Ceuta: des centaines de migrants africains escaladent la clôture

Des centaines de migrants africains ont pénétré vendredi 9 décembre dans l’enclave espagnole de Ceuta en escaladant la clôture qui la sépare du territoire marocain, entre début janvier et le 30 septembre 2016, quelque 10 800 migrants ont atteint l’Espagne par voie terrestre ou maritime, selon l’Organisation internationale des migrations. Ceuta et Melilla sont les deux seules frontières terrestres de l’Union européenne avec l’Afrique.

Près de 800 migrants subsahariens ont tenté de pénétrer à Ceuta et plus de la moitié y sont parvenus. Ils ont forcé deux portes de la gigantesque clôture de six mètres de haut qui cerne cette enclave espagnole en territoire marocain. Une centaine de migrants ont été blessés au cours de l’assaut par les barbelés cisaillant décriés maintes fois par les organisations de défense des droits de l’homme.

Particulièrement organisé, ce franchissement massif a été coordonnée pour que l’assaut puisse être donné en dix points diffférents de la barrière grillagée. Les migrants, qui ont laissé éclater leur joie, ont été conduits dans un centre d’accueil prévu pour accueillir seulement 500 personnes.

Côté espagnol, deux membres de la Guardia Civil ont été blessés, emportés par le flot de personnes. Côté marocain, on avance vingt policiers blessés lors de cet assaut rapporte notre correspondante. Les autorités chérifiennes assurent également avoir interpellé 300 clandestins.

Le Maroc, à  14 kilomètres des côtes espagnoles

Melilla et Ceuta, deux enclaves espagnoles en Afrique du Nord, sont des destinations prisées par les clandestins qui cherchent à se rendre en Europe étant donné la proximité des deux côtes.

Le Maroc a démantelé il y a plus d’un an les camps de fortune nichés aux abords des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Rabat, régulièrement montré du doigt pour son traitement des migrants clandestins, avait lancé une campagne de régularisation qui a connu un succès mitigé.

L’Union européenne elle a investi des sommes importantes pour la construction de ces barrières mais en octobre déjà près de 220 migrants avaient franchi la barrière de Ceuta lors d’un « assaut » similaire qui avait fait 35 blessés dont trois gardes civils.

Les syndicats policiers côté espagnol demandent des renforts depuis des mois. Les migrants prennent de plus en plus de risques, parfois pour rien. En novembre, Amnesty International a dénoncé des refoulements illégaux de demandeurs d’asile, qualifiant ces villes de « territoires de non-droit ».

Selon l’Organisation mondiale des migrations, plus de 10 000 migrants ont atteint l’Espagne par voie terrestre ou maritime cette année.

► à (ré)écouter : Tanger, dernière frontière avant l’Europe

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s