Libye: plus de 50 morts dans des affrontements à Tripoli

En Libye, le chaos qui règne dans le pays s’est traduit à Tripoli par des affrontements violents entre milices rivales, vendredi 26 mai et samedi 27 mai. Une cinquantaine de personnes auraient été tuées en deux jours, une centaine d’autres blessées. Les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA) affirment avoir repoussé une attaque de groupes rivaux. Selon le ministère de la Santé, une centaine de personnes auraient été blessées.

Comme c’est le cas depuis quelques années, le début du Ramadan provoque, à Tripoli, un regain de violence. Les affrontements ont été intenses, du moins si on se fie au matériel déployé pendant les combats. Un journaliste de l’agence Reuters a aperçu des chars, des blindés et des camionnettes équipées d’armes lourdes qui se dirigeaient vers le nord de Tripoli où se sont déroulés les combats.

Les forces fidèles au gouvernement d’union nationale de Fayez al-Serraj, reconnu par la communauté internationale, ont annoncé sur Facebook avoir maintenu leurs positions et avoir repoussé l’attaque des forces rivales. Le GNA a par ailleurs accusé Khalifa al Ghawill, le Premier ministre du Congrès national général – le Parlement de Tobrouk – d’être derrière les violences.

Un groupe armé qui lui serait fidèle aurait ainsi pris brièvement le contrôle de la prison où étaient détenus les principaux dirigeants de l’ancien régime, notamment le dernier Premier ministre de Mouammar Kadhafi, Baghdadi al-Mahmoudi, et l’ex-chef des services de renseignements, Abdallah Senoussi. Les autorités de Tripoli affirment cependant avoir repoussé cet assaut.

Le groupe à l’origine de ces violences, dirigées par Salah Badi, est le « bras armé » du chef du gouvernement de salut national – autoproclamé – qui dispose de soutiens dans la ville de Misrata. Dans le cadre de de l’opération militaire « Fierté de la Libye », il tente de faire une percée à Tripoli dans l’espoir, selon des analystes, de peser dans les négociations qui, tôt ou tard, ramèneront la paix en Libye.

Le siège de Mellitah Oil and Gas, une entreprise gazière italo-libyenne, à plusieurs kilomètres de là, a aussi été touché.

Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont condamné l’escalade de la violence à Tripoli et appellent toutes les parties en Libye à « faire preuve de retenue ».

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s