Attention danger ! L’Europe intéressée par la technologie sioniste de flicage des populations !

Israel espère que l’Europe va acheter le système de suivi des coronavirus fabriqué par une société d’espionnage israélienne impliquée dans le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. L’analyse d’Electronic Intifada.


Le ministre israélien de la Défense Naftali Bennett, à gauche, avec l’ambassadeur de l’UE Emanuele Giaufret. Des poignées de main qui font froid dans le dos !

« La pandémie de coronavirus est une occasion inestimable pour les gouvernements et les entreprises d’espionnage d’étendre leur portée dans la vie des gens.

Les autorités de santé publique affirment que la recherche efficace des contacts sera cruciale pour arrêter rapidement de nouvelles épidémies de virus, au moins jusqu’à ce qu’un vaccin soit développé.

Cela signifie que les technologies de surveillance promettant d’identifier rapidement toute personne exposée au virus pourraient trouver un marché mondial. Le danger est que ce type de surveillance intrusive devienne permanent.

Une entreprise qui cherche à tirer parti de cette opportunité est le célèbre groupe NSO d’Israël. Il s’agit de la société qui produit des logiciels malveillants appelés Pegasus qui peuvent être insérés subrepticement dans le téléphone mobile d’une cible.

Il peut ensuite être utilisé pour renvoyer presque toutes les informations privées à ceux qui espionnent, y compris les enregistrements, les captures d’écran, les mots de passe et les messages électroniques et texte.
L’industrie technologique tant vantée d’Israël a des liens étroits avec l’appareil militaire et de renseignement du pays, qui utilise les Palestiniens sous occupation militaire comme cobayes pour des systèmes qui sont ensuite commercialisés dans d’autres pays.

Il apparaît désormais que les gouvernements européens sont prêts à profiter du fruit de cette structure abusive et oppressive sous prétexte de lutter contre la pandémie.

Le Pegasus de NSO Group, qui n’est vendu qu’aux gouvernements, a été utilisé contre des journalistes et des militants des droits de l’homme dans des dizaines de pays. Les opérateurs suspectés sont le Maroc, le Mexique, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Kazakhstan.

Pegasus a également été impliqué dans le meurtre de Jamal Khashoggi, le journaliste saoudien attiré par le consulat d’Istanbul de son pays en 2018 et brutalement assassiné et démembré.

Amnesty International, dont le personnel a été ciblé par des logiciels malveillants du groupe NSO, poursuit la société pour qu’elle cesse son rôle dans la surveillance abusive.

Facebook poursuit également NSO Group pour avoir prétendument compromis sa plateforme de messagerie WhatsApp afin d’aider les gouvernements à espionner quelque 1 400 personnes sur quatre continents.

Aujourd’hui, les gens qui tiennent aux libertés individuelles et aux droits de l’Homme s’inquiètent du fait que NSO Group se voie confier la surveillance des coronavirus par le gouvernement israélien, et que celle-ci puisse être adoptée par d’autres pays.

Le mois dernier, le ministre israélien de la Défense, Naftali Bennett, s’est vanté que son ministère et l’armée israélienne avaient travaillé avec NSO Group pour développer un système permettant aux Israéliens d’évaluer la probabilité d’être infectés par le nouveau coronavirus.
Selon la publication commerciale israélienne Globes, « le système collectera des informations sur les Israéliens, les mettra à jour en temps réel et attribuera à chaque Israélien un » taux d’infection « sur une échelle de 1 à 10. »

La publication décrit le système mis au point par NSO Group, et un système similaire développé par la société italienne Cy4Gate, comme « essentiellement des outils de surveillance de masse qui aideraient les gouvernements et les autorités sanitaires à suivre les mouvements de chaque citoyen et avec qui ils entrent en contact.  »

À cet effet, NSO Group aurait « adapté l’interface utilisateur et l’outil analytique qu’ils avaient déjà développé pour être utilisé aux côtés de son puissant logiciel malveillant connu sous le nom de Pegasus, qui peut pirater les téléphones mobiles et extraire des données comme des photos, des messages et leurs appels téléphoniques  »

Le nouveau système, nommé Fleming, « permet aux analystes de suivre où vont les gens, qui ils rencontrent, pendant combien de temps et où. »

Les individus sont censés se voir attribuer des numéros d’identification aléatoires pour protéger leur vie privée, mais une source du groupe NSO a déclaré à Vice que le gouvernement peut anonymiser les informations « en cas de besoin ».

En effet, il s’agit d’un suivi en temps réel de chaque personne.

 » Il s’agit d’une tentative extrêmement cynique d’une entreprise de logiciels espions notoire de se lancer dans la surveillance de masse », a déclaré à Vice John Scott-Railton, chercheur principal au Citizen Lab de l’Université de Toronto.
Citizen Lab a joué un rôle médico-légal crucial en révélant comment les logiciels espions du groupe NSO ont été instrumentalisés dans le monde.

« Chaque citoyen du monde veut revenir à la normale dès que possible. La ruée vers l’or vers la technologie de surveillance pourrait facilement signifier qu’il existe une attente normale de confidentialité à laquelle nous aurons du mal à revenir », a ajouté Scott-Railton.

Comme le note Vice, les opérateurs de téléphonie mobile dans des pays comme l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne, la France, la Belgique et le Royaume-Uni « partagent déjà les emplacements des clients avec leurs gouvernements respectifs dans le but de suivre la propagation du virus ».

Bien qu’il n’y ait aucun rapport de ces gouvernements utilisant les systèmes du groupe NSO, il y a des signes troublants que l’Union européenne et ses membres cherchent à adopter la technologie israélienne de surveillance de masse sous le couvert de la lutte contre le COVID-19.

Lundi, l’ambassade des Pays-Bas à Tel Aviv a tweeté qu’elle « recherchait des entreprises néerlandaises qui souhaitent faire équipe avec un partenaire israélien pour postuler à un appel d’offres unique pour des solutions numériques intelligentes concernant corona (comme des applications) par le ministère néerlandais de la Santé.  »

Et Emanuele Giaufret, l’ambassadeur de l’Union européenne à Tel Aviv, a publié un éditorial dans The Jerusalem Post vantant comment le bloc de 27 membres « exploite ses recherches scientifiques et technologiques pour lutter contre COVID-19 », un effort qui comprend des « projets de coopération avec Israël.  »

Selon Giaufret, l’UE a affecté environ 150 millions de dollars à son programme scientifique Horizon 2020 « pour financer des équipes scientifiques à travers l’Europe ainsi que dans les pays partenaires, y compris Israël, pour aider à trouver rapidement un vaccin contre COVID-19 ».

Il ajoute que l’objectif de l’effort « est d’améliorer le diagnostic, la préparation, la gestion clinique et le traitement ».

Ces activités sont suffisamment vastes pour inclure le financement des efforts de surveillance, en particulier lorsque Horizon 2020 a déjà été utilisé ces dernières années pour acheminer de l’argent vers Elbit Systems, entre autres entreprises de l’industrie de guerre israélienne.
Elbit, toujours agile, se présente actuellement comme un fournisseur de technologie pour lutter contre la pandémie.

Le ministre israélien de la Défense, Bennett, a clairement fait savoir qu’il souhaitait exporter le système de surveillance des coronavirus du groupe NSO. Et Sky News a rapporté plus tôt ce mois-ci que NSO Group avait « contacté un certain nombre de pays occidentaux pour leur présenter son logiciel de suivi des coronavirus ».

TESTÉS SUR LES PALESTINIENS

Le mépris systématique d’Israël pour la santé et la sécurité des Palestiniens l’a amené à les forcer à être des sujets expérimentaux pour ses technologies de contrôle et de surveillance.

« Les Palestiniens cherchant à vérifier si leurs permis de séjour en Israël sont toujours valides ont été chargés par Israël de télécharger une application qui permet à l’armée d’accéder à leurs téléphones portables », a rapporté la semaine dernière le journal israélien Haaretz.

« L’application permettrait à l’armée de suivre l’emplacement du téléphone portable des Palestiniens, ainsi que les notifications d’accès qu’ils reçoivent, les fichiers qu’ils téléchargent et enregistrent, et la caméra de l’appareil. »

Haaretz n’explique pas comment un tel accès intrusif a quelque chose à voir avec la lutte contre le virus, ni ne précise qui a créé cette application particulière. Mais les médias israéliens ont confirmé que l’unité 8200 de l’armée israélienne en matière de cyberguerre est impliquée dans le projet de suivi des coronavirus du groupe NSO.

En 2014, des vétérans de l’unité 8200 ont révélé que « la population palestinienne sous domination militaire est complètement exposée à l’espionnage et à la surveillance par les services de renseignements israéliens ». Les agents israéliens ont avoué que les informations qu’ils avaient aidées à collecter et à stocker « faisaient du tort à des innocents ».

« Il est utilisé pour la persécution politique et pour créer des divisions au sein de la société palestinienne en recrutant des collaborateurs et en poussant des parties de la société palestinienne contre elle-même », ont-ils ajouté.

Maintenant, le reste du monde peut bénéficier du traitement palestinien.

« Ce qui se passe en Palestine ne reste pas en Palestine », note Who Profits (base de données établie par des opposant(e)s israélien-nes) sur une nouvelle page Web consacrée au suivi du déroulement de la crise COVID-19 dans le contexte de l’occupation israélienne.

« L’une des principales raisons pour lesquelles Israël cherche continuellement à diversifier son portefeuille de répression est qu’il peut plus tard le tourner vers l’extérieur pour des bénéfices économiques et des gains politiques. »
La pandémie de coronavirus est l’occasion idéale pour Israël de commercialiser son espionnage de cette manière.
Et tout indique que l’Union européenne – conformément à son record ininterrompu de complicité – est prête à aider Israël à étendre sa surveillance à pratiquement n’importe qui sur la planète. »

source : https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/will-eu-and-pandemic-pave-way-israeli-global-surveillance?utm_source=EI+readers&utm_campaign=89fbb02652-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_e802a7602d-89fbb02652-290649781

- QUI VEUT TESTER LES TECHNOLOGIES ISRAÉLIENNES ?



Les bombes au phosphore ?

Les enlèvements d’enfants ?

CAPJPO-EuroPalestine

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s