Un verdict grave. Le combat reprend donc et continue auprès de Jean-Marc Rouillan. Il n’y a pas d’apologie, il ne peut y avoir de condamnation.

collage de prison de Joëlle Aubron

collage de prison de Joëlle Aubron

Pour la deuxième fois dans cette procédure, nous avons été empêchés d’entrer dans la salle d’audience. Le gendarme de service nous a indiqué qu’il avait des ordres et ne faisaient entrer que des personnes ayant une convocation. Il est clair que nous devons à l’avenir nous organiser pour faire valoir un simple droit : la publicité des débats. Cela nous rappelle bien des souvenirs. Procès politique bonjour.

 

C’est donc un journaliste qui nous a indiqué les attendus de la décision. Ceux-ci sont repris dans certains journaux :

En s’exprimant ainsi, Jean-Marc Rouillan, qui a lui-même dans le passé fait partie d’un « mouvement terroriste », « a fait preuve d’empathie à l’égard des auteurs des attentats qui ont frappé le territoire français en janvier et en novembre 2015 en les qualifiant de très courageux, en réfutant toute lâcheté pour qualifier leurs actes », a estimé le tribunal.

« La présentation positive et à la gloire des auteurs de ces attentats constitue une indéniable apologie d’actions terroristes », selon les juges. En outre, dans la mesure où ses propos ont été tenus dans une émission « très écoutée par les jeunes des cités de Marseille susceptibles d’être tentés par Daech (acronyme arabe de l’organisation djihadiste État islamique, NDLR) ou Al-Qaïda », ces faits « particulièrement graves » ne sauraient être « excusés ou minimisés .

 

Rappelons que l’accusation était d’apologie du terrorisme et que comme on le voit ce n’est pas du tout ce qui est retenu dans la condamnation. Evidemment, car comme l’ont indiqué plus de 200 signataires dans la phrase retenue, pas plus que dans l’interview, il n’y a de glorification des actions de Daesh.

 

8 mois fermes, c’est très proche des réquisitions et c’est très lourd. D’abord politiquement, car cela crée une proximité voulue et entretenue avec notre combat révolutionaire. Le pouvoir judiciaire n’a rien entendu de ce que Jean-Marc Rouillan a pu dire. Mais, c’est aussi avec la lourdeur voulue de la peine, une menace grave pour sa liberté.

 

Le combat reprend donc et continue auprès de Jean-Marc Rouillan. Il n’y a pas d’apologie, il ne peut y avoir de condamnation.

 

linter

le 7 septembre 2016

http://linter.over-blog.com/2016/09/un-verdict-grave-le-combat-reprend-donc-et-continue-aupres-de-jean-marc-rouillan-il-n-y-a-pas-d-apologie-il-ne-peut-y-avoir-de-conda?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s