Arrestation de Carla à Saint-Etienne, recherchée dans le cadre de l’opération scintilla

Carla, introuvable depuis le déclenchement de l’opération Scintilla et l’expulsion de l’Asilo Occupato du 7 février 2019 a malheureusement été arrêtée. Elle était recherchée dans cette affaire et un mandat d’arrêt européen avait été émis à son encontre.

Près de Saint-Etienne, dimanche 26 juillet vers 19h, dans la rue, une dizaine de policiers armés de la BRI (Brigade de Recherche et d’Intervention) et de la DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure) surgissent de tous les côtés, arrêtent Carla et braquent les autres personnes présentes avec des fusils d’assauts. Menottée au sol, elle est ensuite embarquée dans une des voitures pour être emmenée au commissariat de Saint-Etienne où arrivera la SDAT (Sous-Direction Anti-Terroriste) de Paris quelques heures plus tard. Le reste des personnes n’a pas été contrôlé.
Carla était à priori repérée et surveillée depuis plusieurs jours.
Après une première nuit en garde à vue, elle est transférée dans les locaux de la SDAT à Paris, où elle dormira jusqu’à l’audience de ce mardi 28 juillet à la cour d’appel de Paris. Après un passage devant l’avocat général (procureur) et suite à son refus de fournir des informations sur sa cavale, elle est incarcérée à Fresnes le temps de la procédure d’extradition en Italie.
Quelques proches ont réussi à la voir et à la saluer alors qu’elle attendait l’audience, menottée dans une voiture de la SDAT garée dans l’enceinte du tribunal.
Une seconde audience publique aura lieu le lendemain après-midi devant la Chambre d’Instruction, au cours de laquelle elle confirmera son accord pour un transfert vers Italie. Cela devra se faire dans les dix jours suivants la décision, date possiblement prolongée à cause des mesures sanitaires en vigueur. Selon cette estimation, elle arriverait dans les geôles italiennes à la mi-août.
Elle est actuellement dans le quartier des arrivantes, forcée à un isolement sanitaire de deux semaines dû au coronavirus. Peu après son arrivée, elle a pu appeler des proches, raconter sa garde à vue et informer qu’elle tenait bon et gardait le moral.

Pour rappel, six personnes ont déjà été incarcérées dans cette enquête, qui débute à la publication et à la diffusion de la brochure « I cieli bruciano » recensant les collabos de la machine à expulser italienne. D’après la presse, 21 attaques incendiaires et explosives sont recensées entre 2015 et 2018. L’accusation principale est association de malfaiteurs, mais des appels successifs font tomber cette accusation et la plupart des inculpé·e·s sortent de prison dans les mois qui suivent.

Jusqu’ici, seule Silvia se trouvait encore sous mesure préventive, avec une interdiction de se rendre à Turin, après huit mois entre prison de haute sécurité et isolement, une grève de la faim d’un mois, et 4 mois aux arrestations domiciliaires. Comme Carla, elle est accusée de transport et dépôt de matériel incendiaire devant des distributeurs de La Poste (italienne), sur la base de reconnaissance anthropométrique.

Que ce soit elle ou d’autres qui se soient attaqué-e-s directement à cette machine à enfermer et à expulser importe peu, continuons à y mettre des bâtons dans les roues et soyons solidaires de celleux accusé-es.

Liberté pour tou.te.s ! A bas toutes les prisons !

Note

Pour lui écrire : https://macerie.org/index.php/2020/07/28/alcune-note-sullarresto-di-carla/

Alcune note sull’arresto di Carla

Dopo quasi un anno e mezzo di latitanza, più precisamente dal 7 febbraio 2019 quando venne sgomberato l’Asilo Occupato e prese il via l’operazione Scintilla, Carla è stata arrestata con un mandato d’arresto europeo domenica 23 Luglio a St. Etienne, vicino a Lione. L’operazione è stata portata a termine da una decina di poliziotti armati di fucili d’assalto e appartenenti alla BRI (Brigade De Recherche et d’Investigation) e alla DGSI (Direction Générale de la sécurité Intérieure), i quali l’hanno gettata al suolo, amanettata e caricata in macchina. Con lei erano presenti alcune persone che sono state allontanate e poi lasciate andare senza essere identificate. A quanto sembra Carla era seguita e sorvegliata già da alcuni giorni.

Dopo una prima notte passata al commissariato della città è stata trasferita lunedi sera a Parigi alla SDAT (Sous Directione Anti Terrorisme) in attesa dell’udienza tenutasi questa mattina di fronte all’ Avocate Generale de la cour d’appel che ha confermato la sua carcerazione preventiva in attesa del trasferimento in Italia, motivandola anche con il suo rifiuto a fornire informazioni riguardo la sua latitanza. Una seconda udienza si terrà domani mattina, presso la Chambre d’Istructione, durante la quale verrà verificato il consenso di Carla al suo trasferimento in Italia, consenso che lei intende dare per non  prolungare la sua permanenza nelle carceri francesi. La consegna alle autorità italiane dovrà essere effettuata entro dieci giorni lavorativi dalla data dell’udienza a cui si possono sommare alcuni giorni per motivi legati all’emergenza sanitaria. Il suo rientro è previsto dunque per la metà di Agosto.

Sappiamo che si trova nel carcere di Fresnes nella sezione dei nuovi giunti in isolamento sanitario. Sta già usufruendo dei colloqui telefonici. Alcuni amici e compagni sono riusciti a vederla mentre veniva portata in tribunale e hanno potuto scambiare con lei dei brevi e calorosi saluti. Sta bene e il morale è alto!

L’indirizzo per scriverle è:

Carla Tubeuf

Ecrou n° 1010785

MAF de Fresnes

Allée des Thuyas

94261 Fresnes Cedex

Va ricordato che nelle carceri francesi non è possibile inviare telegrammi, mano alle penne per mostrare la vicinanza alla compagna.

Continue Reading

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s