Le Hamas accuse le Mossad du meurtre en Tunisie de l’un de ses cadres

            Le Terrorisme sioniste en action…

La Tunisie n’est pas coutumière des exécutions politiques. Aussi, quand a émergé la nouvelle de l’assassinat, jeudi 15 décembre, à Sfax (littoral oriental), de Mohamed Zouari, un ingénieur tunisien de 49 ans spécialiste des drones, le soupçon d’une opération politique a enflammé les réseaux sociaux tunisiens. Le modus operandi – une vingtaine de balles tirées, le recours à des pistolets munis de silencieux – et le profil de la victime, un ancien islamiste tunisien ayant rejoint la cause palestinienne, ne cadraient guère avec une affaire de droit commun.

Samedi 17 décembre dans la soirée, une partie du mystère s’est dissipée avec la confirmation, à Gaza, par la branche militaire du Hamas, les brigades al Qassam, de l’appartenance de Mohamed Zouari au mouvement, qu’il aurait rejoint il y a dix ans. Dans un communiqué, les brigades al Qassam admettent que le Tunisien assassiné fut l’un des commandants ayant supervisé le projet d’avions sans pilote. Le Hamas promet que le sang du commandant « ne sera pas versé pour rien » et appelle les nations arabes à « couper la main traître et lâche de l’ennemi sioniste », responsable de l’opération. Le Mossad serait donc le commanditaire de l’assassinat, selon le mouvement palestinien.

Un assassinat qui « menace la stabilité » de la Tunisie

En Tunisie, où la cause palestinienne a toujours bénéficié d’un puissant courant de sympathie, l’émotion est vive. Le premier parti politique a réagir a été Ennahda (islamiste), dont Mohamed Zouari a été un sympathisant, a confirmé au Monde un dirigeant du parti. Il aurait quitté la Tunisie en 1991, alors que débutait une vague de répression du régime de Zine el-Abiddine Ben Ali contre les militants d’Ennadha, pour rejoindre la Syrie. Dans un communiqué diffusé vendredi, Ennahda, partie prenante de la coalition gouvernementale à Tunis, estime que l’assassinat de M. Zouari « menace la stabilité du pays ».

Le gouvernement tunisien n’a toujours pas officiellement réagi aux accusations lancées par le Hamas sur l’implication du Mossad sur le sol tunisien. Jeudi, quelques heures après l’assassinat de Sfax, le directeur de la sûreté nationale au ministère de l’intérieur, Abderahman Belhaj Ali, un grand commis de l’État crédité de l’amélioration de la situation sécuritaire en Tunisie depuis un an, avait présenté sa démission. Officiellement pour des « raisons personnelles ». Un lien avec l’affaire de Sfax n’est toutefois pas exclu.

Huit Tunisiens arrêtés

Selon les premiers éléments de l’enquête, huit personnes de nationalité tunisienne ont été arrêtées et deux autres suspects, un Tunisien et un Belge d’origine marocaine, sont toujours recherchés, a indiqué samedi le porte-parole des tribunaux de Sfax et substitut du procureur général près de la cour d’appel, Mourad Turki. Parmi les personnes arrêtées figurent une journaliste tunisienne et son cameraman qui avaient interviewé la victime avant son assassinat. Quatre véhicules et deux pistolets munis de silencieux ont été saisis.

Le Mossad a régulièrement été soupçonné dans le passé d’opération spéciales à l’étranger pour éliminer des spécialistes fournissant au Hamas ou au Hezbollah des technologies militaires avancées, sans oublier des experts iraniens dans le domaine du nucléaire. « Le Mossad a acquis son prestige au travers de ces assassinats, qui ne représentent qu’une activité parmi d’autres », souligne Ronen Bergman, journaliste au quotidien israélien Yediot Ahronot, qui termine un livre sur l’histoire de ce service secret.

L’un des cas célèbres fut l’élimination du commandant du Hezbollah Hassan Lakkis, près de Beyrouth, fin 2013. Comme à l’accoutumée, Israël a nié à l’époque toute implication. Mais empêcher les ennemis de l’Etat hébreu d’acquérir de nouvelles capacités militaires représente évidemment une priorité des services de sécurité. « Le Mossad a connu un contre-coup sévère après l’assassinat du Palestinien Mahmoud Al-Mabhouh à Dubaï en 2010, qui s’est transformé en scandale, souligne Ronen Bergman. Nétanyahou a alors perdu confiance dans le service. On lui avait promis une promenade de santé, or il s’est retrouvé dans une tornade, ce qui l’a rendu méfiant pour autoriser ces opérations. »

Un programme de drones

Mohamed Zouari travaillait pour un programme médiatisé par le Hamas lui-même, comme au moment de la dernière guerre contre Israël, en juillet 2014. Posséder ses propres drones représente un indice de sophistication pour le mouvement national islamiste. Ils peuvent servir à la fois d’armes (avec des explosifs embarqués) et d’outils de reconnaissance. Les experts militaires suivent depuis près de quinze ans les tentatives du Hezbollah libanais et du Hamas, dans la bande de Gaza, pour reproduire le modèle de drone de type Ababil fourni à l’origine par les Iraniens.

Les premiers drones repérés datent de 2004. La milice chiite en utilisa pendant la guerre de 2006 contre Israël. En octobre 2012, l’armée israélienne a descendu un drone volant au-dessus du désert du Négev, dans le sud d’Israël, près de Gaza. Quelques mois plus tard, en avril 2013, c’est cette fois un drone volant près de Haïfa, en Méditerranée, qui fut neutralisé, après avoir essayé d’entrer dans l’espace aérien du pays. Les experts estimèrent qu’il s’agissait d’un test du Hezbollah libanais.

Si l’implication du Mossad dans l’assassinat de Mohamed Zouari devait s’avérer exacte, elle ne marquerait pas la première implication d’Israël en Tunisie. Le 16 avril 1988, Khalil Al Wazir, plus connu sous le nom d’Abou Jihad, alors numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) , était assassiné dans sa résidence de Sidi Bousaïd, au nord de Tunis, où il avait trouvé refuge. Deux ans et demi plus tôt, le 1er octobre 1985, c’est une intervention militaire d’une toute autre nature qui avait détruit dans la banlieue de Tunis l’état-major de l’OLP, qui s’y était exilé après avoir dû évacuer Beyrouth en 1982. Baptisé par les Israéliens «Jambe de bois », le raid aérien avait coûté la vie, selon les autorités de Tunis, à 68 personnes (50 Palestiniens et 18 Tunisiens).

Lire aussi :   La fin de l’Etat palestinien ?

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2016/12/18/le-hamas-accuse-le-mossad-de-l-assassinat-en-tunisie-de-l-un-de-ses-cadres_5050828_3210.html#dfiuKGibRKXd1day.99

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s