Appel au soutien pour aider 47 militants basques en procès

Le jugement à l’encontre des personnes accusées d’avoir œuvré en faveur de la défense des droits des prisonniers s’ouvrira le 16 septembre à l’Audience Nationale Espagnole.
Le procureur demande une peine totale de 601 années de prison pour les quarante sept personnes accusées dans le macro-procès 11/13, c’est-à-dire des peines d’entre 8 et 20 ans contre les membres de ce collectif composé des organisations Herrira, Jaiki Hadi, Etxerat, de même que d’avocats de prisonniers basques et d’affiliés au groupe d’interlocution du Collectif des prisonniers basques.
Parmi les accusés, il y a des médecins et infirmières qui ont pris soin de la santé des prisonniers et exilés, réalisant un suivi et faisant connaître les cas les plus graves. D’autres sont accusés d’avoir organisé des mobilisations pour défendre les droits des prisonniers. Le cas des avocats est particulièrement surprenant dans la mesure où leur travail a consisté à défendre des accusés et à dénoncer des manquements aux droits de l’Homme auprès de différents tribunaux espagnols ou européens. Des proches de prisonniers, accusés de s’organiser pour essayer de minimiser les effets de la dispersion dans des prisons loin du Pays Basque, sont aussi touchés.
Les 47 accusés se déclarent fiers et satisfaits de toutes ces activités, réalisées publiquement et ouvertement, en suivant leurs principes politiques et éthiques au sein d’un grand réseau de solidarité. Leur action s’inscrivait dans ce qu’ils estimaient être le contexte d’une nouvelle époque de résolution du conflit. Ils accusent les « égouts de l’État » d’être derrière les opérations de police qui les ont frappés.Une grande manifestation est convoquée dans les rues de Bilbo le 14 septembre prochain, à la veille de l’ouverture du procès.
Le procès supposera une charge économique impressionnante pour les militants : 350 000 euros au total en tenant compte des factures de la défense, des déplacements, des logements à Madrid, chaque accusé devra payer environ 7 000 euros de sa poche. Les prévenus sont des travailleurs et certains d’entre eux ont de véritables problèmes pour faire face au coût que le procès va supposer.
Les 47 accusés ont ouvert un compte bancaire, dans lequel les personnes qui veulent les aider pourront procéder à un virement bancaire : DEUSTUKO DONEPERIAKO FAMILI BIC : CLPEES2M -IBAN : ES82 3035 0057 9205 7005 9033
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s