Kazakhstan : Emprisonné, libéré puis emprisonné à nouveau – relâchez le syndicaliste Erlan Baltabay immédiatement !

En juillet de cette année, Erlan Baltabay, dirigeant du syndicat indépendant des travailleurs de l’industrie du pétrole et de l’énergie au Kazakhstan, a été condamné à sept ans de prison pour des accusations à caractère politique.

Une mobilisation syndicale internationale en a suivi, comprenant notamment une campagne en ligne LabourStart soutenue par des milliers de personnes réclamant sa libération. Il a été libéré en août après avoir été gracié par le président et a pu retrouver sa famille.

Il est maintenant de retour dans une cellule. Sa peine de sept ans a été remplacée par une amende que Baltabay refuse de payer, car il est innocent. Il exige le droit de faire appel.

Les autorités kazakhes l’ont emprisonné et condamné à une nouvelle peine de cinq mois. A leurs yeux, le crime de Baltabay est la défense des droits des travailleurs.

Elles espèrent que le mouvement syndical international l’aura oublié.

Montrons-leur qu’ils ont tort.

En juillet de cette année, Erlan Baltabay, dirigeant du syndicat indépendant des travailleurs de l’industrie du pétrole et de l’énergie au Kazakhstan, a été condamné à sept ans de prison pour des accusations à caractère politique. Une mobilisation syndicale internationale conséquente en a suivi, comprenant notamment une campagne LabourStart soutenue par des milliers de personnes réclamant sa libération. Il a été relâché de prison en août après avoir été gracié par le président, et il a pu rentrer chez lui pour rejoindre sa famille.

Mais maintenant, il se trouve de nouveau dans une cellule.

Sa peine de sept ans a été commuée en une amende que Baltabay, clamant son innocence, refuse de payer. Il exige le droit de faire appel à cette décision. Les autorités kazakhes l’ont emprisonné et condamné à une nouvelle peine de cinq mois.

Aux yeux des autorités kazakhes, le véritable crime de Baltabay est la défense des droits des travailleurs. Ils espèrent que le mouvement syndical international l’aura oublié.

Cliquez ici pour envoyer un message aux autorités kazakhes pour les exhorter à abandonner toutes les charges, à le libérer de prison, lui restituer ses droits et lever l’interdiction de mener des activités publiques, notamment syndicales.

Faisons de celle-ci une campagne beaucoup plus vaste que la précédente : partagez ce message avec au moins cinq autres syndicalistes de votre connaissance,

Je vous en remercie.

Eric Lee

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s