Un procès contre le SRI? Une attaque contre le Rojava!

Un procès contre le SRI? Une attaque contre le Rojava!

Un procès contre le SRI? Une attaque contre le Rojava!

Le 18 novembre 2021, notre camarade Andi, secrétaire du Secours Rouge International, doit comparaître devant le tribunal fédéral de Bellinzona, la plus haute juridiction suisse. Le coeur de ce procès est l’attaque militante contre le consulat turc à Zürich en 2017 en solidarité avec le Rojava.

Ce n’est pas la première fois que notre secrétaire, ou nos membres, ou nos structures se retrouvent dans les tribunaux. Mais ce procès a un caractère particulier et nous voudrions que la gauche révolutionnaire et internationaliste en comprenne les enjeux.

Il faut d’abord garder à l’esprit que la solidarité avec le Rojava ne relève pas d’un simple devoir d’internationalistes et d’antifascistes en soutien à un peuple confronté à une oppression brutale.
Le Rojava a une place toute particulière dans la ligne de front mondiale entre la révolution et la contre-révolution. En tant qu’expérience authentique, expérimentant dans la durée de nouvelles voies de résistance et d’auto-organisation populaire, le Rojava doit être défendu bec et ongle.

Dans l’étude que le SRI a publié sur la stratégie de guerre de basse intensité menée par la Turquie pour anéantir le Rojava et le mouvement de libération kurde, il a été relevé qu’un élément de cette stratégie était l’attaque contre les soutiens politiques et organisationnels du mouvement.

Nous assistons en Europe au déploiement de cette offensive spécifique allant des escadrons de la mort à des campagnes concertées des trolls pour influencer les débats sur les chats internet. Entre ces deux extrêmes, entre les assassinats ciblés et les manifestations les plus insidieuses du softpower, il y a un large spectre d’actions, visant à “mettre au pas” les communautés turques ou turco-descendantes en Europe et à paralyser tout soutien à la cause kurde.

Les forces en oeuvres sont diverses et toutes jouent un rôle précis: représentations diplomatiques, prédicateurs dans les mosquées, structures locales de l’AKP, réseaux services secrets/mafias/fascistes, businessmen impliqués dans le commerce avec la Turquie, etc.

Un des objectifs particuliers de cette offensive est d’obtenir la criminalisation totale du mouvement de libération kurde en Europe, autrement dit la répression de la solidarité par les polices et justices des pays européens. Le procès contre notre camarade est un cas d’espèce car il n’a lieu qu’en raison des pressions diplomatique de la Turquie. Ces pressions s’expliquent par le rôle que joue la camarade dans la solidarité internationale avec le Rojava. Il est remarquable que le procureur fédéral suisse ai tenté, à plusieurs reprises, de mettre fin à cette procédure: soit en raison de la faiblesse du dossier (absence de preuve), soit parce qu’ils ont d’autres enquêtes en cours. L’État turc s’y est toujours opposé et a exigé, et finalement obtenu ce procès.

La police zurichoise a profité de l’occasion pour chercher à obtenir une nouvelle condamnation de notre camarade. Cette police aussi, pendant le Covid, a fait un saut de qualité en procédant systématiquement, lors des mobilisations, à son arrestation préventive. C’est ainsi que les autorités cantonales ont profité du “procès turc” pour ajouter des incriminations telles que le non-respect des règlements Covid.

Mais, pour la solidarité internationale, il importe de garder le focus sur le fait que ce procès est une partie d’une offensive générale et multiforme turque contre les soutiens du mouvement de libération kurde, un élément de leur stratégie de guerre de basse intensité.

De ce point de vue, il n’y a pas lieu de distinguer ici le “plus grave” et le “moins grave”. Le procès de Bellinzona, comme les retenues d’eau par les barrages turcs sur l’Euphrate pour assoiffer le Rojava, comme l’usage de gaz de combat par les commandos turcs au Kurdistan irakien, comme la fusillade contre des sympathisants du HDP en Grèce au début du mois, sont les éléments complémentaires d’une stratégie globale.

La riposte de la gauche révolutionnaire européenne doit aussi avoir ce caractère global, stratégique. C’est pourquoi, à la mi-novembre, en réponse à la comparution de notre secrétaire devant la justice suisse, le Secours Rouge International appelle à des actions contre le fascisme turc.

Secours Rouge International
18 octobre 2021

https://rhi-sri.org/un-proces-contre-le-sri-une-attaque-contre-le-rojava/

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s