Les forces d’Assad atteignent la frontière irakienne

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) vidant des boîtes de munitions, livrées par la coalition internationale menée par les États-Unis, au nord de Raqqa, le 7 juin. Delil Souleiman/AFP
ConflitLes combattants kurdes et arabes ont progressé hier dans un quartier à l’ouest de Raqqa.

OLJ/AFP
10/06/2017

L’armée du régime syrien et ses alliés ont atteint hier la frontière avec l’Irak, dans l’est du pays en guerre, pour la première fois depuis 2015, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Cette avancée des forces loyales au président syrien Bachar el-Assad pourrait conduire à de nouvelles tensions avec la coalition internationale antijihadistes conduite par les États-Unis qui est active dans cette zone. Des dizaines de combattants des forces prorégime sont arrivés à un point proche de la frontière, à environ 70 kilomètres au nord-est de la localité d’al-Tanaf, selon l’OSDH. Les médias d’État syriens ne faisaient pas état de cette avancée hier dans la soirée.

La coalition n’a pas directement commenté cette avancée mais a affirmé que « les actions des forces prorégime près (des positions) de la coalition et de ses partenaires (…) continuent de nous préoccuper et la coalition prendra les mesures appropriées pour protéger » ses forces.

Dans le même temps, les combattants kurdes et arabes ont progressé hier dans un quartier à l’ouest de Raqqa, principal fief syrien du groupe État islamique où la coalition internationale sous commandement américain a intensifié ses raids aériens. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par Washington, sont entrées mardi dans cette ville, sept mois après le lancement d’une vaste offensive visant à chasser les jihadistes de leur « capitale » de facto en Syrie. Selon l’OSDH, elles ont pris hier une partie du quartier périphérique de Jazra, à la lisière ouest de la ville. Des combats violents se poursuivaient dans le reste du quartier, où la coalition avait procédé jeudi soir à un bombardement aérien contre un café internet qui a coûté la vie à au moins 15 personnes, d’après l’OSDH. Au total, « vingt-trois civils ont été tués » jeudi soir à Raqqa et ses environs à la suite de « 25 frappes aériennes », selon l’Observatoire. Selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, les bombardements visent à « ébranler les capacités de l’EI et à ouvrir la voie aux FDS dans l’est de la ville et (leur permettre) de lancer l’assaut sur d’autres fronts ».

 

(Lire aussi : Les rencontres russo-US pourraient-elles baisser les tensions dans le Sud syrien ?)

 

La Russie « utile »
Les FDS, qui reçoivent de la coalition internationale un appui aérien et au sol, sont positionnées à l’est, au nord et à l’ouest de Raqqa, les territoires au sud de la ville et de l’Euphrate restant sous contrôle de l’EI. Par ailleurs, les États-Unis ont estimé hier que la Russie avait été « très utile » pour réduire les tensions dans le sud de la Syrie, où un avion américain de la coalition contre l’EI a abattu un drone lié au régime syrien. « La Russie est très utile et le calme que nous observons aujourd’hui est largement dû à ses interventions », a déclaré le porte-parole du Pentagone Jeff Davis. « Ils essaient de contacter les autres parties, celles qui sont prorégime, les milices pro-iraniennes, de faire ce qu’il faut et de les empêcher de mener des actions déstabilisatrices », a-t-il ajouté.

Ces déclarations sont inhabituelles de la part du Pentagone qui a vertement critiqué par le passé les actions de la Russie en Syrie. Le drone abattu avait largué une munition sur les forces de la coalition qui n’a pas causé de dégâts, avait indiqué jeudi le Pentagone. Le Pentagone n’a pas précisé qui opérait le drone mais a affirmé que les forces prorégime massées près d’al-Tanaf étaient soutenues par l’Iran.

 

Lire aussi

Les FDS se délectent d’armes américaines dans la bataille de Raqqa

Les pourparlers d’Astana reportés sine die

 

L’alliance anti-EI gagne du terrain à Raqqa

 

La campagne de Raqqa a valorisé le rôle des Kurdes syriens

 

L’armement des Kurdes syriens par Washington « extrêmement dangereux », selon la Turquie

Les déplacés de Raqqa rêvent de fêter la fin du ramadan chez eux

 

Repères

Les FDS, une force arabo-kurde syrienne anti-EI soutenue par Washington

Qui gouvernera Raqqa une fois les jihadistes chassés?

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s