Le pillage en masse des biens palestiniens en 1948

Quand on sait que cette armée « des plus morales » a expulsé près de 800.000 Palestiniens en 1948, en exerçant la terreur, massacrant 10.000 hommes femmes et enfants, et en rasant plus de 500 villages, est-il nécessaire de montrer que ses soldats, aidés par la population du nouvel Etat, ont également pillé tous les biens qu’ils trouvaient dans les maisons, magasins, usines et entrepôts palestiniens ?

Le pillage en masse des biens palestiniens en 1948

Oui, répond l’historien israélien Adam Raz,* qui vient de sortir un livre , la première monographie israélienne à ce jour, montrant que la Palestine, loin d’être une terre sans peuple, regorgeait de richesses en 1948, et que ceux qui ont tendance à qualifier les Arabes de voleurs, feraient bien de commencer par regarder leur histoire en face.

« Réfrigérateurs et caviar, champagne et tapis, sans parler de la porcelaine, des colliers et bijoux en or… on comprend pourquoi Ben Gourion avait déclaré en juillet 1948 : «La plupart des juifs sont des voleurs», écrit l’auteur.

  • Témoignage de Dov Doron sur le pillage à Jérusalem : « Il y avait de la porcelaine avec des ornements d’or, et lorsque la nourriture était terminée, tout était emporté. Dans un autre endroit, nous avons trouvé un cellier avec montagnes de boîtes de caviar, et nous nous sommes jetés dessus. Après cela, les gars ne pouvaient plus toucher au caviar de toute leur vie. Nous avons passé 12 jours là-bas, alors que Jérusalem gémissait sous d’horribles pénuries, et nous prenions du poids. Nous avons mangé du poulet et des friandises que vous n’y croiriez pas. Dans l’église de Notre-Dame, certaines personnes se sont rasées avec du champagne. »

« L’historien Adam Raz, au cours de ses recherches pour son nouveau livre « Le pillage de la propriété arabe dans la guerre d’indépendance», a rassemblé, pour la première fois en un seul volume, toutes les informations existantes sur le pillage des biens palestiniens par les Juifs pendant la guerre d’indépendance israélienne de 1947-49 – de Tibériade au nord à Be’er Sheva  dans le Sud ; de Jaffa à Jérusalem en passant par les villages, mosquées et églises disséminées entre eux. Raz parcouru le pays et les journaux de cette époque, a examiné toute la littérature existante sur le sujet. Le résultat est bouleversant. », commente le quotidien Haaretz.

«De nombreuses parties de la population israélienne – civils et soldats – ont été impliquées dans le pillage des biens de la population arabe, indique Raz. Le pillage s’est répandu comme une traînée de poudre. Cela concernait le contenu de dizaines de milliers de maisons, de magasins et d’usines, d’équipements mécaniques, de produits agricoles, de bétail et plus, poursuit-il. Sont également inclus les pianos, les livres, les vêtements, les bijoux, les meubles, les appareils électriques, les moteurs et les voitures. »

Intérieur d’une maison de Jaffa en 1935

Et cela sans parler des terres et des bâtiments laissés par les Palestiniens qui ont été expulsés ou qui ont fui devant les massacres, avec la certitude qu’ils pourraient rentrer chez eux à la fin de la guerre. Raz se concentre uniquement sur les objets mobiliers, les objets qui peuvent être mis dans des sacs ou chargés sur des véhicules.

« Le travail d’archivage approfondi de Raz a produit d’innombrables citations, ce qui rend la lecture douloureuse pour des personnalités de haut rang et pour l’establishment israélien, des dirigeants aux soldats de rang inférieur », commente Haaretz.

  • Le journal de Yosef Nachmani, un habitant de Tibériade qui avait été fondateur de l’organisation de défense juive Hashomer, contient l’introduction suivante sur les événements de sa ville en 1948 : «La foule juive s’est déchaînée et a commencé à piller les magasins  … Par dizaines et dizaines, en groupes, les Juifs ont dévalisé les maisons et les magasins des Arabes. « 

De nombreux soldats, eux aussi, « ne sont pas restés en arrière et se sont joints aux festivités», a écrit Nahum Av, le commandant de la Haganah de la vieille ville de Tibériade, dans ses mémoires. « Il y avait une concurrence entre les différentes unités de la Haganah… qui venaient en voiture et en bateau et chargeaient toutes sortes d’objets… des réfrigérateurs, des lits, etc. «Naturellement, la foule juive de Tibériade a fait irruption pour faire de même. Et la ville, de normale qu’elle était est devenur une ville fantôme. »

Tibériade en 1935
  • Netiva Ben-Yehuda, une combattante de Palmach qui a pris part à la bataille de Tibériade, raconte : «De telles images nous étaient connues. C’était la façon dont les choses nous avaient toujours été faites, pendant l’Holocauste, tout au long de la guerre mondiale et de tous les pogroms. Oy, comme nous connaissions ces images. Et ici – ici, nous faisions ces choses horribles aux autres ». «Nous avons tout chargé dans la camionnette – avec un terrible tremblement des mains. Et ce n’était pas à cause du poids.  Même maintenant, mes mains tremblent, rien qu’en écrivant à ce sujet. »

« Tibériade, conquise par les forces juives en avril 1948, fut la première ville mixte judéo-arabe à être prise dans la guerre d’indépendance. C’était un archétype en miniature de tout ce qui se passerait dans les mois à venir dans les villes arabes et mixtes du pays », dit Raz.

Au cours de ses recherches, il a découvert qu’aucune donnée officielle n’existait sur le pillage, sa portée physique et monétaire. Mais de toute évidence, de tels actes ont eu lieu largement dans chacune de ces villes.

Raz a en effet trouvé des récits similaires à ceux de Tibériade dans la documentation de la bataille de Haïfa, qui a eu lieu quelques jours plus tard, les 21 et 22 avril. «En combattant et conquérant d’une main, les combattants ont trouvé le temps de piller, des machines à coudre, des tourne-disques et des vêtements, de l’autre », raconte Zeev Yitzhaki, qui a combattu dans le quartier Halisa de la ville.

«Les gens ont attrapé tout ce qu’ils pouvaient… il était choquant de voir l’empressement à profiter du vide et à faire des descentes dans les maisons de personnes qu’un destin cruel avait transformé en réfugiés », ajoute Zadok Eshel, de la brigade Carmeli.

Les pillages et les vols étaient si répandus que le procureur général qui accompagnait les forces combattantes à Haïfa, Moshe Ben-Peretz, déclara en juin 1948 : «Il n’y a plus rien à prendre [aux] Arabes. Simplement un pogrom… Et les commandants ont tous des excuses;  «Je viens juste d’arriver il y a deux semaines», etc. Il n’y a personne à détenir. « 

  • Moshe Carmel, commandant de la brigade Carmeli, à propos du pillage à Haïfa : « Il y avait tellement de maisons en ruines et de meubles brisés au milieu des tas de gravats. Les portes des maisons des deux côtés de la rue ont été cambriolées. De nombreux objets des maisons gisaient éparpillés sur les trottoirs… Sur le seuil de la maison se trouvait un berceau penché sur le côté, et une poupée nue, un peu écrasée, gisait à côté, son visage pointé vers le bas.  Où est le bébé?  Dans quel exil est-il allé?  Quel exil ? »

Après la conquête de Haïfa, Ben-Gourion a écrit dans son journal sur «le vol total et complet» dans le quartier de Wadi Nisnas, perpétré par l’Irgun, la milice pré-étatique dirigée par Menahem Begin, et les forces de la Haganah. « Des personnes de la Haganah, y compris des commandants, ont été retrouvées avec des objets volés», a-t-il écrit. Quelques jours plus tard, lors d’une réunion de la direction de l’Agence juive, Golda Meir a noté que « Dans le secteur occupé par l’Irgun, en particulier, pas un fil n’a été laissé dans [aucune] maison. »

Des rapports sur les pillages ont également été publiés dans la presse. À la fin de 1948, Aryeh Nesher, correspondant de Haaretz à Haïfa, a écrit: « Il s’avère que le peuple juif a également appris ce métier [le vol], et de manière très approfondie, comme il est de coutume chez les juifs. Tous les cercles du Yishouv y ont participé, indépendamment de la communauté ethnique et du pays d’origine. Nouveaux immigrants et anciens habitants d’Acre, résidents de longue date de l’Est et de l’Ouest sans discrimination ».

«Les Juifs de Haïfa et de la région qui ont pillé la propriété de près de 70 000 Arabes à Haïfa, par exemple, connaissaient les Arabes dont ils pillaient les maisons. C’était certainement le cas également dans les villes mixtes et les villages qui existaient à côté des kibboutzim et des moshavim. Le livre regorge d’exemples attestant du fait que les pillards savaient que ce qu’ils faisaient était immoral. En outre, l’opinion publique savait que la majorité de la communauté palestinienne n’avait pas pris une part active aux combats. Dans la plupart des cas, en fait, les pillages ont eu lieu après les combats, dans les jours et les semaines qui ont suivi la fuite et l’expulsion des Palest

L’auteur soutient qu’il y a eu ensuite une «conspiration du silence» à propos du phénomène. En conséquence, « même maintenant, en 2020, les collègues qui ont lu le livre avant sa publication ont été surpris par son ampleur», dit-il. « D’autant que les pillards ont volé leurs voisins . Il ne s’agit pas d’ennemis abstraits venus d’outre-mer, mais de voisins d’hier».

De Haïfa, le livre de Raz se déplace à Jérusalem, où le pillage a duré des mois, dit-il. 

  • L’officier des opérations de la brigade Harel, Eliahu Sela, a décrit comment «des pianos et des fauteuils pourpre en or étaient chargés sur nos camions. C’était horrible. Les combattants ont vu une radio et ont dit: «Hé, j’ai besoin d’une radio.» Puis ils ont vu un service de table. Ils ont jeté la radio et ont pris le service de table … Les soldats ont bondi sur la literie. Ils ont chargé et chargé [des choses] dans leurs manteaux. »
  • Le sénateur David Werner, l’un des dirigeants de Brit Shalom, qui prônait la coexistence arabo-juive dans un État, et administrateur principal de l’Université hébraïque de Jérusalem, a décrit ce qu’il a vu: «Ces jours-ci, lorsque vous traversez les rues de Rehavia  [un quartier chic de Jérusalem], vous voyez partout des personnes âgées, des jeunes et des enfants revenant de Katamon ou d’autres quartiers avec des sacs remplis d’objets volés. Le butin est varié: réfrigérateurs et lits, horloges et livres, sous-vêtements et vêtements… »
  • Un officier des opérations de la brigade d’Etzioni, Eliahu Arbel, a décrit des soldats «enveloppés dans des tapis persans» qu’ils avaient volés. Une nuit, il est tombé sur un véhicule blindé suspect. «Nous avons découvert qu’il était rempli de réfrigérateurs, de tourne-disques, de tapis et autres». Mais il l’a laissé partir…
  • Un combattant de Palmach, à propos du pillage de Safed : «J’ai apporté quelques belles choses de Safed. Pour Sara et moi, j’ai trouvé des robes arabes superbement brodées, et ils pourraient peut-être les modifier pour nous ici. Des cuillères et des mouchoirs, des bracelets et des perles, une table damasquine et un ensemble de magnifiques demi-tasses à café en argent, et surtout, hier, Sara a apporté un immense tapis persan, totalement nouveau et magnifique, d’une beauté comme je n’avais jamais vu auparavant. Un salon comme celui-là peut rivaliser avec celui de tous les riches de Tel Aviv. »

Raz se tourne ensuite vers les implications politiques d’un tel pillage. 

«Ce n’est pas uniquement un récit de pillage, c’est une histoire politique», écrit-il.  Le pillage, affirme-t-il, « a été toléré » par les dirigeants politiques et militaires, et en premier lieu par Ben Gourion – malgré ses condamnations dans les forums officiels. De plus, selon Raz, le pillage « a joué un rôle politique dans la formation du caractère de la société israélienne. « .

«Le pillage était un moyen de réaliser la politique de vidage du pays de ses résidents arabes. Premièrement, dans le sens simple, le pillage a transformé les pillards en criminels.  Deuxièmement, il a transformé les pillards qui ont commis des actes individuels bon gré mal gré en complices de la situation politique – des partenaires passifs d’une approche politique qui s’efforçait d’annuler la terre de ses résidents arabes, avec un intérêt direct à ne pas leur permettre de revenir.  « 

«La personne qui a pillé les biens de son voisin n’était pas consciente d’être complice d’une ligne politique visant à empêcher le retour des Arabes. Mais au moment où vous entrez dans le bâtiment de votre voisin et retirez la propriété de la famille arabe qui y vivait jusqu’à la veille, vous êtes moins motivé pour qu’il revienne dans un autre mois ou une autre année. ».

Le partenariat passif entre une approche politique spécifique et le pilleur individuel a également eu une influence à long terme. Cela a renforcé l’idée politique qui a épousé la ségrégation entre les peuples dans les années qui ont suivi la guerre.

*Adam Raz, 37 ans, fait partie du personnel de l’Institut Akevot (qui se concentre sur les questions de droits de l’homme liées au conflit) et édite la revue Telem pour la Fondation Berl Katznelson. Il est également un contributeur fréquent d’articles historiques à Haaretz.

(Traduit par Sarah V. pour CAPJPO-EuroPalestine)

Article intégral : https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.highlight.MAGAZINE-jews-looted-arab-property-en-masse-in-48-the-authorities-let-them-1.9201926?utm_source=smartfocus&utm_medium=email&utm_campaign=weekend&utm_content=5029881

CAPJPO-EuroPalestine

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s