La Palestine au jour le jour : Semaine du 26 avril au 2 mai

L’aggravation de la répression rend les compte-rendus encore plus difficiles et les bilans probablement sous-estimés. De plus, la flambée d’expulsions et de provocations à Jérusalem a suscité en retour une vague de manifestations dans toute la Palestine occupée, une solidarité exemplaire, réprimée avec la douceur qu’on imagine…

Selon les statistiques du PMG (qui vont du 25 avril à 8h au 2 mai à 8h), on compterait 27 blessés et 91 kidnappés dans 87 attaques des forces d’occupation et 16 attaques de colons.

A Jérusalem, les raids militaro-policiers visent en premier lieu les habitants qui protestent contre le vol de leurs maisons, dont on veut les expulser pour y installer des colons. Ainsi, le 1er mai, dans le quartier de Sheikh Jarrah, sept familles expulsées ont reçu les grenades des forces de répression en guise de muguet. Le soir, ce sont les colons appuyés par les forces d’occupation qui hurlaient des obscénités dans les rues du quartier pour mieux narguer les habitants dont ils allaient voler les maisons.

L’Etat d’apartheid veut une Jérusalem 100% juive et pour cela il faut commencer par harceler les musulmans qui tentent de célébrer le Ramadan à Al-Aqsa. Presque chaque matin, c’est sous la protection des forces d’occupation que des suprémacistes de Lehava (qui se réclament de l’assassin de Rabin) envahissent les abords de la mosquée d’Al Aqsa aux cris de « Mort aux Arabes » et molestent les croyants. Les chrétiens sont logés à la même enseigne. Ainsi, les fidèles venus fêter le Samedi Saint à l’église du Saint Sépulcre ont-ils été chargés par les forces d’occupation – sans épargner les moines.

La Palestine au jour le jour : Semaine du 26 avril au 2 mai

Comme si les blessures dues aux projectiles ne suffisaient pas, soldats, flics et colons se plaisent à battre des innocents : le 29, un villageois de Amriha (près de Ya’bad, gouvernorat de Jénine) était sévèrement frappé par une bande de colons alors qu’il faisait paître son troupeau. La veille, à Jérusalem, c’est une personne handicapée qui a subi de graves blessures de la part de voyous suprémacistes.

Pour beaucoup, la grêle de coups n’est qu’un prélude à l’emprisonnement. C’est le cas d’Omar Mahdi Al-Ajlouni ou de Khaled Elyan le 1er mai à Jérusalem.

D’autres colons préfèrent se livrer à des attaques terroristes à la voiture bélier. A Khursa (gouvernorat d’Hébron), un père et sa fille de six ans (Samir Awouda et Zahra) ont été hospitalisés après en avoir été victimes.

A 20h, l’occupant kidnappe Majd Ghurab, habitant du quartier de Wadi Al-Joz. C’est ici qu’en 2014 un jeune de 16 ans a été tué par une balle en coutchouc reçue en plein front – preuve que ces munitions sont loin d’être anodines…

Difficile aussi pour les Palestiniens sous occupation d’échapper à la case prison… dès le plus jeune âge : parmi les personnes prises en otage à Jérusalem cette semaine, Mutasim Muhammad Antouri n’a que 16 ans, Mahmoud Ashair en a 17. A Bethléem, le 30, Hussein Ibrahim Masalmeh (13 ans) et Ahmed Raed Al-Adam (17 ans) ont été kidnappés près de la mosquée…

Que dire d’autre ? La colonisation s’étend, les vols, les destructions battent leur plein, à Gaza, pêcheurs et fermiers essuient les tirs de l’armée « la plus morale du monde ». Le monde regarde ailleurs…

ZOOM SUR LE 26 AVRIL

JERUSALEM (AL QODS)

Jérusalem : à 9h, une bande de colons suprémacistes se livre à ces provocations sous la protection de la police.

Le soir, des habitants résistent aux attaques de colons soutenus par les forces d’occupation et essuient en retour balles enrobées de caoutchouc et grenades lacrymogènes.

Le même soir, selon palinfo.com, l’armée d’occupation (qui interdisait l’accès à la mosquée Al-Aqsa) arrête trois jeunes hommes à la porte de Hatta après les avoir battus. Selon le PMG, ce sont quatre hommes qui auraient été arrêtés : Wissam Sidr, Ahmad Al-Rajabi, Ahmad Hazina et Alaa Al-Razim.

Pendant ce temps, à la porte de Damas, toujours selon palinfo.com, les forces d’occupation « rouent de coups un groupe de jeunes Jérusalémites tout en les obligeant à quitter la place (…). Parmi les Jérusalémites arrêtés figurent l’enfant Mohammed Abou Rmila et le jeune Mohammed Nassar ». Le PMG corrobore cette dernière arrestation et y ajoute celle de Muhammad Ali Sarasra.

Al-Ram : à 14h, les forces d’occupation patrouillent dans la ville.

Beit Hanina : à 21h50, l’occupant enlève Muhammad Iqbal Samrin. Le tiers des terres de la ville a été confisqué au profit de six colonies. Sous Obama, John Kerry aurait proposé à Mahmoud Abbas de faire de Beit Hanina la capitale d’un futur Etat de Palestine contre le renoncement à Jérusalem Est et la reconnaissance d’Israël en tant qu’Etat juif !

Issawiya : le soir, un colon tente de kidnapper Laith Elyan (12 ans) mais en est empêché par les témoins de la scène.

CISJORDANIE

Gouvernorat de Bethléem

Bethléem : à 21h20, les forces stationnées au checkpoint arrêtent Baligh Habib Al-Barghouti.

A 22h30, près de la mosquée « du Dôme », les forces d’occupation répriment un mouvement de solidarité avec le peuple de Jérusalem. De nombreux manifestants souffrent de suffocation. Deux mineurs de 17 ans sont kidnappés : Muhammad Abu Laban et Muhammad Daoud Shusha,

Al-Khader : de 18h30 à minuit dix, patrouille en ville. Près de 3 hectares de cette ville coupée en deux par le mur ont été prélevés au profit de deux colonies.

Al-Ubaidiyah : de 9h20 à 10h15, l’occupant patrouille au village.

Gouvernorat de Hébron

Hébron : à 21h, dans le quartier central de Bab Al-Zawiya, l’occupant réprime une manifestation de soutien aux habitants de Jérusalem.

Fawwar : à 22h10, balles en caoutchouc et grenades pleuvent sur la manifestation de soutien à Jérusalem organisée dans ce camp de réfugiés à 6 km d’Hébron.

Gouvernorat de Jénine

Jénine : à l’aube, l’occupant investit la ville et enlève Muhammad Tariq Al-Saadi.

Gouvernorat de Jéricho

Al-Auja : à 6h10, une patrouille réveille le village.

Gouvernorat de Naplouse

Azmout : à 0h10, une bande de colons protégés par les forces d’occupation pénètrent sur des terres agricoles et mettent le feu à des oliviers. En plus d’une colonie, le village héberge plusieurs bases militaires de l’occupant.

Beita : de 4h à 6h, les forces d’occupation patrouillent en ville.

A 11h50, elles envahissent à nouveau la ville et enlèvent Hussam Mahmoud Dweikat. Beita est connue pour « l’incident » survenu le 6 avril 1988 : quinze jeunes colons extrémistes accompagnés de deux gardes tuent un fermier et tirent sur un jeune de 19 ans avant d’être désarmés par les habitants. Mais une jeune « colone » est victime d’une balle perdue tirée par un colon religieux suprémaciste. Bien entendu, les Palestiniens sont rendus responsables et la répression sera féroce : assassinat d’un garçon de seize ans, arrestation de tous les hommes adultes, dynamitage de 15 immeubles… L’auteur de l’homicide de la colone est finalement identifié, puis acquitté.

Laban : à 23h40, une manifestation de soutien aux Jérusalémites est réprimée avec l’arsenal habituel.

Gouvernorat de Qalqiliya

Qalqiliya : à 23h50, les manifestants solidaires du peuple de Jérusalem essuient les projectiles de la répression.

Jeet : à 1h25, les forces d’occupation positionnées au checkpoint du village rouent de coups Adham al-Tanji, du camp de Tulkarem. Il doit être hospitalisé. Dans la foulée, elles arrêtent trois citadins de passage : Yusef Omar Ayoub, Muhammad Omar Ayyub (tous deux du camp de Tulkarem) et Nasr Hussein Desouki, de la banlieue de Tulkarem.

Gouvernorat de Ramallah

Al-Bireh : à 22h, des habitants manifestent leur solidarité avec les Jérusalémites et essuient balles en caoutchouc et grenades. De nombreux manifestants souffrent de suffocation. Deux protestataires sont emmenés en détention : Anan Safi et Jihad Muhammad Alqam.

Deir Abu Mishaal : à l’aube, les forces d’occupation envahissent le village et s’emparent de Adam Muhammad Ata.

A 13h30, installation d’un checkpoint à l’entrée du village.

Ni’lin and Deir Qaddis : dans ces deux villages, des oliviers sont déracinés et le terrain commence à être aplani en vue de la création d’un nouveau poste avancé de la colonisation. Près de 474 hectares ont déjà été confisqués à ces deux villages au profit de six colonies.

Gouvernorat de Salfit

Burqin : le matin, les forces d’occupation commencent à niveler des terres appartenant à des paysans palestiniens dans le but d’étendre la colonie voisine.

Deir Istia : à 22h, checkpoint à l’entrée de la ville. Plus de 407 hectares de cette ville ont été confisqués par 7 colonies et l’occupant continue à y arpenter des terres en vue de nouvelles extensions. Par ailleurs, des oliveraies y ont été confisquées et détruites sous prétexte de créer une « zone naturelle ».

Gouvernorat de Tulkarem

Tulkarem : de 11h05 à 11h45, suite à une intensification des contrôles, le trafic est interrompu au point de contrôle situé près de la colonie de Ainaf. Pour faire patienter, les forces d’occupation font pleuvoir balles en caoutchouc et grenades sur la foule environnante.

À 21 h 40, près de la porte 104 du mur de séparation, dans la banlieue de Shweika, l’occupant réprime avec son arsenal habituel les manifestants solidaires des habitants de Jérusalem. Il s’empare de Uday Omar Fiat.

GAZA

Attaques contre des exploitations agricoles

Le matin, à l’est de Khuza’a (à l’est de Khan Yunis), les forces israéliennes positionnées derrière leur ligne de démarcation font feu sur des fermiers et leurs troupeaux.

Répression de manifestants

Le soir, les forces d’occupation tirent des balles réelles et des grenades lacrymogènes sur des manifestants le long de la ligne de démarcation près de la ville de Gaza, du camp d’Al-Bureij et de Khuza’a.

Riposte palestinienne

A 3h15, des groupes de résistants tirent trois projectiles vers la ligne de démarcation.

(Compilé et traduit par Philippe G. pour CAPJPO-EuroPalestine, à partir duPalestinian Monitoring Group (PMG): http://www.nad.ps/ , de wafa.ps, du Palestinian Centre for Human Rights (PCHR), de la compilation de Leslie et Marian Bravery (Palestine Human Rights Campaign, Auckland, Nouvelle Zélande) et de en.wikipedia.org pour les éléments de contexte en italiques.)

CAPJPO-EuroPalestine

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s