Week-end de solidarité avec les prisonnier-E-s de la guerre sociale

Comment affirmer une solidarité, y compris face à la répression, avec des
actes de révolte partagés ?

En ces temps de guerre et de serrage de vis généralisé, les conditions de
vie insupportables qui nous sont imposées reposent sur la peur. Peur de
perdre son boulot et de ne pas arriver à boucler les fins de mois, peur de
la police, peur de la prison. Un sentiment encore renforcé par un état
d’urgence prolongé indéfiniment et par l’enfermement de toujours plus de
récalcitrantEs et pour toujours plus longtemps. Il y a pourtant tellement
de raisons de se révolter contre ce monde de fric et de flics, qu’il n’y a
rien d’étonnant à ce que nombre d’individus ne se résignent pas et
continuent d’agir envers et contre tout, à quelques-unEs ou à plusieurs,
de jour comme de nuit. Car la guerre sociale ne connaît pas de trêve
contre l’ordre mortifère de l’Etat et du Capital : attaques de frontières,
mutineries en taule, évasions de centres de rétention, sabotages de
projets d’aéroport ou de THT, saccages d’écoles, incendies d’engins de
chantier ou de câbles des flux de transport et d’information, destructions
de permanences électorales ou émeutes suite à un énième assassinat
policier, débrouilles quotidiennes pour tenter d’échapper à l’esclavage
salarié,… voilà un peu du désordre quotidien qui se passe volontiers de
loi –divine ou terrestre– pour se manifester en toute liberté.

Ces derniers mois dans différentes villes, y compris lors de déambulations
sauvages en dehors des partis et des syndicats, nous sommes nombreux/ses à
nous être réjouiEs de la multiplication d’actes offensifs dans la rue. Des
affrontements avec les chiens de garde de l’Etat et de la propriété
jusqu’à la destruction incendiaire de leur outil de travail, des vitres
brisées de commerces jusqu’au pillage occasionnel de leur contenu, de
l’incendie de Porsches ou d’Autolib aux blocages de lycées, des (rares)
attaques de journaflics jusqu’au débordement des services d’ordre
syndicaux, tout cela est venu bousculer l’arrogance des puissants. Dans
toutes les formes de lutte –qui ne se limitent pas au “mouvement social”
en cours–, l’auto-organisation et l’action directe sont indispensables
pour rompre avec la pacification par la marchandise et avec le terrorisme
d’Etat. Car prétendre qu’il est inconcevable que des individus s’opposent
directement à l’ordre existant, cela revient à dire à demi-mot qu’il n’y a
tout simplement pas de révolte sociale possible.

Si toutes ces attaques nous ont réchauffé le cœur et qu’une dizaine de
personnes sont toujours incarcérées, notamment en préventive suite à
l’incendie d’une voiture de police en mai dernier à Paris, il s’agit donc
de continuer à défendre publiquement les actes et leurs mille et unes
bonnes raisons, mais aussi de poursuivre les hostilités comme forme de
solidarité active. Peu nous importe que les accuséEs soient coupablEs ou
innocentEs, nous laissons volontiers ces catégories aux charognes en toge
et à leurs souteneurs. Dans ou hors des manifestations, tentons de faire
de la solidarité une force en refusant de fermer nos gueules et de se
poser en victimes, en cherchant à briser l’isolement recherché par le
pouvoir, et à ouvrir un espace de cohérence entre les idées et les actes
de révolte…

Pour alimenter le débat en vue de la destruction de toutes les prisons et
du monde qui les génère et en a besoin, bienvenue au week-end de
solidarité avec les prisonnierEs de la guerre sociale !

Deux jours de discussions, infokiosques et concert de soutien avec la
caisse « Kalimero », sur le thème : Comment affirmer une solidarité, y
compris face à la répression, avec des actes de révoltes partagés ? Ces
deux journées se dérouleront samedi 29 octobre et dimanche 30 octobre à La
Parole Errante, 9 rue François Debergue à Montreuil (M° Croix de Chavaux).

Samedi 29 octobre, 13h :
Discussion. Flics, juges, médias, syndicats, tous participent à
l’écrasement des révoltes. Pourtant, tous ne font pas l’objet de la même
critique ni de la même hostilité. Face à tout ça, on se laisse souvent
acculer à une réaction de défense balisée par le pouvoir lui-même. Comment
sortir de l’impasse répression/anti-répression ?

Samedi 29 octobre, 16h :
Discussion. Qu’est-ce que la solidarité, et comment en faire une partie
intégrante de nos luttes ?

Samedi 29 octobre, 21h :
Concert de soutien avec la caisse « Kalimero ». Kalimero est une caisse de
solidarité avec les prisonniers de la guerre sociale qui existe depuis
2007 et qui envoie des mandats à des individus incarcérés, notamment à une
partie de ceux qui sont tombés ces derniers mois au cours des dernières
manifestations à Paris.
Avec le punk des Binamé, le rap de Cerna, un groupe surprise et un open-mic.

Dimanche 30 octobre, 15h :
Discussion. Comment être là où on ne nous attend pas face aux multiples
formes et aux rouages du contrôle social et de l’enfermement ?

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s