Palestine : Bilan des crimes sionistes du 21 au 27 octobre

Le fait saillant de cette semaine est l’interdiction de six ONG palestiniennes, qualifiées de « terroristes ». Voir https://europalestine.com/2021/10/23/israel-ose-qualifier-de-terroristes-des-ong-palestiniennes-bien-connues/ et https://europalestine.com/2021/10/24/condamnation-unanime-du-coup-de-force-israelien-contre-la-societe-civile-palestinienne/ Mais pendant qu’il pourchasse humanitaires et témoins gênants, Israël poursuit tranquillement répression sanglante, enlèvements, torture, vols, enfermement, destructions et profanation de cimetières. Et il donne un coup d’accélérateur à la colonisation en planifiant la construction de 4530 nouveaux logements. Fort de son impunité internationale, l’Etat colonial se croit tout permis !

Feu sur les manifestants ! 

L’armée d’occupation a blessé 10 habitants de Cisjordanie, dont un enfant de 14 ans, Ahmed Owaisi, atteint par une balle métallique vendredi 22 lors d’un mouvement de protestation au checkpoint sud de Qalqiliya. Non loin de là, à Kafr Qaddum, la manifestation du vendredi contre le blocage de ce haut lieu de la résistance a produit trois nouveaux blessés à rajouter à une longue liste : en août 2020, Amira Hass recensait déjà 100 villageois blessés et 170 arrêtés depuis 2011, pour 4500 habitants !
Le même vendredi, à Biddu, enclave palestinienne près de Jérusalem, deux villageois sont blessés par balles alors qu’ils réclamaient le retour des corps de trois victimes d’un précédent carnage, il y a un mois.
Lundi soir, un raid sur Yabad, au sud-ouest de Jénine, se solde par un blessé à la cuisse gauche au cours d’affrontements et deux autres blessés agressés par les soldats, dont un renversé par un véhicule militaire. 

Prisonniers politiques dès 10 ans ! 

Quelque 94 habitants de la Palestine occupée ont rejoint les geôles israéliennes cette semaine. Huit mineurs figurent parmi eux.

Le jeudi 21 à 2h20 du matin, l’armée envahit Beit Fajjar, près de Bethléem. Parmi les trois villageois arrêtés, Rabi Taqatqa n’a que 17 ans. Les deux autres, Mohammed et Yousef Thawabtah, sont tout juste majeurs : 18 ans. Un autre adolescent, Nader Taqatqa (15 ans), reçoit une convocation à se rendre au centre de renseignements de l’occupant. Il sera définitivement arrêté le dimanche soir en se rendant à cette convocation.
A midi vingt, les troupes postées près du mur de l’apartheid à Beitunia (à côté de Ramallah) s’emparent de Ahmed Al-Najjar (17 ans) alors qu’il cueillait des olives – menace manifeste pour la sécurité d’Israël !
Dimanche 24 à 17h, un commando attaque la maison des Odeh dans le quartier de Silwan à Jérusalem et kidnappe le jeune Mohammed (13 ans).
A 21h40, à Al-Zawiya près de Salfit, les soldats enlèvent deux enfants : Yasser Arafat Shukair (11 ans) et Yazan Qadous (10 ans). No comment.
Mercredi 27 à 2h30, l’armée attaque Teqoa, à l’est de Bethléem, prend d’assaut deux maisons et y enlève deux jeunes : Yazan et Ibrahim Sabbah (15 ans tous les deux). 

A Hébron, un jeune résussit à échapper à un soldat de l’occupation . Bravo !

La colonisation à marche forcée 

En Cisjordanie, le chancre colonial s’étend inexorablement. Mercredi 21, l’occupant entreprend la démolition de l’ancienne gare routière d’Hébron. Une nouvelle colonie de 31 logements doit y être édifiée. Samedi 24, les autorités ne chôment pas ! Elles lancent des appels d’offres pour la construction de 1355 nouveaux logements à travers toute la Cisjordanie, notamment dans les colonies de Beit El (346 logements), Ariel (729), Elkana (102), Geva Binyamin (96), Emmanuel (57) et Karni Shomron (22). Mardi 27, ce sont 3144 nouveaux logements dont la construction est approuvée dans les colonies ! 

Sus aux oliviers ! 

La cueillette des olives est cruciale pour bon nombre de paysans palestiniens et les occupants sont bien décidés à les priver de leur principal sinon unique moyen d’existence !

Samedi, près de Turmusaya (gouvernorat de Ramallah), un gang en provenance de la colonie Adi Ad attaque trois familles d’agriculteurs en plein ramassage. Trois paysans sont asphyxiés et légèrement brûlés par le gaz poivre, l’un d’eux doit être hospitalisé. Un homme de 80 ans est bousculé. Avant de partir, les malfaiteurs incendient un véhicule et crèvent les pneus de trois autres voitures. Le même jour, d’autres voyous caillassent une tente résidentielle dans le nord de la vallée du Jourdain.
Dimanche à Awarta, près de Naplouse, les colons attaquent les paysans et les humanitaires d’ONG venus pour tenter de les protéger.
Non loin de là, près d’Aqraba, aucun humanitaire n’est là pour empêcher l’attaque et le vol de la récolte.
Pas plus qu’à Jalud, où les pillards emportent le matériel utilisé pour la récolte. Privés du soutien des gouvernements, les humanitaires s’avèrent impuissants face aux voyous déchaînés.

Lundi, trois employés de la Croix Rouge sont attaqués au gaz poivre alors qu’ils venaient inspecter les dégâts causés par le vandalisme colonial. Ils souffrent de brûlures au visage.

Lundi, 25 oliveraies sont arrachées à Al Masara, près de Bethléem. Que font les forces de l’ordre ? Entre colons et soldats, l’entente est parfaite ! Mercredi, une bande de pillards en kippa vole une benne à ordures de la municipalité de Qusra, près de Naplouse. Les soldats interviennent… pour tirer sur les habitants qui tentaient de s’opposer au larcin. En revanche, l’armée n’était pas là le samedi pour aider les voyous à emmener dans leur colonie un troupeau de brebis qui paissait près de Qarawat Bani Hassan (gouvernorat de Salfit). Alertés par le berger, les villageois ont fait fuir les malfaiteurs. 

Destructions et démolitions 

La routine des démolitions continue. A Jérusalem Est, deux familles sont forcées de détruire elles-mêmes leur maison, une autre famille ne doit démolir « que » un étage. Lundi après-midi, à al-Maleh, dans la vallée du Jourdain, grand déploiement de soldats autour d’un bulldozer, d’un camion-grue et d’un 4X4 de l’administration civile. Objectif : l’école rurale al-Tahadi. La salle de classe et le dispensaire s’évanouissent en gravats. Motif : pas d’école palestinienne en zone C ! Non mais…Mardi, à Deir Qadis, près de Ramallah, surprise : quatre magasins sont rasés au petit matin. Aucun avertissement préalable n’a été délivré. Quand le propriétaire s’approche des soldats pour obtenir une explication, ils lui tirent dessus.

Dans le gouvernorat d’Hébron, une canalisation et même un chemin de terre reliant deux villages sont consciencieusement réduits à néant.

Invasion des profanateurs de sépultures : Les morts ne sont pas plus tranquilles ! Dimanche, l’occupant entreprend de raser le cimetière de Yusufiya, qui jouxte le mur de la vieille ville (voir l’article https://europalestine.com/2021/10/15/israel-detruit-le-cimetiere-musulman-dal-yusufiya-a-jerusalem-video/). Mardi, l’occupant poursuit son travail de sape dans le cimetière d’al-Shuhada, contigü au précédent. L’armée entoure le cimetière profané d’un mur métallique et l’enfouit sous des tombereaux de sable. Elle roue de coups les protestataires indignés et arrête trois d’entre eux. Quant aux fidèles qui effectuent la prière du soir dans ces parages, ils ont droit à un festival de bombes assourdissantes.
Nabatah, une mère venue se recueillir sur la tombe de son fils, est sévèrement battue par une soldate israélienne.

Palestine : Bilan des crimes israéliens du 21 au 27 octobre

Tout ça pour construire un disneyland « biblique » à l’usage des touristes !

 Dans Gaza assiégée 

Encerclée, soumise au blocus depuis 17 ans, sous la surveillance constante, menaçante et vrombissante des drones, privée d’eau potable, le plus souvent sans électricité… à Gaza la vie continue même si :

– Alors qu’ils naviguaient à moins de trois milles des côtes (la limite autorisée par les accords d’Oslo est de 20 milles), d’inoffensifs bateaux de pêche ont encore été attaqués par la marine de guerre les jeudi, vendredi, samedi, dimanche, lundi et mardi. Mardi matin, l’invincible armada a confisqué deux barques à l’ancre qui portaient un système d’éclairage pour la pêche de nuit. L’équipement d’une troisième barque de ce type (deux générateurs et 26 lampes torche) est détruit.

– Les terres agricoles ont encore été visées par les soldats campés derrière la « ligne d’armistice » vendredi au nord de Beit Lahia, samedi à l’est de Khan Yunes, dimanche à l’est de Beit Hanoun.

– Samedi, véhicules militaires et bulldozers couverts par l’aviation ont pénétré à l’intérieur des terres gazaouies, au sud-est de Khan Yunes, pour effectuer des travaux de terrassement. 

La Cisjordanie entravée 

Aux 108 points de contrôle permanents se sont ajoutés cette semaine 65 checkpoints surprise et 6 obstructions de points stratégiques. 

(Compilé et traduit par Philippe G. pour CAPJPO-Europalestine à partir du Palestinian Centre for Human Rights (PCHR), du Palestinian Monitoring Group (PMG): http://www.nad.ps/ , de la compilation de Leslie et Marian Bravery* (Palestine Human Rights Campaign, Auckland, Nouvelle Zélande).

CAPJPO-Europalestine

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s