Maroc: des rassemblements pour la libération des militants du mouvement Hirak

Des manifestants brandissent une image de Nasser Zafzafi, leader du mouvement de protestation dans le Rif marocain, lors d’un défilé à Al Hoceïma le 29 mai.
© AFP/Fadel Senna

Au Maroc, les manifestations se poursuivent à Al Hoceima. Depuis quinze jours, les rassemblements sont quotidiens dans cette ville de la région du Rif. Les protestataires se disent négligés par le pouvoir central et réclament des mesures socio-économiques. Depuis l’arrestation de leur porte-parole, Nasser Zefzafi, leader du mouvement Al Hirak, la situation s’est tendue. Au moins 86 arrestations ont été recensées en deux semaines et des échauffourées ont éclaté, ce vendredi 9 juin, dans le centre-ville.

Depuis quatre jours, il n’y a plus de rassemblements de grande envergure à Hoceïma. La place ainsi que le quartier de Sidi Abed sont quadrillés par la police. Les manifestants se retranchent dans les rues adjacentes et décident, à la dernière minute, du lieu de protestation.

« La police ne nous laisse pas rester dans un endroit parce que le gouvernement ne veut pas que les habitants se rassemblent car, si on se rassemble, on est trop forts », dit ce manifestant qui ne veut pas dire son nom de crainte d’être arrêté.

Progressivement, les femmes se sont jointes au cortège. Rangées dans une partie de la rue, des femmes-policier en faction leur font face.

« Je sors toutes les nuits. Je veux la vérité. Je veux beaucoup de choses mais le plus important, c’est la libération de Nasser Zefzafi ! », appelle Nezha, mère de deux enfants.

Des pancartes du leader charismatique du mouvement Al Hirak sont brandies ainsi que celles d’autres militants. Leur libération est devenue la revendication principale des protestataires d’Al Hoceima.

« Mes amis sont en prison. Nous avons besoin de libérer ces gens, tout de suite, maintenant ! », insiste, de son côté, Hicham.

Malgré le jeu du chat et de la souris engagé dans rues du centre-ville avec la police, les manifestants se montrent déterminés à ne pas cesser de protester jusqu’à la libération des détenus.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s