alton Sterling, tué par un policier, en Lousiane, le 5 juillet 2016.

Les faits se sont déroulés à 0 h 35, mardi 5 juillet (6 h 35 à Paris). La police s’était rendue sur les lieux à la suite d’un appel anonyme d’une personne disant qu’elle avait été menacée par un homme avec un pistolet, selon un communiqué des forces de l’ordre.

Une vidéo d’amateur circulant sur Internet montre les deux agents, membres de la police de Bâton-Rouge (BRPD), capitale de la Louisiane, qui tentent d’interpeller la victime sur le parking d’un centre commercial. Une centaine de personnes se sont rassemblées mercredi soir pour allumer des bougies sur les lieux de la mort d’Alton Sterling.

Lire aussi :   Aux Etats-Unis, l’illusion d’une société postraciale

  • Cinq cent cinq personnes tuées

La mort de plusieurs personnes noires tuées par la police ces dernières années a ravivé les tensions raciales aux Etats-Unis et a suscité de nombreuses manifestations, qui ont parfois dégénéré en émeutes. Selon le Washington Post, cinq cent cinq personnes ont été tuées par la police depuis le début de l’année 2016. Vox ajoute que les Afro-Américains, qui constituent 13 % de la population des Etats-Unis, représentent 31 % de ces victimes.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/07/07/etats-unis-les-afro-americains-abattus-par-la-police-symbolisent-un-grave-probleme-selon-obama_4965858_3222.html#rMzQr0UWKoxiJwG4.99

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s