Algérie: Troubles sociaux

contrac_938254479.jpg

La Gendarmerie nationale donne l’alerte

La gendarmerie nationale met en garde contre la situation «préoccupante» sur le front social, malgré une amélioration constatée durant le deuxième trimestre 2016.

«Malgré la diminution constatée, la situation sociale reste préoccupante et demeure marquée par la récurrence des contestations à caractère social», constate la gendarmerie dans son bilan du 2e trimestre de l’activité de sécurité publique générale et de police judiciaire. Selon le document rendu public lundi, la situation sur le front social a été caractérisée par l’enregistrement de 429 cas de troubles à l’ordre public, soit cinq par jour, ainsi que 691 cas de conflits sociaux.

«L’analyse comparative par rapport à la même période de l’année précédente fait ressortir une hausse de 78% pour les conflits sociaux et une baisse de 14% pour les attroupements. Dans ce cadre, les unités de la gendarmerie nationale ont exécuté 23 réquisitions, dont 11 avec les moyens de maintien de l’ordre, soit une hausse de 15% par rapport au 2e trimestre 2015», précise le bilan de la gendarmerie.

Les causes principales de ces mouvements sont essentiellement l’accès à l’emploi et au logement, l’alimentation en eau potable, le raccordement aux réseaux d’assainissement, de distribution de l’électricité et du gaz, l’amélioration des conditions de vie en général.

Les wilayas concernées par la délivrance des réquisitions sont situées principalement au centre et à l’Est : Médéa, Alger, Boumerdès, Aïn Defla, Blida, Batna, Annaba, Guelma, Skikda, Mila. Ne se contentant pas, pour une fois, de détailler les causes des troubles à l’ordre public, ce corps de sécurité placé sous la tutelle du ministère de la Défense nationale estime que les revendications sociales doivent être «une priorité» des pouvoirs publics.

«Ces préoccupations doivent être considérées comme une priorité des pouvoirs publics, qui n’ont ménagé aucun effort pour atténuer l’intensité des foyers de tension», constate la gendarmerie, qui étonne par sa franchise inhabituelle. Selon le rapport de la gendarmerie, la paix sociale a connu une «amélioration» qui se traduit essentiellement par la régression des attroupements et des contestations sociales.

«Ce calme est le résultat de la réaction des pouvoirs publics à la prise en charge effective des préoccupations à caractère socioéconomique exprimées par les populations», lit-on dans le document, qui explique que cette régression est due notamment aux «efforts consentis par les unités de la gendarmerie sur le plan préventif, et ce, par le travail d’anticipation et la transmission de l’information aux autorités administratives en temps opportun». (…)

Nadir Iddir El Watan, 10 août 2016

http://www.algeria-watch.org/revolte/gendarmerie

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s