Des réfugiés sahraouis contre Siemens au Sahara Occidental occupé

7 octobre 2016 / WSRW

Photo : http://www.wsrw.org/

Quand le Maroc a envahi le Sahara Occidental en 1975, la moitié de la population a dû fuir. Aujourd’hui, 40 ans plus tard, ils vivent toujours comme réfugiés sur la terre algérienne voisine de leur pays.

Sur les terres évacuées, la compagnie allemande Siemens construit de parcs éoliens pour le gouvernement marocain. La plus grande ferme, le Foum El Oued, est un complexe de 50 Mégawatt, près de la ville capitale El Aaiun.

« En investissant dans ces infrastructures sur le territoire occupé, le Maroc devient logiquement moins enclin à prendre part au processus de paix de l’ONU. L’implication de Siemens est profondément préoccupante, car elle contribue à cimenter l’occupation « , a déclaré Mohamed Jalihenna, de la Campagne sahraouie contre le pillage.

Son groupe travaille à dénoncer l’implication des entreprises étrangères opérant dans le territoire occupé. Siemens n’a jamais répondu aux questions posées sur l’existence de sa part d’une sollicitation du consentement du peuple du territoire.

Lors de la manifestation d’hier dans le campement de réfugiés appelé Aousserd, des centaines de personnes ont marché de leurs maisons vers le lieu de rassemblement où avait lieu la manifestation.

Mohamed s’inquiète de ce que lors des négociations sur le climat COP22 en novembre le Maroc pourrait recevoir des éloges sans fondement de la communauté internationale. Il explique que le matériau dors et déjà présenté par le Maroc pour la COP22 contient des informations fausses, et que le Maroc indique que ses projets Siemens au Sahara Occidental sont situés au Maroc. Ils ne le sont pas.

« Une part croissante des projets énergétiques du Maroc ne sont pas au Maroc, mais au Sahara Occidental. Aucun État dans le monde ne reconnaît les revendications infondées du Maroc sur notre terre. Nous demandons à tous les participants des négociations sur le climat de la COP22 d’être prudent en se référant aux projets marocains – parce que beaucoup d’entre eux ne sont pas situés au Maroc, mais contribuent plutôt au conflit avec son voisin le Sahara Occidental, qui est sous annexion », a déclaré Mohamed.

Les deux compagnies qui exploitent le Foum El Oued sont l’allemand Siemens et la société marocaine Nareva.

Western Sahara Resource Watch a couvert en 2013 les controverses de l’énergie renouvelable au Sahara Occidental occupé dans le rapport « la sale marche verte ».

Cet article a initialement été publié sur Western Sahara Ressource Watch

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s