La lutte se developpe : trois flics tués par balles à Bâton-Rouge, en Louisiane

Trois policiers ont été tués, et trois autres blessés, dimanche 17 juillet au matin, lors d’une fusillade à Bâton-Rouge (Louisiane), selon le bureau du shérif local. Le tireur « a été abattu », a déclaré le chef de la police de l’Etat de Louisiane, le colonel Mike Edmonson. « Il n’y a pas d’autre tireur dans la région de Bâton-Rouge » a-t-il précisé, démentant des informations qui avaient circulé auparavant évoquant deux tireurs en fuite.

L’identité du tireur a été communiquée à plusieurs médias par une source policière sous couvert d’anonymat. Il s’agit de Gavin Long, un jeune homme noir qui fêtait ses 29 ans dimanche 17 juillet. Le Pentagone a confirmé qu’il s’agissait d’un vétéran du corps des marines, passé par l’Irak pendant huit mois en 2008. Il était originaire de Kansas City dans le Missouri, une ville située à 1 150 kilomètres du lieu de la fusillade.

Lire aussi :   Etats-Unis : les relations interraciales se dégradent, selon une majorité des Américains

« Des attaques contre nous tous »

Lors d’une courte allocution, Barack Obama a précisé que les motivations du suspect étaient encore inconnues. « En tant que nation, nous devons dire haut et fort que rien ne justifie des attaques sur les forces de l’ordre », a déclaré le président américain. « Les attaques contre la police sont des attaques contre nous tous », a-t-il ajouté.

Le président a ensuite visé – sans le nommerDonald Trump, qui avait stigmatisé peu de temps après la fusillade, un « manque de leadership ». « Nous n’avons pas besoin de rhétoriques enflammées. Nous n’avons pas besoin d’accusations imprudentes lancées pour marquer des points politiquement. Nous devons contrôler nos paroles et ouvrir nos cœurs », a insisté Barack Obama.

Les circonstances de la fusillade restent floues. Le chef de la police de Louisiane n’a donné aucune indication sur les motivations du tireur.

« Il semble qu’ils [les agents] ont répondu à une fusillade », a expliqué Casey Rayborn Hicks, porte-parole du shérif, sur la chaîne de télévision locale WAFB9, éclairant les circonstances du drame. Les agents blessés ont été transportés à l’hôpital, mais la situation semble circonscrite, selon Don Coppola, un porte-parole de la police de Bâton-Rouge.

Une vidéo mise en ligne par la chaîne de télévision montre des policiers arrivant sur les lieux de la fusillade, où l’on peut distinctement entendre des coups de feu. On entend d’abord une succession de tirs espacés, et ensuite un feu bref mais nourri.

Sur WAFB9, le maire de Bâton-Rouge, Kip Holden, a appelé au calme, redoutant de nouvelles tensions. « Ne laissons personne définir cette communauté par des actes absurdes de violence », a-t-il déclaré.

Théâtre de manifestations sévèrement réprimées

Ce drame se produit dans un contexte de très fortes tensions raciales dans la capitale de la Louisiane. Bâton-Rouge a été le théâtre ces dernières semaines de nombreuses manifestations, souvent réprimées de manière très musclées par la police. Ces manifestations de colère avaient suivi la mort, au début de juillet, d’Alton Sterling, un vendeur ambulant noir abattu par un policier.

La vidéo amateur de ses derniers instants, amplement relayée sur Internet, a provoqué une vague d’indignation redoublée le lendemain par la nouvelle qu’un autre Noir, Philando Castile, avait été tué par un policier, cette fois dans le Minnesota (Nord).

C’est au cours des nombreuses manifestations dans le pays, pour dénoncer les violences policières, qu’un homme seul a abattu cinq policiers à Dallas, le 7 juillet. Micah Johnson, ancien combattant noir américain, qui avait affirmé vouloir tuer des policiers blancs en réponse à la mort des deux hommes noirs sous les balles des forces de l’ordre.

Lire aussi :   Fusillade de Dallas : un tireur « voulait tuer des policiers blancs »

Trois suspects arrêtés la semaine dernière

La semaine dernière, la police de Bâton-Rouge avait annoncé avoir arrêté trois personnes qui avaient pour projet d’assassiner des policiers. L’un des suspects interpellés, Antonio Thomas, âgé de 17 ans, a révélé « pendant son interrogatoire que lui, ainsi que trois autres suspects, avaient volé les armes et allaient se procurer des balles pour tirer sur la police », selon un communiqué de la police publié mardi.

La législation des armes à feu en Louisiane permet de se procurer facilement des armes à feu, y compris des fusils d’assaut semi-automatiques.

Lire aussi :   Après la tuerie d’Orlando, les élus américains tentent à nouveau de légiférer sur les ventes d’arme

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/07/17/etats-unis-trois-policiers-touches-par-des-tirs-a-baton-rouge-en-louisiane_4970874_3222.html#Oxgzf0y9AJXzeYvq.99

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s