Condamnations à mort et à de longues peines de prison prononcées contre six civils Kurdes Iraniens dans la région d’Orumiyeh

Condamnations à mort et à de longues peines de prison prononcées contre six civils Kurdes Iraniens dans la région d’Orumiyeh.

orumiyeh-central-prison_fotor

2 et 5 Février 2017 Kurdistan Iranien ou Rojhelat nouvelles qui nous sont parvenues via le réseau du Kurdistan Human Rights Network – KHRN: Six citoyens Kurdes originaires du village de Ghoreh Saghl une localité située dans le voisinage de la ville d’Oshnavieh (également connu sous le nom Kurde de Shno) ont récemment été condamnés à mort et à de longues peines de prison après avoir été accusés d’être des  « Moharebeh » autrement dit d’être des  « Ennemis de dieu en Inimité avec celui-ci » selon la loi Iranienne –Ndr. En raison de leur appartenance présumée à un parti Kurde Iranien d’opposition illégal.

Selon les informations obtenues par les militants et activistes du réseau du Kurdistan Human Rights Network- KHRN, en juin 2016, plusieurs habitants du village de Ghoreh Saghl avaient été arrêtés à la suite d’affrontements armés qui avaient éclaté non loin de cette localité, entre les combattants Peshmergas du Parti démocratique du Kurdistan Iranien ou PDKI et les « Gardiens de la révolution » Iraniens de l’IRGC.

Les noms identifiés de ces six civils Kurdes Iraniens qui n’étaient pourtant pas connus pour être des guérilleros Peshmergas du PDKI sont les suivants: Rassoul Azizi, Mohamad Zaher Faramarzi, Yaghoub Baakram et deux frères Jalal Masrouri et Kamal Masrouri  qui ont été arrêtés le Dimanche 19 juin 2016.

Ils ont été ensuite détenus dans un centre de détention secret du Ministère des Renseignements Iranien de la ville d’Orumiyeh , où ils ont été brutalement interrogés et soumis à des tortures pendant plus de 45 jours. Quelques semaines plus tard, le Mercredi 3 août 2016, Hedayat Ghaderi un autre citoyen Kurde originaire de la même localité était également arrêté.

Peu de temps aprés Hedayat Ghaderi  fut lui aussi transféré dans ce même de centre de détention secret du Ministère des Renseignements de la ville d’Orumiyeh.  Où  il a du faire face a des tortures sévères pendant plus de deux mois dans le but de lui extorquer une « Confession » forcée. Ces tortures incluaient, des suspensions de son corps la tête vers le bas, des chocs électriques à l’aide de tazers, des coups de fouet et de câbles électriques sur la plante  des pieds. A la suite de ces deux mois de souffrances Hedayat a été placé en détention « préventive » dans la prison centrale de la ville d’Orumiyeh

Les procès de ces six hommes en présence de leur avocat commis d’office. Ont eu lieu le Mardi 17 janvier 2017 dans les locaux de la Branche numéro une de la Cour du « Tribunal Révolutionnaire » de  la ville d’Orumiyeh présidée par  le « Juge » Chabok.

Le « Juge » Chabok a ensuite prononcé les peine suivantes contre ces six prisonniers qu’il a tous accusé d’être des « Moharebeh » et « d’Actions portant atteinte à la sécurité de l’Etat Iranien » : Hedayat Abdullah Ghaderi a été condamné à la peine de mort. Rassoul Azizi a été condamné à une peine de 25 ans de prison. Mohamad Zaher Faramarzi a été condamné à une peine de 20 ans de prison. Les frères Masrouri on été respectivement condamnés à des peine de 15 ans de prison pour Jalal et de 10 ans et un jour de prison pour Kamal. Et Yaghoub Bakram à une peine de prison de 15 ans et un jour. Ces peines ont été confirmées à leur avocat commis d’office il y a quelques jours.

Une source locale a déclaré aux activistes du KHRN : « La seule faute de ces hommes serait d’avoir accepté de la nourriture qui leur aurait  été offerte par des combattants Peshmergas du PDKI, cela a été considéré par la Cour et le « Juge » Chabok comme des preuves suffisantes de leur appartenance au PDKI  et de leurs actions supposées contre l’état Iranien,  pour les faire condamner à des peines de mort et à de longues années de prison ».

Cette même source a rajouté : « L’avocat était très confiant et a déclaré à leurs familles qu’ils pourraient être acquittés des accusations d’être des Moharebeh parce qu’il n’y avait pas de preuves sérieuses contre ces six accusés ».

Mais les dernières nouvelles reçues par le KHRN indiquent que ces six prisonniers qui sont toujours sous le coup d’accusations d’être des « Moharebeh ».  Le sont sur les bases de charges très vagues et non étayées. Pour ce qui est de l’affaire d’ Hedayat Abdullah Ghaderi  qui est actuellement placé dans le couloir de la mort de la prison centrale d’Orumiyeh, on a appris qu’il n’était même pas dans la zone du village du Ghoreh Saghl quand se sont produits les affrontements entre les combattants Peshmergas du PDKI et les troupes Iraniennes de l’IRGC.

Des images de caméras de vidéo surveillance de la ville ont d’ailleurs montré clairement qu’Hedayat n’était revenu dans cette localité que plusieurs jours après cette attaque. En outre on a également appris qu’il avait été arrêté. environ 50 jours après celle-ci.

La même source a conclu sa déclaration en disant : « Après que ces six prisonniers aient été transférés dans la prison centrale d’Orumiyeh, Hedayat Abdullah Ghaderi  a été placé dans le service psychiatrique de la prison, tandis que les cinq autres accusés ont été dirigés dans les deux ailes de la prison qui sont connues  pour être celles où sont enfermé les détenus les plus dangereux ».

Voir aussi sur: http://kurdistanhumanrights.net/en/?p=1098

Contact – Collectif Soliranparis

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s