LIBAN : Des ouvriers de Sukleen en grève, les ordures s’amoncellent…

Les habitants de la capitale constatent depuis deux jours que les ordures ne sont plus collectées et qu’elles s’amoncellent dans les bennes. Une source de Sukleen indique à L’Orient-Le Jour qu’« un groupe d’ouvriers – et non l’ensemble de la force ouvrière – a décidé de bloquer les entrées des usines de tri de la compagnie à La Quarantaine et à Amroussié avec des blocs de béton, mercredi à minuit ».

Ces ouvriers avaient notifié la direction de la compagnie, dès le début de la semaine, d’une liste de revendications, lui laissant 48 heures pour trancher l’affaire qui les préoccupe. Les salariés sont inquiets pour leurs emplois, du fait que la compagnie, qui collecte et transporte les déchets de la capitale et du Mont-Liban depuis une vingtaine d’années (le traitement est assuré par Sukomi, du même groupe), doit céder la place, en mars prochain, à une nouvelle compagnie privée qui vient de remporter l’appel d’offres lancé par le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR, voir L’OLJ du 19 octobre). Une fois les 48 heures passées, ces ouvriers ont donc bloqué l’accès aux usines, empêchant par là même la collecte.

Après avoir publié un communiqué précisant qu’elle œuvre à assurer les droits de ses ouvriers de conserver un emploi après la fin de son contrat avec l’État (voir L’OLJ du 21 octobre), Sukleen s’apprête donc à poursuivre les négociations avec les ouvriers protestataires. La source de Sukleen précitée précise que des négociations seront effectuées par le biais du ministère du Travail, afin de tenter de satisfaire les revendications « compréhensibles » des ouvriers. Toutefois, jusque-là, rien n’a été fait pour rouvrir les usines fermées par les blocs de béton, même si les sources de Sukleen assurent que les forces de l’ordre et les différentes autorités ont bien été notifiées de la situation. En d’autres termes, personne ne peut certifier quand la collecte reprendra… Et les rues en sont, comme d’habitude, les premières victimes.

À noter que Sukleen sera remplacée par Soriko, qui a remporté l’appel d’offres de la collecte et du transport des déchets en fin de semaine dernière. La nouvelle compagnie devrait prendre ses fonctions en mars. Quant à Sukomi, elle cédera la place à la compagnie de Jihad el-Arab pour le compostage et le traitement, en principe à la fin de 2016.

 

Pour mémoire

Déchets : encore et toujours des palliatifs, en attendant la prochaine crise

http://www.lorientlejour.com/article/1014131/des-ouvriers-de-sukleen-en-greve-les-ordures-samoncellent.html

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s