La Palestine au jour le jour : Semaine du 19 au 25 août

Résister sous les balles

La Palestine au jour le jour : Semaine du 19 au 25 août


Encore un jeune de quinze ans, Imad Hashash, assassiné cette semaine (voir l’article) ! Et à Gaza, Osama Duaij (27 ans) succombe le 25 aux blessures subies lors de la manifestation du 22 le long du mur qui encercle les Gazaouis.
A cela s’ajoutent les 76 Palestiniens blessés, dont 27 mineurs, principalement au cours de 29 attaques des forces d’occupation contre des manifestations pacifiques.
C’est à Gaza que l’occupant a eu la main la plus lourde. Samedi 21, les snipers à l’abri derrière le mur de clôture tirent sur les manifestants et font mouche : 41 blessés, dont 22 mineurs (article). L’un de ces mineurs, Omar an-Neel (12 ans), devait mourir de ses blessures une semaine plus tard (article). Le 25, une autre manifestation fait 14 blessés supplémentaires, dont un bébé !

La jeunesse en première ligne
Le 24, lors d’un raid sur Tayasir (près de Tubas), les villageois affrontent l’occupant. Muhammad Aziz (17 ans) est blessé. Le soir, non loin de là à Ain Shibli, les soldats tabassent Abd Rabbo Abu Kabash, jeune berger de 16 ans, alors qu’il faisait paître son troupeau. Il doit être hospitalisé.
Le même jour, à l’entrée du camp d’al-Aroub, à Hébron, deux mineurs sont blessés dans les affrontements ; Hamza Jawabra (17 ans) et Muhammad Moqbel (16 ans).
A Jéricho, le 19, les forces d’occupation attendaient leurs victimes à l’entrée du cimetière ! Avec leurs balles métalliques, elles blessent le jeune Abd al-Karim Yaghi (14 ans).
Les personnes handicapées ne sont pas épargnées : le 22, à un checkpoint improvisé de Bethléem, les soldats font feu sur Omar Shalaldeh et le blessent au pied.
Avis aux papas : c’est pour avoir tenté de s’opposer à l’enlèvement de son fils que Marwan Howsheh, de Birzeit, est roué de coups et hospitalisé le 23.

Mineurs incarcérés
Quelque 88 habitants de Palestine occupée ont (re)fait connaissance avec les geôles israéliennes cette semaine. Les raids, le plus souvent nocturnes, au cours desquels les soldats défoncent les portes et saccagent les maisons, sont l’une des principales sources d’alimentation de la toile carcérale. Il y en a eu 96 (contre 60 la semaine précédente).
Quatre mineurs de 17 ans figurent parmi les nouveaux détenus  : Mujahid Farouk, arrêté au pont Allenby alors qu’il rentrait chez lui, Ramah Khaddour, enlevé par les gardiens du mur de l’apartheid, Osaid Al-Shiki et Mahmoud Ashayer, pris lors d’affrontements. Mu’Min Afana, lui, n’a que 15 ans.
Notons que lors d’un raid de nuit à Far’oun (gvt de Tulkarem), un garde de la sécurité nationale palestinienne a été emmené en détention : le « processus d’Oslo » n’engage que ceux qui y croient…

Beita ne lâche rien
A Beita, village près de Naplouse, la mobilisation ne fléchit pas et la marche du jeudi 19 a coûté 2 blessés, dont un journaliste. Le vendredi, après la prière, une nouvelle marche quotidienne cause 14 blessés supplémentaires, en plus de 91 victimes de suffocation par les bombes lacrymogènes.
Partout, les jeunes sont en première ligne. Ils ne veulent pas d’un destin d’autochtones enfermés à vie dans leurs bantoustans !


Agressions des colons

Sur l’esplanade des mosquées, les incursions provocantes de l’ultra-droite raciste, protégée par l’armée, sont quasi quotidiennes. Non contents de hurler des injures, ils molestent volontiers les fidèles sur leur passage.


Mais les méfaits des colons ne se limitent pas à Jérusalem…
Le 19, sans se gêner, une bande de colons entreprend des travaux de terrassement sur un terrain palestinien le long de la route de Qalqiliya à Naplouse. Le même jour, un autre gang s’approprie des terres à Al-Farsieh, au nord de la vallée du Jourdain, pour y construire une route.
Le 21, des voyous de la colonie de Shama’a, sur les terres du village d’Al-Zahiriya (gvt d’Hébron), caillassent des bergers en train de faire paître leur bétail.
Le soir du 22, ce sont les voitures des villageois de Kafr Laqif (Qalqiliya) qui sont prises pour cibles.
Le 23, au village de Burin (Naplouse), des vandales mettent le feu à une oliveraie.


Le 24, d’autres colons plantent des arbres sur le territoire du village de Kisan (Bethléem). Beau geste écologique, dommage que ce soit sur des terres volées !
La colonisation en toute « légalité » israélienne
A côté de ces initiatives intempestives, l’Etat israélien poursuit sa propre entreprise de dépossession.
Le 20, à Sheikh Jarrah, quartier de Jérusalem en voie de judaïsation, les forces d’occupation entreprennent l’édification d’un jardin sur un terrain ayant appartenu au mufti de Jérusalem.
Le 23, ces mêmes forces nivellent un terrain palestinien près de Jénine.
A Deir Istiya (Salfit), c’est suite à l’expropriation de terres par les autorités que des colons impatients de l’avant-poste Havat Yair, après avoir nivelé le terrain et construit une route, installent deux premiers mobile homes.
Le 25, à Qalqiliya, les autorités d’occupation approuvent l’expansion de la route 55 au détriment des propriétaires de terres agricoles au sud de la ville. Réservée aux colons, cette route relie entre elles différentes colonies. Pour lancer les travaux, les forces d’occupation interdisent l’accès aux véhicules palestiniens non munis d’un permis spécial.
Le même jour, à Qusra (gvt de Naplouse), les forces d’occupation nivellent un terrain exproprié et l’entourent de barbelés.
Pendant ce temps, à Kisan (gvt de Bethléem), l’occupant entreprend la construction d’une route réservée à l’avant-poste de Ibi Hanahel.

Spécialité israélienne : la démolition
Le 25 à 9h, dans le quartier de Silwan à Jérusalem Est, les forces d’occupation démolissent la maison en construction de Muhammad Al-Zaghal. Ce saccage s’ajoute à une longue liste de démolitions visant à faire de cette banlieue peuplée de 33 000 Palestiniens un territoire exclusivement juif. Mais la population résiste, appuyée par des militants des droits de l’homme…
Le même jour, l’occupant démolit une autre maison à al-Walajah, près de Bethléem. Enclave isolée par le mur, ce village réputé « le plus beau de Palestine » a déjà perdu la moitié de ses terres au profit du mur et des colonies ceinturant Jérusalem.


L’occupant enferme et harcèle Gaza
Le 21 au soir, à l’Est de Gaza, des groupes de résistants palestiniens ouvrent le feu contre les gardiens de leur camp de concentration, bouclé depuis plus de 15 ans. L’occupant envoie son aviation tirer 6 missiles le 21 au soir et 6 autres missiles le soir du 23 contre des positions supposées de ces résistants.
Mais l’essentiel des protestataires s’en tient à des manifestations pacifiques les 21 et 25 (article).

Cette fois, la riposte est sanglante : les balles des snipers, à l’abri derrière le mur, font rappelons-le 55 blessés et un mort de douze ans,
Hormis ces évènements dramatiques, la routine du siège se poursuit.
Attaques contre des terres agricoles : 2 missiles tirés par l’aviation le 23 au soir, dans la foulée de son attaque contre des résistants.
Tirs contre des pêcheurs dans les eaux territoriales gazaouies : le 19 au large d’Al-Sudania et de Gaza ville, les 22, 23 et 25 au large d’Al-Sudania.
Emprisonnements : les 23 et 25, deux Gazaouis qui tentaient de franchir le mur sont interceptés par l’armée. Le 23, deux commerçants du camp de Jaballiya sont arrêtés au point de contrôle de Beit Hanoun.
Non comptabilisé dans les bilans : le bourdonnement continuel des drones, épée de Damoclès suspendue sur les 2 millions d’habitants, de quoi rendre fou…
L’occupant entrave
Aux 108 points de contrôle permanents qui ligotent la Cisjordanie se sont ajoutés cette semaine 102 checkpoints surprise et 12 fermetures temporaires de carrefours ou axes majeurs. Autant de pièges suscitant angoisse, attentes interminables, humiliations et parfois enlèvements, tabassage en règle (comme Hamza Yassin le 19 à Turmusaya) ou assassinats,

(Compilé et traduit par Philippe G. pour CAPJPO-EuroPalestine, à partir du Palestinian Monitoring Group (PMG): http://www.nad.ps/ et de la compilation de Leslie et Marian Bravery* (Palestine Human Rights Campaign, Auckland, Nouvelle Zélande).

CAPJPO-EuroPalestine

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s