Vitoria-Gasteiz (Euskal Herria): solidarité avec Errekaleor !

Errekaleor (Vitoria-Gasteiz), lundi 22 mai 2017

Demande d’aide aux camarades qui luttent dans le monde

Nous vous écrivons depuis un petit quartier rebelle nommé Errekaleor
[https://fr.wikipedia.org/wiki/Errekaleor], au sein d’un petit peuple
rebelle, Euskal Herria-Pays Basque
[https://fr.wikipedia.org/wiki/Pays_basque].

Errekaleor est un quartier rebelle, un territoire sous pouvoir populaire
au beau milieu de l’Europe, un quartier qui peu à peu a créé des réseaux
de soutien et d’autogestion face à l’individualisme du marché.
L’histoire du quartier commence il y a 50 ans, lorsque des ouvrier(e)s
immigré(e)s bâtissent des logements pour s’assurer une vie digne. Le
quartier maintient son identité populaire pendant des décennies, jusqu’à
ce qu’il devienne attractif pour les spéculateurs capitalistes. Eux qui
veulent le démolir pour y construire des logements de luxe, ont pour
cela expulsé ses habitants légitimes, puis ont essayé de le détruire.

Cependant, un petit groupe d’étudiant(e)s a décidé de ne pas permettre
que ce qui est dans nos mains passe à celles de ceux qui sont au-dessus.
Nous avons commencé à habiter les maisons et à articuler un espace de
contre-pouvoir populaire au coeur du système. Peu à peu, nous avons
exproprié les maisons vides et les terres de l’ennemi jusqu’à former une
communauté de 150 personnes : des jeunes, des étudiant(e)s, des familles
venues de loin… un petit monde multicolore. Nous avons grandi lentement,
jusqu’à créer un ciné, une boulangerie, un centre social… Petit à petit,
nous avons réussi à former un des seuls territoires de l’Europe du
capital où, comme le disent les camarades zapatistes, le peuple commande
et le gouvernement obéit.

C’est bien connu que toute forme de pouvoir populaire est, par
définition, contraire au pouvoir établi. C’est pour cela que ce 18 mai
la police armée a fait irruption dans notre quartier : ils y ont arrêté
trois camarades, blessé des dizaines et coupé l’électricité à toutes les
familles du quartier – y compris aux personnes âgées et aux enfants.
C’est le premier pas pour nous expulser, détruire le quartier et bâtir
leurs palais au-dessus des décombres de nos rêves.

Même en sachant que notre lutte n’est pas facile, nous sommes
déterminé(e)s à résister dans notre quartier. Ils ont crié «¡No
pasarán!» à Madrid, assiégé par les fascistes, il y a déjà cent ans,
avec le soutien de nombreux camarades venus de tous les coins du monde.
Nous crions «¡No pasarán!» aujourd’hui aussi et peut-être, si nous avons
assez de soutien, ils ne «pasarán» pas.

C’est pour cela que nous appelons à une manifestation internationale
pour le 3 juin prochain, une manifestation pleine de petites
manifestations en faveur d’Errekaleor. Nous avons pour devise: «On y
voit clair, vive le peuple !», et nous voudrions demander aux gens
qu’ils l’enrichissent de contenu avec leurs luttes, leurs mots, leurs
mondes. Nous avons le squelette et nous vous invitons à ajouter le
muscle. C’est pour cela que nous demandons aux camarades qui peuvent
s’approcher, de venir manifester avec nous avec leurs devises et leurs
revendications. Aux camarades du reste du monde nous voudrions demander
une petite contribution : une photo, un texte, une vidéo ou n’importe
quel autre signe de soutien…

Défendons ce qui est construit ; la cause nous légitime, l’union nous
fera forts.

¡No pasarán!

Pour envoyer des signes de soutien et solidarité : gukargidaukagu@gmail.com

Le site d’Errekaleor:
http://www.errekaleorbizirik.org/

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s