Iran trois camarades syndicalistes de l’usine Pars Khodro filiale Iranienne du Groupe Renault Nissan viennent d’être arrêtés

davud-rafii

15 et 21 Décembre 2016 nouvelles qui nous sont parvenues par le biais du site du collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits Humain Human Rights News Agency ou HRANA : Trois camarades syndicalistes de l’usine Pars Khodro une des filiales Iranienne du Groupe Renault Nissan viennent d’être arrêtés. Pars – Iran Khodro est une boîte contrôlée à 48 % par le régime théocratique et fasciste des Mollahs et les «Gardiens de la Révolution» ou Pasdarans.

A noter que Pars Khodro collabore toujours activement avec le groupe Renault Nissan puisque c’est une joint-venture qui fabrique des Renault en licence Iranienne.

Le nom du délégué du syndicat libre de Pars Khodro arrêté est Davood Rafiei, il a tout d’abord été transféré dans la prison de Varamin (Province de Téhéran) après son arrestation, puis placé en détention préventive dans la nouvelle prison centrale de Téhéran connue aussi sous le nom de Fashafooyeh Prison.

-Ses deux autres camarades arrêtés ont été libérés sous caution, mais devront passer ultérieurement devant un tribunal qui risque de les condamner à des peines très lourdes.

Ces camarades étaient déjà menacés de licenciements suite à leurs participations à des mouvements sociaux dans l’usine Pars Khodro en 2014 et 2015. Avant d’être arrêtés ils avaient participé à des protestations avec d’autre de leur camarades. Selon des sources locales ils ont été arrêtés après avoir été dénoncé par  «Chef de la sécurité»  de l’usine du nom de Paksirat, qui est probablement un ancien militaire des «Gardiens de la Révolution» Ce serait également ce même Paksirat qui  a donné l’ordre direct de faire licencier Davood Rafiei et plusieurs autres de ses camarades.

-Davood Rafiei est toujours détenu « préventivement » dans la nouvelle grande prison Fashafooyeh (Connue également sous le nom  de Téhéran Grand Central Prison), parce qu’il  n’a pas pu payer la caution qui lui était demandée. Ses deux autres camarades qui avaient été arrêtés en même temps que Davood ont été libérés sous caution jusqu’à leurs procès dont la date n’a pas  encore été fixée. En outre sembleraient qu’ils aient été arrêtés après que des salariés de Pars Khodro  aient décidé au cours de la semaine dernière de boycotter la cantine de l’entreprise afin de protester contre les bas salaires et les licenciements.

Selon le rapport parvenu aux militant-es et activistes du site du collectif de l’Agence Iranienne de défense des droits humains Human Rights Activists News Agency ou HRANA, les contrats de 40 employés de Pars Khodro n’ont pas été renouvelé en raison de leurs participations supposées à des rassemblements et à des manifestations de protestations contre les bas salaires. Ces quarante employés qui sont maintenant tous licenciés avaient pour la plupart d’entre eux entre 8 et 16 ans d’ancienneté dans l’entreprise.

Entre-temps, la direction de l’usine SAIPA a intenté une action en justice pour «Diffamation» contre Davood Rafiei et M. Fazelian un ancien journaliste de l’ILNA News -Un journal lié au monde du travail proche des « Réformateurs »Ndr. Pour avoir publié des articles traitant des dégradations des conditions de travail et des réductions de salaires drastiques au sein des entreprises du groupe de Pars Khodro – SAIPA.

Une source proche de ces travailleurs a déclaré à un reporter du site du collectif HRANA: «Une personne du nom de Paksirat, l’un des responsables de la sécurité de Pars Khodro, et qui est probablement un ancien officier militaire, est celui qui est à l’origine du licenciement et de l’arrestation de Davood Rafiei».

D’autres employés de Pars Khodro (Une subdivision de la SAIPA) ont également évoqué le fait qu’il y avait un mouvement de protestation en cours  en soutien à leurs camarades  et à l’ancien journaliste de l’Agence de l’ILNA News qui avaient dénoncé les bas salaires au sein de leur groupe.  Au cours de ces protestations les employés des ateliers de peinture et des chaines de montage des modèles Maxima, L90, et Pars GTX  ont boycotté la cantine de l’usine. Selon ces mêmes sources des travailleurs issus d’autres ateliers ont eux aussi laissé leurs plateaux repas au réfectoire et quitté celui-ci quand ils ont été mis au courant de l’attitude de la direction à l’encontre de leurs camarades.

L’un de ces travailleurs a déclaré que la réduction des prestations des travailleurs s’était poursuivie au cours des trois dernières années et qu’en raison des politiques de réduction des effectifs, leurs prestations salariales mensuelles avaient été réduites de 2 millions à 600-800 mille Rials Iraniens. Tout en rappelant que l’une des principales exigences des employés était de nouvelles catégorisations des emplois et la transformation des contrats précaires en CDI, une demande légitime qui a bien sûr toujours été ignorée par la direction.

Les employés licenciés ont pourtant utilisé toutes les méthodes légales pour défendre leurs droits et demander l’arrêt des poursuites judiciaires et des procédures de licenciement contre leurs camarades, ils ont organisé des caisses et des collectes de solidarité, des protestations au sein des lieux de production du groupe Pars Khodro et SAIPA, des protestations devant le bureau du gouverneur à Téhéran, des sit-in pendant 24 heures devant le bureau du président Rouhani et le bâtiment du Ministère de l’emploi, ils ont également envoyé une lettre ouverte au président Iranien mais celle-ci semble être resté sans réponses pour le moment.

Il convient de mentionner que certaines plaintes contre ces abus de pouvoir de la  direction de Pars Khodro – Saipa  lancées par ces ouvriers menacés de licenciements avaient pourtant été reconnues comme valables par des «Tribunaux du travail ». Et qu’après deux ans de procédures judiciaires la justice avait décidé  que ces travailleurs pourraient réintégrer leurs emplois.

Mais il semblerait que depuis peu la Direction Générale et les DRH du groupe aient usé de leurs réseaux pour influencer certains gestionnaires du Ministère du Travail qui ont fait casser les jugements précédent qui étaient favorables aux salariés. Et que certains «Juges» aient été retournés en faveur de la Saipa.

Voir aussi sur : https://www.en-hrana.org/employee-pars-khodro-still-detention
https://www.en-hrana.org/3-pars-khodro-workers-still-dentention

Contact – Collectif Soliranparis

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s