Entité sioniste prolonge la détention « administrative » de la journaliste Bushra Al-Tawil

Le régime israélien vient de renouveler l’emprisonnement sans inculpation ni jugement de Bushra Al-Tawil, 27 ans, d’Al-Bireh, en Cisjordanie, alors que son seul tort est de défendre la cause des militants palestiniens emprisonnés dans les geôles de l’occupant.


Bien que jeune, Bushra al-Tawil, a déjà été emprisonnée à plusieurs reprises par Israël : en 2011, 2014 et 2017.

Militante pour les droits des prisonniers palestiniens, cela ne pardonne pas dans cette « grande démocratie » !

Coronavirus ou pas, elle restera en détention pour au moins 4 mois supplémentaires, rapporte Quds Press.

Et bien entendu dans le silence le plus complet de tous nos dirigeants qui se targuent de défendre la démocratie, les droits des femmes, la liberté de la presse, etc…

Amnesty International a appelé à la libération des prisonniers politiques palestiniens, hommes, femmes et enfants, qui sont en train d’être contaminés dans les geôles de ce régime fasciste.

Mais ceux qui maintiennent en prison en France, depuis 35 ans, un prisonnier politique comme Georges Ibrahim Abdallah, qui « fête » ses 69 ans ce jeudi, et qui déroulent régulièrement le tapis rouge à des tortionnaires israéliens, sont sourds à de telles considérations.

L’extrême-droite ne devient un danger qu’ils agitent qu’au moment des élections,. Entre deux tours, ils ne sont pas mécontents de profiter des méthodes fascistes de répression et de contrôle des populations testées sur les Palestiniens…

CAPJPO-EuroPalestine

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s