Au premier jour de l’assaut final, les FDS pénètrent dans Raqqa

Syrie

OLJ/AFP
07/06/2017

Des combattants arabes et kurdes syriens, soutenus par les États-Unis, sont entrés hier dans la ville de Raqqa, au premier jour de l’assaut final sur le principal bastion syrien du groupe jihadiste État islamique.

Sept mois après avoir lancé une offensive d’envergure qui leur a permis de s’emparer de vastes régions autour de Raqqa, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé « le début de la grande bataille pour libérer » la ville, qualifiée de « capitale du terrorisme ».

Les FDS attaquent Raqqa depuis le nord, l’ouest et l’est, a indiqué le porte-parole des FDS, Talal Sello. Peu après, une commandante de cette alliance arabo-kurde ainsi que l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) ont fait état de l’entrée des FDS dans Raqqa à partir de l’est. « Nos forces sont entrées dans le quartier de Mechleb », a déclaré la commandante Rojda Felat.

L’OSDH a, lui, affirmé que les FDS avaient chassé les jihadistes de plus de la moitié de ce secteur. Ces forces tentaient par ailleurs d’avancer dans le secteur d’al-Andalous, dans le nord-ouest de la ville, majoritairement peuplé de Kurdes avant la guerre, d’après l’OSDH, selon lequel « les combats se poursuivaient » hier en fin de journée sur les trois fronts de l’offensive.

Chef des forces de la coalition internationale antijihadistes qui fournit aux FDS des armes, un appui aérien et les assiste au sol avec des conseillers, le général américain Steve Townsend a averti dans un communiqué que la bataille serait « longue et difficile ». Néanmoins, elle « assénera un coup décisif » au « califat de l’EI », a-t-il dit, en allusion au califat autoproclamé par l’EI en 2014 sur les territoires conquis en Syrie et en Irak voisin, dont une grande partie lui a depuis été reprise. En préparation de l’assaut sur Raqqa, « la coalition a mené des raids aériens toute la nuit », a précisé l’OSDH.

Entre-temps, pour éviter d’avoir à déplorer des victimes civiles, les FDS ont demandé aux habitants de Raqqa de s’éloigner des positions de l’EI et des zones de front. Raqqa était peuplée d’environ 300 000 habitants avant le début de la guerre. Selon l’International Rescue Committee (IRC), « le nombre de civils ayant fui la ville au cours de la semaine dernière est en baisse ». « Cela pourrait refléter l’intention de l’EI d’utiliser les (…) personnes toujours prises au piège dans la ville comme boucliers humains », a affirmé Thomas Garofalo, un responsable de cette ONG.

 

(Lire aussi : Les déplacés de Raqqa rêvent de fêter la fin du ramadan chez eux)

 

L’armée syrienne aussi
Selon l’OSDH, une frappe aérienne de la coalition internationale contre l’EI a fait, lundi, 21 morts parmi des civils qui tentaient de fuir Raqqa. Des avions russes ont également effectué des raids contre des convois de l’EI quittant la ville. Les Nations unies ont, elles, exprimé leurs craintes pour la sécurité des quelque 400 000 civils pris au piège des combats dans la province de Raqqa.

En outre, selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH, « les forces du régime (de Damas) sont entrées pour la première fois depuis un an dans la province de Raqqa, en provenance de celle d’Alep », située plus à l’ouest. « Au terme d’affrontements avec l’EI, elles ont réussi à prendre le contrôle des villages de Khirbet Mohsen et Khirbet al-Sabaa, dans l’ouest de la province », a-t-il dit, indiquant que l’avancée de l’armée syrienne s’était accompagnée « d’intenses bombardements russes ». « On ne sait pas s’il y a une coordination entre les forces du régime et les FDS », a enfin précisé M. Abdel Rahmane.

Une source militaire syrienne a confirmé l’avancée des troupes du régime dans la province de Raqqa et la prise de ces deux localités. L’objectif « est d’assurer la sécurité de la province d’Alep contre les attaques des jihadistes et d’empêcher ces derniers de s’infiltrer en direction de nos positions », a indiqué cette source.

L’armée du président Bachar el-Assad mène depuis la mi-janvier une vaste opération militaire pour vaincre l’EI dans l’est de la province d’Alep, qui jouxte la province de Raqqa. Avec cette avancée, elle se situe désormais à quelque 70 kilomètres de la ville de Raqqa. En juin 2016, les troupes gouvernementales avaient réussi à entrer dans cette province, pour la première fois depuis que l’EI s’en était emparé en 2014. Elles tentaient de reprendre la ville de Tabqa, mais avaient été repoussées par les jihadistes.

Enfin, la coalition internationale a annoncé avoir de nouveau frappé des forces prorégime près d’al-Tanaf, non loin des frontières irakienne et jordanienne. Le groupe « de plus de 60 soldats » avec « un char et de l’artillerie » représentait « une menace » pour les forces de la coalition présentes à al-Tanaf, a indiqué la coalition dans un communiqué. Un premier bombardement semblable s’était produit le 18 mai.

 

 

Lire aussi

La fuite des civils s’accélère en prévision de l’offensive sur Raqqa

La bataille de Raqqa semble bel et bien lancée

Le pire de la guerre est « derrière nous », estime Assad

Les rencontres russo-US pourraient-elles baisser les tensions dans le Sud syrien ?

« A Saydnaya, les gardiens torturent pour le plaisir, sans but, juste pour se distraire »

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s