Tunisie : les ouvrières du textile décidées à faire valoir leurs droits


Ouvrières d’une usine textile près de Tunis

Ouvrières d’une usine textile près de Tunis
Dag Terje Filip Endresen – Wikicommons

Des ouvrières qui portent plainte contre leur ancien employeur belge. D’autres qui se regroupent en autogestion pour maintenir leur usine en activité. Dans l’industrie textile, pilier de l’économie tunisienne, mise à mal par les soubresauts sociaux et politiques, les ouvrières, galvanisées par la révolution, sont décidées à se battre. Une bonne nouvelle en arrière plan des « fashion weeks » qui se succèdent en cette fin d’hiver 2016, à Paris et ailleurs.

Si les ouvrières tunisiennes du textile cousent pour les enseignes internationales, peu d’entre elles peuvent s’offrir ces vêtements. La confection textile a beau représenter une part importante de l’industrie, la concurrence s’y fait aussi au dépend des employés et de leur salaires. En 2013 une entreprise de textile belge a fermé mettant en chômage 2500 personnes. Plus de 300 se sont regroupées pour porter plainte. Une affaire qui illustre bien les non-sens et la précarité du monde du textile.

En Tunisie, les fripes sont une institution. On y va en famille, entre amis ou seul, pour trouver des vêtements de seconde main. La fouille est rythmée par les voix fortes des vendeurs qui haranguent les acheteurs : « Dinar! Dinar! Alfïne! » Un ou deux dinars, cinquante centimes et un euro.

Si les adultes cherchent plutôt un vêtement fonctionnel à un prix économique, les jeunes préfèrent les marques de prêt à porter internationales. C’est que peu de grandes enseignes ont pignon sur rue en Tunisie et que les prix sont exorbitants, par rapport au salaire moyen.

Pourtant certains de ces vêtements ont parfois été confectionnés en Tunisie, avant d’être envoyés en Europe, puis vendus dans des grandes enseignes pour enfin revenir sur les étals des fripes tunisiennes.

En Tunisie, en 2014, le secteur du textile et de la confection constituait le tiers des entreprises industrielles du pays, soit 34% des emplois de l’industrie manufacturière, selon l’Agence de la Promotion de l’Industrie et de l’Innovation.

La région de Monastir  (à 162 kms au Sud de Tunis), sur la côté ouest du pays, rassemble un quart des industries du secteur. C’était le cas de plusieurs filiales d’un groupe textile belge, JBG, qui a fermé en 2013, mettant au chômage prés de 2500 employés.

L’affaire JBG

Emna Saidi a travaillé 27 ans pour JBG. Avant la fermeture elle était au contrôle final, pour vérifier qu’il n’y a pas de malfaçons.  » Il y avait toujours une demande forte de rendement, un salaire faible et peu de droits… » se rappelle-t-elle. Du jour au lendemain, les employés se retrouvaient « dans la rue, sans salaire, indemnité ou prime. » Aujourd’hui, elle ne travaille plus, et a des problèmes au dos et aux bras dus à son travail.

Elle qui a travaillé cinq jours par semaine de 7h à 16h30 et le samedi matin, « avec 30 minutes de pause dans la rue pour déjeuner, été comme hiver« , ne comprend pas comment le patron a pu partir en laissant derrière lui des employés qui travaillé pour lui depuis des années.

Avec 310 autres employés du groupe, Emna a décidé d’aller obtenir ses droits en justice et a porté plainte contre l’entreprise, soutenu par le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES). Naser Farhat fait partie du groupe. Lui a travaillé 27 ans pour JBG comme gardien et chauffeur. Son visage fermé, ses yeux cernés, son expression de colère, laissent comprendre que même si le temps passe, il n’oublie pas. Il a été floué et se retrouve lui aussi sans activité. « Beaucoup d’entre nous sont trop âgés pour être employés ailleurs. Il y a bien la récolte des olives mais moi je suis cardiaque… »

Fast-fashion

Au printemps 2014, le procès est reporté, mais l’entreprise ayant « fermé boutique » aucune indemnité n’a été  versée. Reste les cotisations sociales, qui auraient du être versées par l’Etat tunisien. Mais finalement sans que l’entreprise ne soit redevable.

« Ce que soulève cette affaire c’est la faiblesse des droits dans la mondialisation. On manque d’un vrai cadre de protection des droits humains et il n’y a pas de chaîne de responsabilité« , explique Antonio Manganella, directeur du bureau tunisien d’Avocats Sans Frontières, qui a accompagné la procédure juridique.

Mais surtout c’est la rudesse du secteur textile qu’il pointe du doigt. En 2005, la fin de l’accord multifibre qui permettait de l’octroi de quotas de marché par pays a libéralisé le secteur et a eu pour conséquence du dumping social, « au point que la Tunisie n’était plus un pays attrayant dans le domaine« , continue-t-il.

Plus il y a de pièces, plus les ouvrières ont le temps de se faire la main et donc de produire plus rapidement
Kais, ouvrière

Une réalité que Kais, qui souhaite rester anonyme et dont la famille possédait des usines de confection, raconte :  « l’entrée de la Chine dans le secteur, avec sa capacité à baisser les coups, à produire en grande quantité a impacté le marché tunisien, qui ne semblait plus aussi rentable pour les donneurs d’ordre européens. »

Aujourd’hui dans les rayons, la « fast-fashion » a pris le pas : les collections se succèdent avec une temporalité plus rapide. Difficile de faire le poids en Tunisie : « Ce qui est rentable ce sont les grosses commandes, car quand il y a beaucoup de pièces, les ouvrières ont le temps de se faire la main et donc de produire plus rapidement« , explique Kais. Aujourd’hui ce n’est plus le cas et après les pays asiatiques, c’est l’Ethiopie, plus au Sud, qui casse les prix de la confection.

Éthique sur étiquette en Tunisie

Nayla Ajaltouni, coordinatrice du collectif français Ethique sur étiquette a constaté, dans les résultats d’une étude réalisée par le FTDES, soutenue par son association, c’est que même s’il existe un code du travail sur lequel s’appuyer, l’univers de la confection est fait de nombreuses violations des droits des travailleurs, en Tunisie comme ailleurs.  « Le travailleur est une variable d’ajustement au service d’un modèle économique qui est simpliste : on minimise les coûts de production, à commencer par le salaire« , décortique-t-elle.

La législation nationale tunisienne garde les ouvrières dans une grande précarité
Antonio Manganella, avocat

L’étude, réalisée par le FTDES, intitulée « Violations des droits économiques et sociaux des femmes travailleuses dans le secteur du textile« , première du genre, a été réalisée en 2013 et a permis d’interroger 260 employées, sur leurs conditions de travail. On y apprend que les ouvrières travaillent en moyenne 9 heures par jour, que pour 90% des femmes interrogées le salaire ne correspond pas au volume de travail, qu’un quart d’entre elles n’ont pas de couverture sociale, que les usines manquent dans un cas sur deux de salle de repos ou encore que les équipements de sécurité font défaut.

Si la mondialisation a directement impacté le travail des ouvrières du textile en Tunisie, il ne faut pas négliger la législation nationale, qui « garde les ouvrières dans une précarité » perpétuelle, explique M. Manganella. Les CDD sont renouvelés au coup par coup, privant les employés de stabilité et donc de pouvoir de négociation.

Des ouvrières futures « cas d’école » ?

Il faudrait alors inventer un nouveau modèle. Le FTDES pense à la création d’une coopérative pour ces ouvrières lésées. De son côté, Antonio Manganella parle de former en prise de parole publique pour que ces femmes qui ont osé s’élever contre une entreprise étrangère  deviennent « un cas d’école« , elles qui sont vues comme des parias par le reste de la société aujourd’hui.

Du côté du partenariat entre le FTDES et Ethique sur étiquette, Nayla Ajaltouni explique qu’ une étude va être lancée pour observer les grandes marques françaises qui font fabriquer en Tunisie et essayer d’alerter sur les réalité des conditions de travail. Le pays est le premier investisseur dans le textile en Tunisie.

Pendant ce temps, autogestion à Chebba…

Les ouvrières de l’usine Mamotex à Chebba, de la région de Mahdia (à environ 200 kms au sud de la capitale), ont choisi, elles, de tenter de sauver leur usine en continuant ses activités durant 4 à 5 mois, par la voie de l’autogestion. Une solution issue d’un compromis entre syndicat, salariées et patron. L’usine devait fermer après la mise faillite, à l’instar de dizaines d’autres dans le pays. « Les ouvrières ont gagné un procès engagé contre le propriétaire de l’usine. Elles ont préféré continuer de travailler au lieu d’attendre qu’il leur verse de l’argent. En fait s’il dépasse les délais, le seul moyen de récupérer leur dû est d’attendre une saisie judiciaire« , explique Badii Mbarek, représentant du bureau régional de l’UGTT de Mahdia, au Huffpost Tunisie. « Chaque ouvrière connaît les tâches qui lui sont attribuées. Le système fonctionne et on voudrait même aller plus loin. Les discussions sont en cours pour trouver un moyen de perdurer l’expérience et de créer une sorte de coopérative pour que l’usine soit définitivement la propriété de ses ouvrières. L’usine sous traite actuellement pour une usine voisine dont le propriétaire est un proche du propriétaire de l’usine Mamotex. Si les ouvrières réussissent à s’approprier l’usine, il leur faudra trouver des contrats et un marché qui leur permettra de poursuivre leurs activités« , s’inquiète Badii Mbarek.
Nul doute que cette expérience sera attentivement suivie.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s