41e anniversaire de la proclamation de la RASD: les Sahraouis résolus à poursuivre la « bataille sacrée » pour l’indépendance

Chahid ElHafed, 26 fév 2017 (SPS) Dans un contexte marqué par des victoires aux plans juridique et diplomatique et une campagne de solidarité internationale de large envergure, le peuple sahraoui célèbrera lundi, 27 février, le 41eme anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), résolu plus que jamais, à poursuivre sa « bataille sacrée et juste ».

Les Sahraouis, dont ceux ayant contribué à poser un 27 février 1976, le jalon constitutif de l’Etat sahraoui, commémorent cet anniversaire avec fierté et dignité, d’autant plus que la proclamation de la République sahraouie par le Front Polisario, à Bir Lahlou (territoires libérés), est intervenue au lendemain du départ du dernier soldat espagnol du territoire sahraoui et le début de la nouvelle guerre de libération contre l’occupant marocain.

Une guerre soldée par la signature d’un accord de cessez-le-feu sur la base d’un plan de règlement pacifique afro-onusien.

Dès proclamation de la République sahraouie, le premier gouvernement sahraoui sera installé le 5 mars 1976 à Bir Lahlou, en dépit du manque de moyens et de l’exode de milliers de personnes ayant fui l’invasion marocaine de leurs terres.

Malgré les conditions d’exil inextricables et les moyens limités, le peuple sahraoui s’est employé, quatre décennies durant, à édifier ses institutions nationales et à assurer, avec mérite et abnégation, l’encadrement de son action militante grâce aux sacrifices consentis et à son souci d’atteindre les nobles objectifs qu’il s’était fixés.

Dans les camps des réfugiés et les territoires libérés, le peuple sahraoui renouvelait jour après jour, son attachement constant à ses choix et à ses institutions, devenue aujourd’hui source de fierté et de gloire quant à son appartenance nationale à cet Etat indépendant.

= »Rien n’entamera la détermination du peuple sahraoui de poursuivre sa bataille sacrée et juste »=

  Une détermination et une constance que n’a de cesse souligner le président sahraoui, Brahim Ghali en déclarant « rien n’entamera la détermination du peuple sahraoui de poursuivre sa bataille sacrée et juste pour le recouvrement de ses droits légitimes à la liberté et l’indépendance ».

« Nous renouons, ici là, avec l’ère de la fidélité aux vaillants martyrs et saluons les combattants de l’Armée de libération sahraouie, ces héros constamment et pleinement disposés à faire face, sur le terrain, à toute éventualité et tout défi. Nous rappelons aussi que la page de gloire et du sacrifice restera ouverte tant que notre objectif suprême, celui de la liberté et de l’indépendance, n’a pas encore été réalisé surtout si le Royaume marocain nous pousse à reprendre comme en 1975, la lutte armée légitime », une position réitérée par le défunt président, Mohamed Abdelaziz, lors de la célébration de cet anniversaire, l’année dernière, au milieu de ses concitoyens dans les camps des réfugiés.

Et d’ajouter à ce propos, « il n’y a pas d’avenir ni d’existence pour les Sahraouis en dehors de leur patrie libre et indépendante, un Etat sahraoui souverain sur la totalité de son territoire national ».

« Cuisant échec » du Maroc dans ses tentatives d’ébranler la place de

l’Etat sahraoui=

Après le retrait, en 1984, du Maroc de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en contestation à l’adhésion de la République sahraouie, le voilà qui revient aujourd’hui au sein de l’Union africaine (UA) dans une conjoncture similaire marquée la présence de la République sahraouie qui est un membre fondateur, indispensable au processus de renforcement de cette organisation panafricaine.

Ainsi, le royaume du Maroc aura essuyé un « cuisant échec » dans sa démarche de légitimer son occupation du Sahara Occidental et son déni de la République sahraouie après avoir tenté, par tous les moyens et pendant plus de trois décennies, d’ébranler la place de l’Etat sahraoui, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Ould Salek.

A cet effet, le président de la République, Brahim Ghali, a indiqué que l’adhésion du Maroc à l’UA, aux cotés mêmes de la République sahraouie, après une période rébellion contre la Charte de l’organisation était, en fait, un triomphe du droit, de la justice et de la légalité » et une « victoire du peuple sahraoui ».

 

=Une solidarité internationale et une reconnaissance grandissante des droits du peuple sahraoui=

Ce 41eme anniversaire est célébré à un moment ou se manifestent un élan de solidarité de large envergure et une reconnaissance grandissante des droits du peuple sahraoui et de sa souveraineté sur son territoire, tant au plan onusien qu’européen.

Depuis la première résolution du Conseil de sécurité dans laquelle il a déploré en 1975, l’occupation par le Maroc du Sahara Occidental et appelé le Maroc à se retirer immédiatement de ces terres jusqu’à la dernière décision adoptée en avril 2016, ce dernier n’a pas cessé d’insister sur le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et de revendiquer l’organisation d’un référendum. Une mission qui sera confiée à la MINURSO.

Au plan européen, la décision de la Cour de Justice de l’Union européenne  (CJUE) en date du 21 décembre 2016, énonce que les accords de partenariat et de libre échange conclus entre l’UE et le Maroc ne s’appliquaient pas au Sahara Occidental qui n’est pas une partie du Maroc.

Cette décision européenne est venue ainsi conforter l’arsenal des décisions multiples qui ne reconnaissent pas la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental et le Front Polisario et rappellent que le Front Polisario est le représentant unique et légitime du peuple sahraoui.

Et par conséquent, toute exploitation des richesses du Sahara Occidental sans accord de son peuple n’était, ni plus ni moins, que « dilapidation et vol », ce qui élimine encore une fois, l’existence de tout lien souverain entre le Maroc et le Sahara Occidental occupé.

Autre initiative internationale en faveur du combat du peuple sahraoui, plusieurs personnalités ont rédigé une pétition au double plan européen et international, intitulée « le Sahara Occidental, le référendum maintenant ».

Les milliers de signataires ont demandé au Conseil de sécurité l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui avant « fin 2017 », ce qui traduit clairement l’impact international que suscite la cause sahraouie à l’échelle planétaire.

En septembre dernier, le comité suisse de solidarité avec le peuple sahraoui a remis aux Nations unies, une pétition signée intitulée « Le référendum maintenant », lancée en janvier dernier, et dans laquelle il revendique l’organisation, l’an prochain, d’un référendum d’autodétermination au Sahara Occidental.

La pétition aura récolté des milliers de signatures de par le monde. Le comité a organisé également une manifestation grandiose devant le Palais des Nations à Genève, qui avait vu la participation de milliers de solidaires avec le peuple sahraoui de différents pays européens comme la France, la Belgique, l’Espagne, l’Allemagne et la Suisse.

Le Sahara Occidental, dernière colonie en Afrique, est occupé par le Maroc depuis 1975. En 1966, il a été inscrit sur la liste des territoires non autonomes donc, éligible à l’application de la résolution 1514 de l’Assemblée générale des Nations unies sur la proclamation de l’indépendance aux pays et peuples colonisés. (SPS)

020/090/700

source:

http://www.spsrasd.info/news/fr/articles/2017/02/26/7326.html

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s