Semaine internationale de solidarité avec les prisonnier.e.s politiques (du 15 au 22 avril 2017)

Solidarité avec les prisonniers politiques Kurdes en grève de la faim dans les geôles turques.

Veille à Paris, sur la Place des Invalides, du 12 au 14 avril, entre 11h00 et 16h00

Grande manifestation le 15 avril, 17h, de République à Bastille.

Près de 200 prisonniers politiques sont en grève de la faim dans les geôles turques afin de protester contre les conditions inhumaines de détention. Ils demandent notamment le respect des droits élémentaires des prisonniers, la levée de l’isolement, en particulier celui imposé au leader du PKK Abdullah öcalan, et la fin du régime d’Etat d’urgence qui se traduit par une répression sans précédent visant surtout l’opposition démocratique et kurde.

Les 13 prisonniers de Sakran (Izmir) qui ont lancé le mouvement de protestation le 15 février ont atteint le seuil critique de 56 jours. Ils sont suivis de près pas des dizaines d’autres. Nous ne pouvons laisser mourir ces femmes et ces hommes prêts à donner leur vie pour lutter contre le fascisme qui s’enracine en Turquie, aux portes de l’Europe.

Nous vous attendons nombreux dans les manifestations organisées cette semaine, pour briser le silence des médias et de la communauté internationale!

Conseil démocratique kurde en France

L’image contient peut-être : une personne ou plus
                  et téléphone

 

Dimanche 16 avril 2017

17h : Concert d’ouverture

  • Vidéo – Hommage / Projection d’une interview de Joëlle Aubron, militante révolutionnaire membre d’Action Directe, ancienne prisonnière politique aujourd’hui décédée
  • Débat – Présentation de la Semaine internationale de solidarité et discussion autour des prisonnier.e.s politiques et des prisonnier.e.s de la guerre sociale à travers le monde avec des collectifs organisateurs de la Semaine.
  • Concert – Organisé par le Collectif Contre Culture (CCC) – Retransmis en direct par Konstroy sur Radio FPP 106.3 FM
    The Chemist & The Acevities (Anarcho-Sud – Dijon Maloka Crew), Bitpart (Punk – Paris) et Klunk (Gipsy Klezmer Yiddish punk – Paris).

Centre international des cultures populaires (CICP)
21ter rue Voltaire, Paris 11e
Métro : Rue des Boulets (L9) ou Nation (RER A / L1, L2, L9)
PAF : 5 euros

Lundi 17 avril 2017

18h30-20h : Inauguration de l’exposition « In Between » (Hommage artistique aux prisonnier.e.s politiques palestinien.ne.s)

Reproductions d’œuvres réalisées par des jeunes palestiniens du Camp de réfugiés de Dheisheh et l’artiste peintre française Sania, qui exposera également quelques œuvres originales.

A partir de 18h30, vernissage de l’exposition autour d’un verre de l’amitié et de la solidarité à la Librairie Quilombo – Diffusion d’une vidéo sur le projet tourné en Palestine – Discussion avec l’artiste peintre française Sania, à l’origine du projet et de Reihanna, volontaire du CICP et d’Échanges et partenariats qui sera de retour de sa mission au Centre Laylac – Présentation d’un ouvrage trilingue sur le projet.

« In Between »

Le projet « In between » a été mené par le département Art du Centre Laylac et l’artiste peintre française Sania, au camp de réfugiés de Dheisheh (Bethléem), dans le cadre du jumelage entre le Centre international de culture populaire (CICP, Paris) et Laylac. L’exposition s’est déroulée le 16 octobre 2016 au centre Ibdaa (Dheisheh). Le ministre des prisonniers a coupé le ruban pour le lancement de cette exposition et plusieurs ex-prisonniers politiques ou famille de prisonniers étaient également présents.

La question des prisonniers politiques palestiniens n’est pas facile à aborder car plusieurs aspects et réalités s’entre-mêlent, avant tout du point de vue de la légalité de la détention elle-même, mais aussi des conditions de la privation de liberté – une seconde privation de liberté de fait pour les palestiniens et un outil de l’occupation -, mais aussi de ses impacts.
Et si les palestiniens peuvent être arrêtés à tout moment, de façon totalement arbitraire ou pour un motif précis, cet « entre deux » est le quotidien des hommes, femmes et enfants palestiniens, entre détention et « liberté », entre deux arrestations…

A chaque étape, que ce soit « l’attente », l’arrestation, la détention elle-même – loi d’exception de l’Apartheid -, le jugement ou la remise en liberté pour certains et l’ « après », être prisonnier politique provoque différents sentiments et émotions, souvent contradictoires, tout comme pour les familles et proches. Se mêlent ainsi angoisse, stress, sentiments d’injustice et de punition, inquiétude, solitude, désespoir, force, résistance, fierté et solidarité… La détention des prisonniers politiques avec les réalités que l’on connaît est violente, mais violente également pour ce qu’elle provoque à l’intérieur de soi. Cet « entre deux » permanent, presque schizophrénique, est une réalité que le projet « In between » souhaite illustrer à travers des peintures autour de l’arrestation, du quotidien de la détention et de la remise en liberté.

Librairie Quilombo
23 rue Voltaire, Paris 11e
Métro : Rue des Boulets (L9) ou Nation (RER A / L1, L2, L9)
Entrée libre

C’est en 1975 que cette date a été retenue par le Front Populaire de Libération de la Palestine, et relayée depuis par de nombreux mouvements internationaux pour l’instauration d’une journée internationale de solidarité avec tous les militants emprisonnés en raison de leur engagement, qu’il soit anticolonialiste, anticapitaliste, anti-impérialiste, etc. Les objectifs de cette journée sont de lutter contre l’oubli, transmettre la mémoire des combats et rappeler les revendications de nos camarades emprisonnés.

Le 17 avril est désormais devenu une journée de mobilisation mondiale.

Des prisonniers politiques palestiniens commenceront une grève de la faim illimitée ce 17 avril prochain. La dernière grève de la faim illimitée date de 2014. Elle s’inscrit suite à celle de 2012 impliquant 2 000 prisonniers. Démontrons notre solidarité avec eux ! Venez nombreuses et nombreux !

☞ 20h : Célébration de la Journée des prisonniers palestinien.ne .s :

N’oublions pas les enfants palestiniens incarcérés !

Vidéo – Projection de courts-métrages réalisés par les jeunes du camp de réfugiés de Dheisheh avec le soutien de Regarde à vue, suivie de trois témoignages recueillis en 2015 d’enfants palestiniens ayant connu la prison.

☆ Cours d’Arabe Palestinien

Les mots et les choses… Une petite introduction linguistique à la pensée politique des jeunes du camp de Dheisheh. Regarde à vue – 7min43

☆ NightTime Stories

Histoires du camp de refugiés de Deheisheh (Palestine). Regarde à vue – 19min05

★ Intervention de Youssef Habache, ancien prisonnier politique palestinien, membre d’Addameer (association pour la défense des prisonniers palestiniens – Palestine), représentant du Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Palestine et CDP-Palestine

★ Intervention de  Naji Owda, ancien prisonnier politique palestinien, directeur du Centre LAYLAC – centre social autogéré qui favorise l’action des jeunes pour le développement local dans le camp de réfugiés de Dheihsheh, près de Bethléem, membre de Defense for Children International – Palestine (DCI-P, Défense internationale des enfants – section Palestine) qui travaille notamment sur la question des enfants et adolescent.e.s palestinien.ne.s incarcéré.e.s

★ Intervention de membres de la Campagne unitaire IDF pour la libération de Georges Abdallah.

Organisée par la Campagne unitaire IDF pour la libération de Georges Abdallah, le secrétariat international de la CNT, le Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Palestine, CDP-Palestine et le Centre Laylac.

Centre international des cultures populaires (CICP)
21ter rue Voltaire, Paris 11e
Métro : Rue des Boulets (L9) ou Nation (RER A / L1, L2, L9)
Entrée libre

http://liberonsgeorges.samizdat.net/mobilisation/17-avril-journee-internationale-de-solidarite-prisonniers-palestiniens/

Mardi 18 avril 2017

18h30 : Soirée de solidarité avec les prisonnier.e.s de la guerre sociale

De 18h30 à 20h – Apéro politique du CICP sur les Violences policières

A partir de 20h – Soirée de soutien aux prisonniers de la Guerre sociale

Pour Bagui Traoré, les frères Kamara de Villiers-le-Bel, les prisonnier.e.s du Mouvement contre la Loi Travail

Débat, puis Soundsystem BBoyKonsian (Akye) – Prix libre en soutien avec les prisonnier.e.s

organisé par PeopleKonsian et le CICP

Centre international des cultures populaires (CICP)
21ter rue Voltaire, Paris 11e
Métro : Rue des Boulets (L9) ou Nation (RER A / L1, L2, L9)
Prix libre

Mercredi 19 avril 2017

19h : Soirée de solidarité avec les prisonnières et prisonniers de 525 ans de résistance dans les Amériques

Alors que partout dans le monde, le système capitaliste montre chaque fois un peu plus son vrai visage fait de racisme, de xénophobie, de guerres
impérialistes, de privatisations et d’exploitation généralisée au service de l’argent-roi, depuis de nombreuses années maintenant, partout dans les
« Amériques », les peuples, tribus et communautés indiennes se fédèrent et s’organisent pour résister et se soulever face à la déprédation générale.

La lutte de ces communautés, qui bien souvent possèdent leurs propres normes et leurs propres systèmes internes de justice, se retrouve très souvent écrasée par une répression judiciaire et carcérale particulièrement forte, qui ne fait que redoubler l’imposition et l’oppression capitaliste et coloniale qu’elles subissent dans l’indifférence et l’ignorance générale.

Face à la répression et à la criminalisation à l’œuvre contre les peuples indiens du Nord au Sud des Amériques qui se battent et résistent depuis
525 ans à la colonisation, nous appelons à renforcer tout particulièrement la solidarité avec les prisonnières et prisonniers des communautés
indiennes en résistance, souvent condamnés à de très lourdes peines, tel Léonard Peltier en prison depuis 40 ans, Alvaro Sébastian Ramirez au
Mexique (emprisonné depuis 20 ans), Red Fawn, menacée de plus de 20 ans de prison suite au campement de Standing Rock au Dakota du Nord, ou les défenseurs de l’eau et de la vie de la communauté nahua de Tlanixco (Etat de Mexico, Mexique), condamnés à des peines de plus de 50 ans de prison.

DISCUSSION-PROJECTION AUTOUR DES PRISONNIERS DES AMERIQUES AVEC LES DIFFERENTS COLLECTIFS PRESENTS

REPAS A PRIX LIBRE EN SOLIDARITE AVEC LES PRISONNIERS

ANIMATION MUSCIALE ET TAMBOLA (2 euros le ticket)

Organisée par le Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte (CSPCL), le Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques / Groupe de soutien à Leonard Peltier (CSIA-Nitassinan), le Collectif Paris Ayotzinapa, le Collectif unitaire « Libérons Mumia », Terre et Liberté pour Wallmapu et le Secrétariat international de la CNT.

CNT
33 rue des Vignoles, Paris 20e
Métro : Buzenval (L9) ou Avron (L2)
Entrée libre

Vendredi 21 avril 2017

SOLIDARITÉ AVEC LES PRISONNIER.E.S POLITIQUES KURDES

au Centre Démocratique du Kurdistan‐Paris
16 rue d’Enghien 75010 Paris

19h – DISCUSSION / DEBAT :
– ARRESTATIONS  MASSIVES,  TORTURES  ET  GRÉVES  DE  LA  FAIM  EN  TURQUIE :
INTERVENTION DE TUGBA HEZER, DEPUTEE HDP DE LA PROVINCE KURDE DE
VAN
– TORTURE  ET  PEINE  DE  MORT  EN  IRAN :  INTERVENTION  D’UNE  ACTIVISTE
KURDE D’IRAN
–  RETOUR DE DÉLÉGATION AU KURDISTAN : INTERVENTION DE TONY RUBLON,
PRÉSIDENT DES AMITIÉS KURDES DE BRETAGNE (AKB)
–  APÉRO DE SOLIDARITE

Conseil démocratique kurde en France

Samedi 22 avril 2017

13h-18h : Meeting BAGUI TRAORÉ, nouvelle figure du Prisonnier Politique – frère d’ADAMA TRAORÉ

Le 17 novembre se tenait le conseil municipal de la ville de Beaumont-sur-Oise. Mme Nathalie Groux voulait alors inscrire à l’ordre du jour la prise en charge par la municipalité de ses frais judiciaires ainsi que de sa protection personnelle, car elle voulait porter plainte contre Assa Traoré pour diffamation. Les habitants de Boyenval et la famille Traoré ont voulu assister à ce conseil. À l’entrée de la mairie, ils sont accueillis par une cinquantaine de policiers municipaux et de gendarmes. L’entrée leur est bloquée et ils doivent subir des violences de la part des forces de l’ordre. Le conseil est alors annulé et ajourné. Le soir même, le quartier de Boyenval subit une expédition punitive. Cette expédition n’était rien d’autre que les représailles de la gendarmerie contre les habitants venus assister au conseil.

Bagui Traoré et son frère Youssouf vont ensuite être arrêtés 5 jours plus tard, soit le matin du second conseil municipal ajourné au 22 novembre. Ils sont accusés d’« outrage », de « violences » et de « menaces de mort » à l’encontre d’agents de la police municipale. Après un procès de 11 heures, nos frères, fils et amis Youssouf et Bagui Traoré ont été déclarés coupables des faits qui leur étaient reprochés, alors qu’aucune preuve formelle n’a pu être apportée et malgré les aveux de faux témoignages des parties plaignantes. Youssouf a été condamné à 3 mois de prison aménageables. Bagui a quant à lui été condamné à 8 mois d’emprisonnement avec maintien en détention et deux ans d’interdiction de se trouver à Beaumont-sur-Oise. Ils doivent également dédommager les policiers, pour un total de 7 400 euros. À la suite de cette condamnation, Bagui doit aussi exécuter une peine de prison de 9 mois supplémentaires, un sursis qui date de 2010.
Le procès en appel de Bagui Traoré aura lieu le 25 avril 2017.

C’est en vue de ce procès que ce meeting aura lieu. Il s’agira de replacer la condamnation de Bagui dans le contexte de la mort de notre fils, frère et ami Adama. En effet, il est évident qu’il est incarcéré depuis le 22 novembre 2016 en raison de son action politique au sein du comité pour la justice et la vérité pour Adama.
C’est surtout parce qu’il est le témoin clé de la mort de son frère Adama que les institutions judiciaires tentent par tous les moyens de l’anéantir psychologiquement et de le briser afin de décrédibiliser sa parole. C’est bien Bagui qui est le dernier à avoir vu son frère Adama vivant et à avoir soulevé les premières incohérences de la version des forces de l’ordre expliquant les causes de sa mort. Les charges s’accumulent et les affaires noient la famille sous les procédures et détruisent leur cellule familiale. Depuis février s’ajoutent trois autres poursuites et une mise en examen pour « tentative d’assassinat sur agent de l’ordre public », de graves accusations qui dateraient des révoltes survenues au lendemain de la mort d’Adama Traoré. Mais c’est bien parce qu’il joue un rôle hautement politique que tout est mis en œuvre pour le garder derrière les barreaux. En attendant, la famille revendique toujours la mise en examen des gendarmes responsables de la mort d’Adama et leur condamnation.

Bagui n’est hélas pas un cas nouveau, ni un cas isolé. Il doit affronter, avec sa famille et ses proches, les méthodes bien courantes dans les affaires de violences policières et de crimes policiers. Elles se caractérisent par un éventail important et pénible de pratiques de criminalisation et de répression, faisant de Bagui Traoré une nouvelle figure du prisonnier politique. L’acharnement dont est aujourd’hui victime Bagui illustre les méthodes bien utiles afin de disculper les forces de l’ordre et de pointer du doigt les victimes et leurs proches, tenus pour seuls responsables des violences subies. Ce meeting permettra de mettre en lumière la situation de Bagui Traoré et de sa famille ainsi que de toutes les victimes de la justice, de distinguer les moyens de pression à l’encontre des victimes des violences policières et ainsi dégager les stratégies de défense à mettre en place.

Ce meeting se tient à Paris car nous ne dissocions pas la situation de Bagui de l’« affaire Adama Traoré », dépaysée à la capitale. Cette journée de mobilisation permettra d’apporter un soutien conséquent en perspective du rassemblement prévu devant le tribunal de Versailles le 25 avril 2017.

https://www.facebook.com/events/1863727977236353/

❖13h00 – Accueil du public

❖13h30 – Ouverture par le Comité Vérité et Justice pour Adama – Bagui Prisonnier Politique
Projection de la vidéo de la reconstitution, les dernières minutes d’Adama Traoré

Puis intervention de nombreux invités et collectifs…

Bourse du Travail
85 rue Charlot, Paris 3e
Métro : République (L3, L5, L8, L9, L11)
Entrée libre

18h : Soirée de solidarité avec les prisonnières et prisonniers politiques basques et corses – AMNISTIA !

  • 18h : Projection du documentaire A Voce Ribella sur la situation politique actuelle en Corse
  • 19h : Discussion sur la situation politique corse et la revendication d’amnistie
  • 20h30 : Projection du documentaire Bisaiak sur l’engagement solidaire auprès des militant.e.s indépendantistes basques
  • 21h30 : Discussion sur la situation politique basque, notamment des prisonnier.e.s
  • Bar de la solidarité et tables de presse toute la soirée

Centre international des cultures populaires (CICP)
21ter rue Voltaire, Paris 11e
Métro : Rue des Boulets (L9) ou Nation (RER A / L1, L2, L9)
Prix libre

Portail d’information sur les prisonnier.e.s politiques : http://prisonniers-politiques.samizdat.net/

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s