L’heure d’un Sahara Occidental libre, appel lancé à une conférence de la SADC

Pretoria, 26 mars (Presse latine) La liberté et l’autodétermination est la principale revendication avec le Sahara occidental de la Conférence de solidarité de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), qui célèbre aujourd’hui son segment à haut niveau dans cette capitale.

Le président hôte, Cyril Ramaphosa, a prononcé le discours de bienvenue de l’événement, qui est organisé par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération à Pretoria et auquel participent plusieurs dirigeants du groupe, ainsi que des invités comme Cuba et le Venezuela.

Au début de son discours, Ramaphosa a déclaré qu’il n’y a pas de meilleur endroit pour une réunion comme celle-ci parce qu’elle porte le nom d’Oliver Tambo,  » un dirigeant de l’ANC qui croyait en l’autodétermination du Sahara occidental  » et a déclaré que l’histoire même des mouvements de libération africains plaide en faveur de cette juste cause.

Ramaphosa s’est dit ému par le sort du Sahara occidental (République arabe sahraouie démocratique), une crise qui  » est la plus longue que le monde ait connue « , qui est depuis si longtemps une honte pour la conscience humaine.

Il a réaffirmé que la région continuera d’encourager toutes les parties à engager des discussions fructueuses en vue de mettre fin à la privation du peuple du Sahara occidental de ses droits légitimes.

A cet égard, il a appelé à soutenir les efforts de l’ONU pour ramener le Maroc et le Sahara occidental à la table des négociations.

Peu après, lors de l’ouverture officielle de la conférence, le président de la SADC, Hage Geingob, chef de l’Etat namibien, a averti que l’Afrique ne peut pas aller de l’avant tant que des parties du continent sont encore opprimées. Il est temps pour la liberté du peuple du Sahara Occidental, a-t-il souligné.

La SADC et l’UA, a-t-il ajouté, devraient se demander si elles ont eu une position cohérente sur la question sahraouie ou s’il sera nécessaire de réviser cette position.

M. Giengob a souligné que des pressions doivent être exercées sur les efforts pour que le Sahara occidental  » organise un référendum libre et équitable sur l’avenir de la dernière colonie africaine « .

Comme prévu ici, les chefs d’État et de gouvernement de la SADC, ainsi que des dignitaires d’autres régions, des représentants de partis politiques et de diverses organisations publieront une déclaration sur le Sahara occidental.

Cette deuxième et dernière journée a été précédée hier d’une réunion des ministres des affaires étrangères de la SADC et des autres régions présentes ici.

Cette réunion est le résultat d’un accord conclu lors du 37e Sommet des chefs d’État et de gouvernement de la SADC, tenu à Pretoria en 2017.

La SADC est une organisation économique régionale comprenant 16 pays : Afrique du Sud, Angola, Botswana, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, République démocratique du Congo, Seychelles, Eswatini (ex Swaziland), Tanzanie, Zambie, Zimbabwe et Comores.

Ensemble, ils couvrent une superficie de 554 919 kilomètres carrés et ont une population estimée à 277 millions d’habitants, dont l’espérance de vie est légèrement supérieure à 55 ans.

mv/dfm

source: https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=264712&SEO=hora-de-un-sahara-occidental-libre-reclamo-de-conferencia-de-sadc

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s