23 prisonnières politique Kurdes sont toujours arbitrairement détenues en Iran

9 et 13 Mars 2017 nouvelles qui nous sont parvenues par le biais de l’agence de presse Kurde E Kurd.net: Selon les statistiques publiées par le Web Hengaw regroupant des activistes défenseur-es droits de l’homme dans le Kurdistan iranien, il y a actuellement 23 jeune filles Kurdes  qui sont toujours arbitrairement détenues dans des prisons en Iran.

Lors du 8 Mars 2017, marquant la Journée internationale de défense des droits  des femmes, le site Kurde Hengaw a publié un rapport détaillé sur les détenues politiques Kurdes qui se trouvent toujours enfermées dans les prisons de la région Kurde Iranienne (Ou Rojhelat), ces femmes le sont généralement sur la base d’accusations délirantes et souvent montées de toutes pièces par les polices politiques du régime théocratique et fasciste des Mollahs de Téhéran.

Sur ces 23 détenues, deux ont été condamnés à la réclusion à perpétuité et 14 autres condamnées à un total cumulé de 105 ans et six mois de prison. De plus on trouve dans cette liste, sept autres personnes  qui sont actuellement détenues sans qu’aucunes condamnations formelles n’aient encore été prononcées à leur encontre.

Selon le rapport publié par Hengaw , ces sept jeunes  femmes Kurdes ont été condamnées respectivement à un total cumulé de 102 mois de prison et 24 mois de prison avec sursis.

Au cours de la seule année 2016, au moins 25 autres jeunes femmes Kurdes, avaient été arrêtées par des agents du sinistre Ministère des Renseignements et d’autres organismes de l’appareil répressif Iranien. Toutes ont depuis été partiellement acquittées ou libérées provisoirement dans l’attente de nouveaux procès, à l’exception de cinq personnes qui restent en prison.
Depuis son émergence en 1979, le régime de la « République Islamique d’Iran » a imposé des règles discriminatoires et une succession ininterrompue de lois racistes contre les Kurdes dans tous les domaines sociaux, politiques, culturels et économiques.

Les Kurdes d’Iran sont victimes de discriminations continuelles dans la jouissance de leurs droits économiques,  politiques, religieux et culturels. Des familles de la province du Rojhelat (Kurdistan Iranien) sont régulièrement interdites d’enregistrer leurs bébés avec certains noms kurdes. Tandis que des populations issues de minorités religieuses qui sont considérées par les autorités de Téhéran comme « Principalement ou partiellement Kurdes », sont régulièrement visées par des mesures visant à les stigmatiser et à les isoler du reste de la population du pays.

Les populations Kurdes d’Iran sont également victimes de discriminations récurrentes dans leur accès à l’emploi et à des logements convenables, et souffrent ainsi d’une pauvreté enracinée qui les marginalisent un peu plus chaque année.

On estime actuellement que plus de 12 Millions de Kurdes  vivent dans la province du Kurdistan Iranien.

Ci dessus en Kurde les liste de ces prisonniéres politiques – Sources Hengaw

Lire aussi sur: http://ekurd.net/kurdish-female-prisoners-iran-2017-03-08

Et sur http://hengaw.info/en/category/women/

Contact – Collectif Soliranparis

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s